mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Karabatic prince de Nis
Karabatic prince de Nis
28 Octobre 2009 | International

La France commencait ce soir, contre la Serbie, puis l’Espagne, sa campagne de  préparation au prochain Euro en Autriche, afin d’envisager, pourquoi pas, un triplé historique : JO/MONDIAL/EURO. Cette campagne se terminera sur le tournoi de Bercy (16/17 janvier) dernière répétition avant le départ en Autriche. Claude Onesta  a conservé les petits nouveaux essayés en fin de saison dernière, avec notamment le pivot de Kiel, Igor Anic, sur un poste ou Bertrand Gille (Blessure) manque toujours à l’appel et ou le titulaire actuel Cédric Sorhaindo, évolue désormais en D2. Jusqu’à quand …

Dans l’ambiance de feu à Nis, les Français, largement acclimatés avec leur aventure en Croatie, mettaient d’entrée les choses au point. Défense de fer, Thierry Omeyer très présent et en profitant de la verve de Luc Abalo et Sébastien Bosquet, les Bleus collaient un joli 6-2 qui obligeait Sead Hasanefendic à prendre un temps mort de façon plus qu’urgente. Cela ne changeait pas grand-chose à la physionomie du match, les champions du Monde caracolaient tranquillement en tête au score avec quand même à force d’essai, un 7 serbe qui trouvait enfin quelques marques offensives.

Restait à régler les problèmes défensifs et logiquement, c’était ce qui permettait à la Serbie de revenir à -1 après deux ballons très bêtement lâchés par Sébastien Bosquet alors que les Bleus étaient en supériorité numérique. Ce retour obligeait donc Claude Onesta à prendre à son tour son temps mort et surtout lancer une ligne d’arrière « mondialesque » avec Daniel Narcisse, Nikola Karabatic et Jérôme Fernandez. Résultat tout ce beau monde repartait comme en 2008 pour refaire un joli écart de 6 buts à la fin de la première mi-temps. Avec une série de 3 contre-attaques royales, Daniel Narcisse était le roi de cette fin de mi-temps.

Même si la défense perdait quelques duels en début de seconde période, la main mise était véritablement bleue. Sébastien Ostertag volait sur son aile, Daniel Narcisse faisait admirer son 1x1 et sa détente et la France reprenait encore un peu ses aises. Un peu trop d’ailleurs, car la Serbie possède des arrières de gros calibres et entre autre un certain Stojanovic qui de son bras gauche remettait tout son monde dans les bons rails. Momir Ilic enchaînant parfaitement, tout cela commençait à ne pas sentir trop bon pour les actions tricolores, et la suite allait le confirmer.

Bien en feu, les Serbes ne rataient plus grand-chose alors que les Tricolores manquaient de percussion et surtout de réalisme au niveau du tir et du dernier geste. Ce qui devait arriver arriva, le retour de la Serbie au contact à 10 minutes de la fin de ce match provoquait une grosse ébullition de la salle de Nis. Sauf que sur son sol natal, Nikola Karabatic ne pouvait admettre de connaître sa défaite, relancé sur cette fin de match avec Jérôme Fernandez, le roi du monde devenait prince de Nis par obligation et par passion. Il écœurait la Serbie à lui tout seul pour offrir une première victoire de la saison à la France et une jolie préparation pour le choc de dimanche face à l’Espagne des Sterbik et Rutenka, vous avez dit bizarre….

A NIS(Serbie)
Le 28 octobre 2009 à 20h15
Serbie - France : 28 - 34 (Mi-temps : 12-18)
7 000 spectateurs
Arbitres :
MM Horacek et Novotny

Les réactions :
Claude Onesta :
« C’était une rencontre très intéressante, a t-il déclaré à l’issue de la confrontation, de surcroit dans une salle chaude et une ambiance magnifique. Nous avons effectué une bonne première mi-temps, notamment sur le plan défensif. On a ensuite relâché en seconde période et vu la qualité du jeu adverse, les Serbes ont réussi à revenir dans le match. Cependant, je pense que c’est l’expérience qui a primé sur la fin pour ainsi faire la différence. D’ici 3 ans à l’Euro 2012, la Serbie sera une équipe difficile à jouer à domicile. »

Jérôme Fernandez : « Je tiens à féliciter l’équipe de Serbie qui a réalisé un très bon match et qui a failli gagner. Comme l’a dit notre entraîneur, d’ici 3 ans pour leur Euro à domicile, la Serbie sera un des favoris si elle continue dans cette voie-là. »

Serbie
Gardiens :
Peric (30 min., 5 arrêts), Pejanovic (30 min., 5 arrêts)
buteurs : Kojic, Sesum, (2/4) Vujin (5/9 dt 1/2 pen ;), Nikcevic (2/2), Stojanovic A. (3/3), Stojanovic V. (2/2), Toskic (2/3), Ilic (7/15 dt 2/2 pen.), Bojinovic (0/2), Markovic (3/3), Tubic (1/1), Lapcevic (1/1), Stojkovic (0/1), Vilovski

France
Gardiens :
Omeyer (38 min., 13 arrêts dt 1 pen.)   Karaboué (22 min., 3 arrêts)
Buteurs : Fernandez (cap., 2/6), Dinart, Gille G. (1/2), Narcisse (5/7 dt 0/1 pen.), Joli (1/1), Karabatic (7/10), Abalo (5/8), Sorhaindo (1/1), Guigou (4/9 dt 1/1 pen.), Bosquet (2/4), Ostertag (2/3), Detrez (2/3), Barachet (2/3)

Evolution du score : 0-1 (1’) ; 2-3 (6’) ; 3-7 (9’) ; 5-10 (15’) ; 9-10 (20’) ; 12-14 (25’) ; 12-18 (30’) ; 15-21 (35’) ; 17-24 (40’) ; 25-26 (50’) ; 27-30 (54’) ; 28-34 (60’)

© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités