mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Et Montpellier s'est fait peur....
Et Montpellier s'est fait peur....
17 Novembre 2011 | France > LNH
Montpellier a senti le vent du boulet lui passer si près des oreilles. Ce mercredi soir, en ouverture de la 9ème journée du championnat de D.1 masculine, Paris a bien failli créer la sensation et faire mettre un genou à terre au champion de France qui ne s'impose que deux buts dans les ultimes secondes (29-31).

Ceux qui pensaient que Montpellier mettrait au moins dix buts d'écart à une équipe de Paris lanterne rouge de la D.1 et que Patrice Canayer pourrait faire reposer ses cadres en vue du match de samedi en Ligue des Champions, ceux-là ont du attendre la seconde période pour déchanter. C'est vrai que dans cette rencontre, les Parisiens n'ont été devant qu'à trois reprises dans les huit premières minutes, avant d'être punis et assister impuissants au cavalier seul d'un adversaire qui sans produire un handball de haute-voltige, s'était montré efficace et incisif (8-13 après 20' de jeu). Grâce notamment aux multiples parades de leur gardien Primoz Prost (14 arrêts dont un penalty sur l'ensemble du match), les champions de France étaient les patrons et allaient le rester déjà jusqu'à la pause, atteinte avec sept buts d'avance (11-18). A la buvette, beaucoup était prêt à parier que Montpellier allait faire comme d'habitude, se balader dans le second acte et infliger à l'adversaire sa fessée habituelle. 


Les hommes de Patrice Canayer vont poursuivre sur leur lancée (17-24 à la 39ème) mais les Parisiens mieux structurés et plus solidaires en défense, vont refaire surface. «On avait le match complètement en mains, analysait le coach héraultais, mais on a manqué quelques ballons importants au niveau du tir, un peu par facilité, un peu par fatigue et Paris a profité de ces ballons pour placer des contres et se relancer.» Les Franciliens vont profiter de l'aubaine et tenter leur chance jusqu'au bout. Le public va se prendre au jeu, les encouragements de la poignée de supporters montpelliérains s'évanouir et le score s'emballer dans le sens contraire (26-28 à la 53ème). L'avanie n'était pas loin pour des Héraultais qui en quatorze minutes venaient de prendre un 9-4 inhabituel. Secoués mais pas à terre puisqu'au tableau d'affichage, ils étaient toujours devant. L'ambiance de Coubertin montait en degrés et l'exploit tendait les bras aux Parisiens. Il restait à peine plus d'une minute à jouer lorsque les hommes de François Berthier vont se retrouver avec une patate chaude dans les mains. Un ballon d'égalisation à 30 partout! Le tir d'Ibrahim Diaw sera détourné par Richard Stochl et derrière, malgré l'expulsion d'Issam Tej, les Héraultais vont porter le coup de grâce, l'inévitable Bojinovic, encore une fois, sauveur de la patrie languedocienne, convertissant un jet de 7 mètres. «La mi-temps qu'a fait Paris, était d'un très bon niveau, reconnaissait Patrice Canayer. On a joué contre une équipe sérieuse, des joueurs qui ont bien monté le ballon et qui ont bien géré la situation, aidés en cela par des gardiens très performants dans les moments chauds .»


Les Héraultais s'imposent à Paris, jusque là, le constat n'a rien d'extravagant mais ils ont souffert. Le technicien du MAHB n'était pas outre mesure inquiet puisque l'essentiel, la victoire, avait été préservé. « On rejoue samedi en Ligue des Champions, on a pensé que le match était à peu près maîtrisé, on n’a pas levé le pied mais on en a fait un peu moins là où Paris a fait beaucoup. Je comprends que les joueurs aient à moment donné la tête ailleurs et de temps en temps, ça fait du bien de faire ce genre de fin de match. » Pragmatique Patrice Canayer qui ce jeudi récupérera Rémi Salou avant de s'envoler pour la Hongrie affronter Szeged ! Côté Parisien, on était bien-sûr loin de se contenter de cette défaite, même si la seconde période avait été bien négociée. « Il y a beaucoup de déception car on n'a pas pris de points, rageait le gardien de buts Patrice Annonay. Nous avons eu une réaction d'orgueil en 2ème mi-temps et cela ne peut que nous laisser des regrets car on se dit qu'il fallait jouer ainsi pendant 60 minutes.» 


Paris, finalement cultive le paradoxe. Les camarades de Nicolas Claire sont capables de se sublimer contre les grosses cylindrées (Chambéry ou Montpellier) et être à l'agonie contre des formations "à sa portée" comme une semaine auparavant face à Cesson. « Je pense que quel que soit l'adversaire, martèle Patrice Annonay, il faut que nous ayons la même préparation et le même état d'esprit. J'espère que cela va payer car on a un besoin urgent de points. Et je persiste à dire que nous ne sommes pas à notre place. Quand on joue comme on l'a fait ce soir et ensemble en plus, je pense qu'on peut battre pas mal d'équipes.» La semaine prochaine, Paris et Ibrahim Diaw se déplaceront à Istres.  Montpellier attendra ce jeudi soir pour savoir si le mano a mano à distance continue avec Chambéry. Les Savoyards privés de Xavier Barachet se déplacent à Tremblay. 

*****************************

PARIS HANDBALL - MONTPELLIER HANDBALL 
29 - 31 (Mi-temps : 11-18)
Statistiques du match
Lieu :
Pierre de Coubertin
82, avenue Georges Lafont 75016 PARIS
Date :
Le 16/11/2011 20h30
Arbitres :
BOURGEOIS JEAN-FRANÇOIS
DENIS PATRICK

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités