mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Le retour de Laszlo Fulop…
Le retour de Laszlo Fulop…
19 Octobre 2010 | France > LNH

Trentième  minute de jeu. Le duo arbitral siffle la mi-temps mais juste avant, sanctionne la défense saint-cyrienne  par un jet de sept mètres. Chapuis se présente sur le tiret et là, François Berthier lance son joker, le numéro 69. Ca y est, Laszlo Fulop refoule les parquets. Enfin !... 

En effet, un soir de février avant un déplacement à Hazebrouck, le genou gauche de Laszlo Fulop "tourne" lors d'un entrainement… Le verdict est fatal et sans appel : rupture des ligaments croisés. Tout s'effondre pour le brave Laszlo... Lui, fidèle au SCT depuis 2004 quand un appel du Président Bouhour le convainquit de quitter Livry-Gargan (D1) pour rejoindre le projet "fou" du SCT de l'époque.  À savoir franchir petit à petit les niveaux pour accéder à la LNH (le SCT était alors promu en N1). Rapidement, l’idylle se créée  avec cette salle Stanichit  qui ressemblait à un petit chaudron avec ses quatre rangées de gradins, avec cette proximité d'un public toujours proche de ses joueurs, qui avait des yeux de chimère pour ce brave Laszlo toujours motivé et à même de montrer l'exemple sur le terrain. Oui, cette blessure de ce vilain soir de mois de février jeta un froid dans l'effectif et le staff saint-cyrien. Pourquoi lui, le brave Laszlo à l'origine et partie prenante du projet...

Dans l'ombre, il accomplit sa rééducation pour retrouver au plus vite les parquets de LNH. Quelque part Laszlo y tenait. Il n’a pas vécu tout cela pour rien. Oui, porter le maillot saint-cyrien en LNH, son célèbre numéro 69 qui fait tant sourire... Oui, lui, le futur papa d’un petit bonhomme qui va bientôt voir le jour et plus tard, fouler les parquets ( ? qui sait !...), l'homme proche de ses coéquipiers, de son public, des enfants, des bénévoles, de son Président. Oui, lui qui aurait pu répondre à d'autres chants de sirènes, a travaillé dur et veut faire flotter les couleurs saint-cyriennes au travers de son numéro 69...

Alors dès la présentation des joueurs, on a ressenti une communion, une montée d’adrénaline pour Laszlo, à l'appel du numéro 69. Le public a scandé "Fulop, Fulop, Fulop...". C'était pour lui une première victoire. Alors quand François Berthier le lança dans l'arène, le magyar « adopté tourangeau » à jamais a regagné son « territoire », a tapé de ses mains sur la barre, remonté comme un coucou…. « J’étais un peu perdu… Cela allait tellement vite. J’ai avancé, puis reculé sur ma ligne…J’ai eu le sentiment de faire un peu n’importe quoi !... » nous confia t-il. Le varois Chapuis, pourtant très habile dans sa soirée, envoya un missile dans les panneaux publicitaires du TOP Partenaires. La partie était gagnée, Laszlo Fulop avait fait une rentrée gagnante… Plus tard dans la partie, François Berthier le relança sur les différents jets de 7 mètres des méridionaux. Une partie d’intimidation avec Fortuneanu nous montra que Fulop n’avait pas perdu de sa verve. Et puis, un tir de Caucheteux qui  tutoya la poitrine de Laszlo, déclenchant son célèbre juron « m…, b… » qui irrite l’adversaire et qui comble le supporter…C’est ainsi qu’on l’aime, notre Laszlo…Epidermique et attachant…

Pas de doute, l’homme à la tête de bonze est bel et bien de retour…Pour le plus grand plaisir de tous…

A CHAUD…
Sylvain Rognon (S.C.T.) :
"Il a manqué 5 mn ?"
"Oui, je pense que tout le monde a la même analyse. Nous avons bien joué cinquante cinq minutes. Nous avons été des fois devant, des fois derrière, mais ce qui était important, c'était d'être devant après la 55è, et voilà ça ne s’est pas fait. L’apprentissage en LNH, il est très difficile pour le SCT parce qu’on n’a pas de temps. On doit tout de suite prendre les matches qui s'offrent à nous. Pourtant,  nous avions  mis tous les ingrédients pour pouvoir gagner ce soir..."

Yohann  Ploquin (St Raphaël) :
« Une victoire au finish ? »
" Je pense qu'on peut appeler cela comme ça, parce que si ma mémoire est bonne, on est menés 26-23, on gagne 29-26, donc 6-0 en 5 minutes. C’est peut être la petite expérience qu'on a en plus, en gestion. Désolé pour St-Cyr. Ca doit très dur pour eux. C’est une équipe qui a du cœur et les équipes qui ont du cœur s'en sortent. Ça s'est vu chaque année, peu importe les individualités, elle a vraiment du cœur. En tout cas, on est contents de venir gagner ici parce que c'est vraiment deux bons points pour la suite du championnat".

Christian Gaudin :
"Ca fait du bien"
« Oui bien sûr sur le plan comptable effectivement, on avait perdu une fois à domicile. Deux points qui coûtent cher aussi. On repart avec trois blessés, des blessures très graves. Forcément avec le planning qui nous attend, ça va se compliquer. Le match ? On savait que ça allait être compliqué, alors bravo encore une fois à l'équipe de St-Cyr. Ça se joue à pas grand-chose. Peut être un petit peu plus d'expérience de notre côté ce soir et le manque de maîtrise du leur. Je pense qu'ils ont fait un match intelligent. Une entame de match un petit peu compliquée pour eux. Mais là aussi, on a commencé un peu trop facilement. On s'est dit que ça allait être un peu plus facile que prévu et puis voilà quand on se relâche un petit peu, il arrive ce qui s'est passé ce soir. On s'aperçoit que, mis à part Montpellier, Chambéry et encore Chambéry a souffert à Dijon et Montpellier à Paris et dans une moindre mesure Dunkerque, toutes les équipes sont susceptibles de s'inquiéter et aller prendre des points à l'extérieur, ça se fait mais c'est très compliqué..."

DANS LES COULISSES DE GUY DRUT…
- Et encore un :
Christian Gaudin, le coach varois a fait partie de la célèbre clique des «  Barjots ». Après Laurent Puisegur, Denis Lathoud, c'est au tour de l'ancien gardien légendaire d'avoir fréquenté la salle Guy Drut. Et ce n’est pas fini, vu qu'il reste encore « Mister Boule » Gardent, et Patrick Cazal, adjoint à dunkerque…

- Docteur House… Au vu de la fréquentation inflationniste de l'infirmerie saint-cyrienne,  et même si Laszlo Fulop a refoulé le parquet de Guy Drut, Molinié (genou), Soille (cuisse)  Haegeli (ischio-jambier), Rigault (entorse)  voire même Soudani qui a dû quitter ses partenaires durant le match (ménisque?) alimentent le quotidien médical saint cyrien…. Il est vrai que Dr House ne manquerait pas de travail au sein du SCT  pour  poursuivre ses fameuses enquêtes...

- "L'anniv’ à Dudu..." Eh oui, quarante-six printemps pour le vice-président, Hervé Dubois chargé des relations partenaires au sein du TOP. A cette occasion, le célèbre « Dudu » a donné le coup d'envoi de la rencontre.

- Croisé dans les travées... Le toujours souriant Ibrahim Baradji et sa petite relève Ilian... Un « Brahm’s » dont l'envie de refouler les parquets le démange...

- Sélection… Yassine Idrissi participe, les prochains jours, à un stage avec l’équipe nationale marocaine…

- Conviviabilité … Si leur arbitrage fût intransigeant, le sympathique duo alsacien Thierry Dentz et Denis Riebel a fait de décontraction et disponibilité durant la troisième mi-temps. Ce qui donna lieu à des échanges sympathiques pour le plus grand bonheur de tous et notamment d’un Thomas Haegeli, heureux de reparler du pays !...

Christophe Poupault.
pour

Handzone
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités