mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Un de chute pour St Raphaël !
Un de chute pour St Raphaël !
23 Octobre 2011 | France > LNH
Cette fin de 6ème journée en LNH a réservé son lot de sensations. Saint Raphaël cale à l'allumage et décroche de la tête, Créteil confirme son bon début de saison, Istres quitte la zone rouge et Dunkerque se donne un peu d'air.

St Raphaël tombe de haut ! Sans dénaturer l’exploit de Tremblay, lorsqu'ils ont été en difficulté, les Varois n’ont jamais su trouver les solutions. Ni les neuf buts de Raphaël Caucheteux, pas même les 19 arrêts de Slavisa Djukanovic n’ont à aucun moment permis (si ce n’est un sursaut à la fin) de renverser le courant. Les joueurs de Christian Gaudin ont été écrasés dans tous les secteurs de jeu. A commencer en défense où Tremblay a excellé. Privés de Romain Guillard (adducteurs) et Sébastien Ostertag (mollet), les hommes de Stéphane Imbratta qui restaient sur un revers cinglant à Créteil ont fait une entrée en matière canon, bien aidés par l’imperturbable Dragan Pocuca sur sa ligne (6 arrêts dans les 10 premières minutes et 12 sur l’ensemble du match). Asphyxie totale (1-7 à la 14ème). « C’est cette entame et surtout une bonne défense qui nous ont galvanisé, explique l’entraîneur francilien. Tous les joueurs étaient concernés, on a monté de bons ballons. On a dégagé beaucoup de sérénité quand ils ont changé de systèmes défensifs. » 


A la pause, Tremblay était devant (+4) et chacun était en droit d’espérer un sursaut d’orgueil raphaëlois. Cette réaction, les spectateurs du palais des sports l’attendent toujours car c’est l’adversaire qui en a remis une couche au retour des vestiaires (12-19 à la 34ème). Alors d’accord, dans le money-time, St Raphaël a bien tenté de réagir par l’inévitable Caucheteux et le jeune Tom Guillermin mais il était trop tard, d’autant qu’Ibrahim Sall (7/7 ce vendredi) et Arnaud Bingo enfonçaient le clou (score final : 25-29). «Nous avions besoin d’une victoire référence à l’extérieur, avoue Stéphane Imbratta. Les joueurs ont retrouvé des valeurs collectives, un esprit de solidarité. Il faut désormais qu’on arrive à confirmer partout où on va passer. » Et le prochain rendez-vous, c’est mercredi en quart de finale de la Coupe de la Ligue à…. Montpellier. Pas sûr que l’équipe héraultaise se laissera faire sans réagir. « Ce sera un autre match, confirme l’entraîneur séquano-dyonisien. Mais quand on veut avoir de l’ambition, il faut aller gagner à l’extérieur. Là, on l’a fait chez un des premiers. » Série en cours donc pour Tremblay qui rêve à un second exploit en cinq jours.


Le contraste est saisissant. Les deux bourreaux des Nîmois ont dix ans d’écart. L’ancien Dragan Stankovic et le minot Hugo Descat (notre photo) ont inscrit à eux deux, la moitié des buts de leur équipe. Nîmes a été surclassé par une équipe de Créteil plus volontaire et surtout mieux armée… défensivement. Trois longueurs d’avance après trois minutes, quatre à la pause, six après le retour des vestiaires, les Cristoliens étaient les patrons. « Nous avons gagné beaucoup de duels, souligne Benjamin Pavoni sur le site de l’USC. En défense placée, même si au total nous prenons 30 buts, nous avons proposé des choses intéressantes. Le seul bémol, c’est sur le repli défensif où Nîmes a marqué pas mal de buts. » Et c’est vrai que sous l’impulsion de Guillaume Saurina (9 buts dont 4 penaltys) et Franck Junillon (7/7), les Gardois sont parvenus à revenir au tableau d’affichage (24-25 à la 44ème). Mais c’est dans ce dernier quart d’heure que Créteil a puisé dans ses ressources pour garder le cap et repimenter l’addition (score final : 30-36). « Nous avons mis du danger partout, remarque l’entraîneur cristolien. Nous sommes capables de marquer de partout et ça, c’est intéressant.» Les Nîmois qui restaient sur une belle victoire face à Toulouse devront vite se projeter sur la suite. Ils n’auront même pas le temps de ressasser cette mauvaise soirée au Parnasse puisque dès ce lundi, ils accueillent un des autres accidentés de cette 6ème journée, St Raphaël. Laquelle de ces deux équipes aura le mieux digéré cette soirée cauchemardesque ? Là est toute la problématique. 


Les joueurs d’Istres n’occupent plus la dernière place de la D.1 et voient leurs efforts des dernières semaines, récompensés ! Ils en avaient marre d’échouer si près de la délivrance, à une longueur de Chambéry ou de Toulouse. Et c’est Ivry qui a fait les frais de la révolte des Provençaux. Et quelle révolte, au cours d’un match fou, fou, fou ! 62 buts inscrits (score final: 35-27), une trentaine d’arrêts de gardiens, quelques ballons cafouillés mais pas de suspense ou si peu. Les joueurs de Christophe Mazel n’ont laissé à personne le soin de conduire les opérations (7-3 après seulement 14’ grâce notamment à un Maxime Derbier très en cannes en ce début de rencontre). Et puis, Ivry est revenu (7-7, deux minutes plus tard) et le jeu s’est stabilisé, aucune formation ne prenant vraiment l’ascendant l’une sur l’autre (13-14 à la pause). Deux joueurs vont dès lors, survoler la rencontre,  Wissem Bousnina côté francilien et le désormais incontournable Ibrahim Diaw (notre photo), côté istréen. Du grand art et au total, douze buts dont trois penaltys chacun ! Pourtant, alors que tout semblait encore indécis (20-19 à la 42ème), c’est Istres qui va se montrer moins maladroit et plus opportuniste dans la réalisation. Ivry va un temps vaciller (26-21 à la 49ème), reprendre espoir grâce à son arrière droit tunisien mais finalement céder par manque de rotations. La décision s’est aussi faite sur la propension à disposer d’un banc quasi au complet côté provençal et d’un effectif décimé chez l’adversaire. Mais cela n’enlève rien à la performance des hommes de Christophe Mazel qui ont terminé le travail proprement dans le sillage d’Ibrahim Diaw et de Michaël Keller (7/10). Au jeu des chaises musicales, Istres est gagnant, Ivry perdant. Car devinez qui est désormais lanterne rouge au classement ? 


Le Nantes-Dunkerque de ce samedi soir sentait la poudre (voir l'article par ailleurs). Et le match nul (19-19) décroché par les Nordistes a presque des allures de victoire tant ils étaient tombés bien bas depuis leur seule victoire lors de la 1ère journée. Dunkerque revit et est même passé très près de la consécration. « C'est sûr que ça fait du bien de prendre un point, reconnaissait Pierre Soudry (notre photo), ce match est plus abouti que les précédents et psychologiquement, ça va nous servir pour la suite.» Les derniers vainqueurs de la coupe de France ont été euphoriques jusqu’à la pause (8-12) et bien au-delà (12-17 à la 40ème). Et puis la panne ! Ou plutôt la révolte du H qui en l’espace de neuf petites minutes va combler son retard (16-17). « On est en droit d’être déçu, avouait l'arrière droit dunkerquois. Nous n'avons pas su gérer notre avance, nous avons perdu quelques précieux ballons et on a malheureusement bégayé notre handball sur la fin de match.» Et c'est vrai que cette fin de match va être haletante avec côté nantais un super Seufyann Sayad, très inspiré et très incisif à l'approche des six mètres. Le demi-centre nantais va inscrire cinq des six derniers buts de son équipe et c'est même lui qui à 26 secondes de la sirène va avoir le ballon de la victoire au bout de son puissant bras droit. Nantes qui pour cette rencontre avait du se passer des services du Suédois Kim Ekdahl du Rietz (fissure au pied) et qui serait à la recherche d'un joker médical, abandonne un 2ème point à domicile, le 6ème en 6 journées. De son côté, Dunkerque espère que l'orage est passé et que les jours meilleurs sont à venir. Pierre Soudry en est convaincu.  «On peut parler de renouveau. La rentrée de Bastien Lamon nous fait beaucoup de bien.Je pense que nous avons terminé notre traversée du désert et que le calendrier qui arrive, nous est a priori favorable. Mais il ne faut pas s'emballer, on va continuer à travailler.» Lucide le gamin de 23 ans, véritable piston d'une formation nordiste qui a sonné le vent de la révolte. Pour Nantes, le temps de l'amertume passé, il s'agira de se replonger dans une autre compétition, la Coupe de la Ligue puisque mercredi, les joueurs de Thierry Anti disputent leur quart de finale à Toulouse. Un autre adversaire coriace, très difficile à manoeuvrer à domicile.

ISTRES OUEST PROVENCE HANDBALL - UNION SPORTIVE IVRY HANDBALL 
35 - 27 (Mi-temps : 13-14)
Statistiques du match
Lieu :
HALLE POLYVALENTE
Quartier de la Pyramide Place Champollion Rue de l'Equerre - Quartier de la Pyramide 13800 ISTRES
Date :
Le 22/10/2011 20h00
Arbitres :
BOUNOUARA SAID
SAMI KHALID

*****************************

HBC NANTES - DUNKERQUE HANDBALL GRAND LITTORAL 
19 - 19 (Mi-temps : 8-12)
Statistiques du match
Lieu :
BEAULIEU
RUE ANDRE TARDIEU 44200 NANTES
Date :
Le 22/10/2011 20h30
Arbitres :
BOURGEOIS JEAN-FRANÇOIS
DENIS PATRICK

*****************************

SAINT RAPHAEL VHB - TREMBLAY EN FRANCE HANDBALL 
25 - 29 (Mi-temps : 12-16)
Statistiques du match
Lieu :
PALAIS DES SPORTS
Rue des Chataigniers Rd Point Ankarr 83700 ST RAPHAEL
Date :
Le 21/10/2011 20h00
Arbitres :
BONAVENTURA CHARLOTTE
BONAVENTURA JULIE

*****************************

USAM NIMES GARD - US CRETEIL HANDBALL 
30 - 36 (Mi-temps : 13-17)
Statistiques du match
Lieu :
Le Parnasse
Route de St Gilles 160 avenue du Languedoc 30900 NIMES
Date :
Le 21/10/2011 20h30
Arbitres :
LAZAAR NORDINE
REVERET LAURENT

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités