mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Que du plaisir !

Les Françaises ont continué sur leur lancée de victoires, la 14° de rang et surtout la 4° de suite face à une Norvège qui est tout de même championne olympique et triple championne d’Europe en titre. Mais au-delà des chiffres bruts, c’est surtout par la qualité de jeu, l’envie de tenter sans se poser la question de l’échec potentiel et la variété du jeu qui a fait véritablement frémir les amoureux de handball cet après-midi à Aarhus.

Et cette fois, côté Norvège, pas trop d’absentes, on peut même dire qu’hormis Gro Hammerseng, tout le gratin norvégien est présent au Danemark. Bon, bien sur Kristine Lunde, meilleure buteuse la veille face à l’Allemagne était mise au repos, mais côté bleu, c’était Camille Ayglon qui restait sur le banc, légèrement touchée face à la Roumanie. Pour le reste la bagarre pouvait commencer pour la prédominance dans cette poule 1 avec au bout de ce match, un pied et 3 orteils en demi-finale pour le gagnant. Et si la Norvège allumait les premières mèches, rapidement la défense tricolore commençait à se caler sur la belle circulation adverse. Et presque logiquement, passé les 10 premières minutes de jeu, les Bleues marquaient le match de leur empreinte. Défensivement, bien sur comme la veille face à la Roumanie, mais cette fois avec une opposition bien plus coriace, mais cette fois aussi offensivement, ce qui changeait largement la donne.

Car autour d’une Alisson Pineau de plus en plus gestionnaire de choc du jeu, les Françaises s’en donnaient à cœur joie pour crucifier Kari Grimsbo d’abord et ensuite Katherine Lunde dans les buts norvégiens… Principale cause de cette avalanche de buts tricolore, car la Norvège va quand même en prendre 20 en 30 minutes, une Mariama Signate intenable aussi bien au shoot qu’en défense où elle étouffait nombre d’attaques et interceptait tout ce qui lui passait à portée de main. Mais si la grande arrière était en fusion, le reste s’en donnait lui aussi à cœur joie !

Tout y passait, du jeu léché avec des croisés dans le temps et sans pertes de balles pour finir sur des décalages d’ailiers ou des caviars aux pivots aux shoots par-dessus, à travers ou encore en finesse comme ce jet franc direct entre les jambes du contre d’Alexandra Lacrabère en fin de première période. Pour rigoler, le jeu offensif français rigolait franchement… Faire cela face à une Norvège complètement déboussolée au point de perdre beaucoup plus de ballons que les Bleues, c’était du quasi jamais vu pour les Bleues. La leçon allait logiquement se calmer un peu sur les dernières minutes de jeu ce qui empêchera à la Norvège de subir un très cinglant -10, mais le plus beau avait été fait et si jamais les Françaises arrivent à conserver ce niveau de jeu, on est impatient de les voir au mondial brésilien, cela devrait donner des belles choses. Car, hormis la réussite dans les tentatives, c’est la variété des choix, l’envie de tenter, que ce soit en patience et jeu rapide ou en jeu de transition ce qui est bien nouveau pour elles, tout ce qu’elles ont fait face quand même à la Norvège était fait sans la peur de rater et avec un vrai engagement. C’est sans doute là que se trouve la révolution entamée dans le jeu tricolore, et les échecs, car il y en a toujours le jeu ne demandant que faute, semblent faire partie inhérente de toute cette envie de jouer.

Maintenant, il va falloir faire autant face à l’Allemagne, à nous offrir des prestations de ce tonnage, on va devenir de plus en plus exigeants avec elles, ce sera ce que l’on peut appeler la rançon d’un tel succès !

Olivier Krumbholz (entraîneur) : « C’est un très bon match ; et par rapport à hier (face à la Roumanie), il y a eu beaucoup de qualité aux tirs. L’équipe a bien tenu et on a posé de gros problèmes en défense. Il était important de battre la Norvège, pratiquement au complet pour le Mondial, contrairement aux matches de juillet. »

Paule Baudouin : « Même si cela reste des matches de préparation, on a toujours plaisir à battre la Norvège. Bon, j’avoue, +10, cela aurait été mieux, non, je blague ! On a joué le jeu à fond, peut-être à l’inverse des Norvégiennes et on voit qu’on a désormais l’habitude de travailler ensemble depuis un certain temps même s’il manque Angel (Spincer), Soph (Herbrecht) et Katty (Piejos). On voit qu’on se retrouve plus facilement sur le terrain. On a su imposer notre rythme et notre jeu, on était au-dessus. Cependant, il faut garder les pieds sur terre et ne pas s’enflammer. Le staff sait aussi nous mettre en garde et on sait que demain, l’Allemagne sera compliquée à jouer. »

Mariama Signaté : « On en avait marre de subir avant et de produire la même mascarade. On travaille de mieux en mieux et on commence à tenir le choc face aux fortes nations. On montre de belles choses, on tient le choc, on a une bonne mentalité et on sait qu’il y a l’objectif du Mondial et des Jeux derrière. A nous de continuer ainsi. ».

A Aarhus, Energy Halle
Le mercredi 21 septembre 2011 à 18h00
France - Norvège : 34 - 27 (Mi-temps : 20-14)

1 000 spectateurs
Arbitres :
MM M. Hansen et M. Gjeding (Danemark)

Statistiques du match
France
Gardiennes :
Leynaud (8 arrêts dt 1 pen., 30 min.), Darleux (10 arrêts, 30 min.), Foggea
Buteuses : Goudjo (cap., 1/1), Dancette, Kanto (3/3), Ayglon, Pineau (3/6), Mendy (4/6), Baudouin (7/7 dt 4/4 pen.), Gnabouyou (1/3), Bruneau, Dembélé (2/4), Deroin (3/3), Tervel (1/1), Limal (0/1), Signaté (6/8), Lacrabère (3/7)

Norvège
Gardiennes :
Grimsbo (8 arrêts, 46 min.), Haraldsen (3 arrêts, 14 min.)
Buteuses : Molid (1/2), Oftedal (1/3), Alstad (5/9 dt 2/2 pen.), Loke (1/2), Breivang (0/2), Johansen (4/4), Frafjord (2/3), Kurtovic (3/6 dt 1/1 pen.), Kristiansen (2/2), Koren-Riegelhuth (6/10 dt 3/4 pen.), Snorroegen (2/4), Herrem.

Evolution du score : 3-3 5°, 6-5 10°, 9-6 15°, 11-10 20°, 15-11 25°, 20-14 MT - 24-16 35°, 26-16 40°, 27-18 45°, 29-21 50°, 31-23 55°, 34-27 FT.

© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités