mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Bal à trois en tête de la LNH
Bal à trois en tête de la LNH
26 Septembre 2011 | France > LNH

Résumé de la 3° Journée de D1M.
Montpellier qui a battu Nantes,  et St Raphaël plus difficilement Sélestat ont rejoint Chambéry (vainqueur jeudi de  Dunkerque) en tête de la D1 masculine. En bas de classement, Istres, Nîmes et Paris, les derniers clubs en quête d'une victoire se sont imposés lors de la 3e journée.

Même quand Montpellier est malmené, Montpellier s’en sort toujours, surtout à domicile. C’est la leçon qui risque de se répéter souvent en championnat cette saison. Face à Nantes, les Héraultais avaient fait l’essentiel en première période. Dix buts d’avance à la pause (19-9) malgré un début de match plutôt prometteur pour les hommes de Thierry Anti. Cela donne une idée sur le degré de puissance des champions de France. Mais Nantes possède une âme et surtout un soupçon d’orgueil.  25 minutes avaient été nécessaires à Nikola Karabatic et ses partenaires pour sévèrement creuser l’écart, il faudra un tout petit peu moins aux Nantais pour refaire une partie de leur retard (25-22 à la 49ème). Un temps mort posé par Patrice Canayer, deux pertes de balle adverses et trois mouvements victorieusement conclus vont permettre à Montpellier de remettre de la distance (28-22 à la 51ème). Mais après un money-time relativement mal géré, les Nantais s’inclinent de sept buts. Pour les Héraultais, place désormais à la Ligue des Champions et à la venue dimanche, des Espagnols de León. Les enseignements du match de vendredi vont permettre de resserrer les derniers boulons. Patrice Canayer a pu notamment enregistrer avec satisfaction le retour de Michael Guigou qui reprenait la compétition après plus de quatre mois d’absence. Même si l’ailier international manque encore de repères, son apport dans le groupe est primordial.

En allant s’imposer à Cesson, Nîmes a marqué les esprits. Non pas que le bastion breton est imprenable (7 défaites à domicile la saison passée) mais c’est l’écart au tableau d’affichage (24-33) qui interpelle ! Les joueurs de David Christmann n’ont tenu la comparaison que 19 minutes (6-6), le temps pour Yacine Idrissi de monter en puissance (15 arrêts sur l’ensemble du match) et aux Boubaiou (phénoménal avec un 7/8), Saurina, Scaccianoce et consorts de transpercer une défense aussi inconsistante qu’une mauvaise pate à crêpe. A la pause, malgré cinq buts à remonter, rien n’était perdu. Mais les Cessonnais avaient-ils vendredi, la force mentale pour réagir ? On peut en douter. Lorsqu’en début de seconde période, Nîmes s’est retrouvé en infériorité numérique, les locaux n’en ont même pas profité, bien au contraire (11-18 à la 32ème). Les Nîmois ont maintenu leur train d’enfer jusqu’à la fin, se permettant même à trois reprises, d’atteindre la barre des dix buts d’écart. Prendre neuf buts à domicile, ça fait mal d’autant que pour Cesson, ce qui arrive ne sera pas de tout repos. Après Toulouse en Coupe de la Ligue, Romain Ternel et ses camarades devront enchaîner sur Dunkerque, St Raphaël et Montpellier ! Là aussi, ça risque de piquer !

Comme la saison passée, Ivry n’a échoué qu’à une seule longueur de Paris. « Ce match et cette victoire, faisait remarquer Bruno Martini, le manager général du club parisien, c’est le Glasgow-Londres, c’est quand même le hold-up du siècle. » Les deux seules fois où Paris a mené face à Ivry, c’est dans la dernière minute, lorsque le jeune Lagier-Pitre a inversé la tendance (26-25) et quand Mathias Ortega, encore une fois déterminant vendredi, a apporté le but de la victoire (27-26 à 4 secondes de la fin). Jusque là, Ivry avait fait cavalier seul ou presque, prenant le large dès la 23ème minute (6-9) et exploitant les errements parisiens dans le 1er quart d’heure de la 2ème période (15-21 à la 46ème). Et puis, les joueurs de Pascal Léandri ont mangé le fromage avant d’attraper la souris, ils sont tombés dans une relative facilité et n’ont pas su trouver un remède au réveil parisien. En l’espace de 9 minutes, grâce notamment à Nicolas Claire (9/10 sur l’ensemble du match), les joueurs de la capitale ont infligé un cinglant 8 à 2 (23-23 à la 55ème). L’équipe d’Ivry peut regretter ce coupable relâchement qui la prive de deux points largement à sa portée.

Les 16 arrêts de Daouda Karaboué ont été déterminants pour que Toulouse vienne à bout de Créteil. Le gardien de buts international relativement en retrait depuis le début de la saison, a été le détonateur d’une équipe qui avait beaucoup à se faire pardonner depuis sa piètre prestation, une semaine plus tôt à Ivry. Pourtant, si les deux ailiers Anouar Ayed et Valentin Porte (8/9) avaient réussi à faire sauter le verrou cristolien en première période, la bande à Fabrice Guilbert a cru longtemps tenir le rythme (17-16 à la 32ème). Mais c’était donc sans compter sur un excellent Karaboué qui à lui seul, a annihilé toutes les illusions adverses.  Malgré le festival Stankovic (meilleur buteur de la soirée avec 9 réalisations), Créteil n’a rien pu faire face à une équipe haut-garonnaise qui comme le faisait remarquer son pivot Jonathan Roby  « doit être capable de défendre de cette façon, tous les week-ends et qui peut rêver à de belles choses. »  Il faudra attendre encore quelques jours pour savoir si le diesel toulousain a trouvé la parfaite carburation. Daniel Andjelkovic, piston nécessaire à la bonne coordination de l’équipe devrait d’ailleurs faire son retour au moins pour la prochaine réception de Istres, dans une quinzaine.

Istres parlons-en ! Avant d’accueillir Tremblay, les Provençaux avaient le moral dans les chaussettes. Deux défaites (contre Dunkerque et à Montpellier), une ambiance entre joueurs et staff pourrie par l’affaire Diaw, bref, rien n’augurait un début de championnat sous les meilleurs auspices. Le demi-centre Bastien Cismondo y allant même de sa petite déclaration : « Les 5 premières journées sont compliquées, les points pour se maintenir, il va falloir aller les chercher un petit peu plus tard dans la saison » Et à ceux qui auraient pu craindre un nouveau naufrage face aux Franciliens, les Istréens ont répondu avec leur cœur et avec leurs tripes. Dans le sillage d’un Lilian Di Salvo capital (10/10 au tir) et d’un Flavien Lorenzelli décisif dans le money-time, Istres a engrangé ses deux premiers points de la saison. Cette semaine, il sera temps de laver son linge sale en famille et de crever l’abcès. Ibrahima Diaw qui est rentré des Jeux Africains doit s’expliquer sur son départ avancé et non toléré par ses dirigeants. Des dirigeants qui n’ont pas trop le luxe, par les temps qui courent, de se passer de la force de frappe du franco-sénégalais.

La température est montée d’un cran samedi à Sélestat lorsque les promus ont poussé St Raphaël dans ses derniers retranchements.  Légèrement en avance à la pause (11-12), les Varois ont été moins maladroits que leurs vis-à-vis pour creuser l’écart. Bien aidé en cela par un excellent Djukanovic dans ses buts (16 arrêts dont un pénalty), ils ont pris la poudre d’escampette en dix minutes (12-17 à la 40ème). Sans se décourager, les Alsaciens vont grignoter leur handicap face à un adversaire moins précis et sans doute trop suffisant (19-19 à la 50ème). Dans les 10 dernières minutes, les Azuréens vont certes repasser devant, sans pour autant prendre le large. A 24 secondes du terme, le vétéran Yuri Petrenko (meilleur buteur sélestadien avec un 7/10) va même entretenir le suspense, en ramenant son équipe à une longueur des Azuréens (22-23).  St Raphaël a plus de métier, plus de sang-froid et surtout les joueurs idoines pour gérer ce type de situation critique, pour preuve l’ultime coup de rein de Geoffroy Krantz qui va empêcher Sélestat de rêver à un score de parité.

Causerie d’après-match
Paris revient de loin et même si la manière n’a pas été au rendez-vous, pour le gardien de buts Patrice Annonay, c’est le résultat et la victoire qui importent. Et les deux points contre Ivry valent très cher.

Des regrets, les joueurs d’Ivry peuvent en avoir. Ils n’ont pas su tenir un tableau d’affichage et match qu’ils maîtrisaient  de bout en bout. Pascal Léandri, l’entraîneur val-de-marnais espère se servir de cette rocambolesque défaite…

Il y avait bien longtemps que Nîmes n’avait pas produit pareille démonstration. En s’imposant de 9 buts à Cesson, les coéquipiers de Franck Junillon réalisent une excellente opération.

Montpellier, Saint-Raphaël et Chambéry en tête de la D1, Ivry et Nantes en position intermédiaire, neuf équipes en 2 points, même si ce n’est qu’un début, ce championnat promet de réserver bien des surprises. L’analyse de Bruno Martini, le manager général du Paris Handball va dans ce sens.

OC CESSON HANDBALL - USAM NIMES GARD 
24 - 33 (Mi-temps : 10-14)
Statistiques du match
Lieu :
PALAIS DES SPORTS
Allée de Champagne 35510 CESSON SEVIGNE
Date :
Le 23/09/2011 20h45
Arbitres :
CHARPENTIER FRANCK
DUCLOS SEBASTIEN

*****************************

SELESTAT ALSACE HB - SAINT RAPHAEL VHB 
22 - 24 (Mi-temps : 11-12)
Statistiques du match
Lieu :
Centre Sportif Intercommunal "Eugène Griesmar"
Quai Albrecht 67600 SELESTAT
Date :
Le 24/09/2011 20h30
Arbitres :
BOUNOUARA MOURAD
THOBIE RICHARD

*****************************

ISTRES OUEST PROVENCE HANDBALL - TREMBLAY EN FRANCE HANDBALL 
32 - 29 (Mi-temps : 19-15)
Statistiques du match
Lieu :
HALLE POLYVALENTE
Quartier de la Pyramide Place Champollion Rue de l'Equerre - Quartier de la Pyramide 13800 ISTRES
Date :
Le 23/09/2011 20h30
Arbitres :
CLAPSON SIEGFRIED
FIESCHI XAVIER

*****************************

PARIS HANDBALL - UNION SPORTIVE IVRY HANDBALL 
27 - 26 (Mi-temps : 10-12)
Statistiques du match
Lieu :
Charpy
17, avenue Pierre de Coubertin 99, boulevard Kellermann Stade Charlety 75013 PARIS
Date :
Le 23/09/2011 20h30
Arbitres :
ROLLAND CYRIL
ROLLAND JEROME

*****************************

CHAMBERY SAVOIE HB - DUNKERQUE HANDBALL GRAND LITTORAL
31 - 28 (Mi-temps : 16-17)
Statistiques du match
Lieu :
LE PHARE
800 avenue du Grand Arietaz 73000 CHAMBERY
Date :
Le 22/09/2011 20h45
Arbitres :
DENTZ THIERRY
REIBEL DENIS

*****************************

TOULOUSE UNION HANDBALL - US CRETEIL HANDBALL 
31 - 26 (Mi-temps : 16-14)
Statistiques du match
Lieu :
Palais des Sports de Toulouse
3 rue Pierre Laplace 31000 TOULOUSE
Date :
Le 23/09/2011 20h30
Arbitres :
BOURGEOIS JEAN-FRANÇOIS
DENIS PATRICK

*****************************

MONTPELLIER HANDBALL - HBC NANTES 
32 - 25 (Mi-temps : 19-9)
Statistiques du match
Lieu :
Gymnase Rene Bougnol
Avenue du Val de Montferrand 34090 MONTPELLIER
Date :
Le 23/09/2011 20h00
Arbitres :
BONAVENTURA CHARLOTTE
BONAVENTURA JULIE

*****************************

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités