mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Dernière étape avant le Brésil
Dernière étape avant le Brésil
25 Novembre 2011 | International
Le plateau est de grande qualité. La Russie championne du Monde, la France, sa dauphine, la Tunisie et le Monténégro participent ce week-end au 20ème tournoi de Paris Ile-de-France, répétition générale avant le Mondial qui débute en fin de semaine prochaine au Brésil. 

Le Tournoi de Paris Ile-de-France est le dernier port d'attache pour les joueuses d’Olivier Krumbholz avant le départ lundi, vers Sao Paulo et le championnat du Monde qui démarre en fin de semaine prochaine au Brésil. Ce rendez-vous de Coubertin ramassé sur deux jours est la conclusion d’une préparation amorcée cet été par deux stages intensifs à la Toussuire dans les Alpes et à Brommat dans l’Aveyron suivie de deux matches amicaux remportés sur une équipe de Norvège diminuée et deux matches de qualification à l'Euro 2012 abordés sans trop de soucis face à la Turquie et en Lituanie. Malgré un écart conséquent (+9 et +15), ces deux dernières sorties n'avaient pas convaincu pleinement l'entraîneur national. « Je pense que nous aurions pu mieux jouer que ça, précise Olivier Krumbholz. A la World Cup (un mois plus tôt), il y a des matches que nous avions mieux négociés. Par contre, j’ai été satisfait de la solidité de l’équipe au moment où il fallait faire la différence. Mais il reste beaucoup d’imperfections. » Les Tricolores ont en effet, montré quelques carences en attaque avec de nombreuses maladresses au tir. En revanche, défensivement, l’équipe de France comme à son habitude, a donné de réelles assurances. 


"Ruffy" coeur fidèle

Le retour de Raphaëlle Tervel (notre photo) aux affaires, n’est pas étranger à ce regain de stabilité. « Elle est sur la lancée des bons résultats de son club d'Itxaco, constate le sélectionneur national. Ses pépins physiques sont dissipés et sa présence est un élément moteur pour le groupe. Elle sait défendre à tous les postes et c'est quand même exceptionnel. Je préfère aborder une compétition avec une Raphaëlle en pleine forme que le contraire. » De par son expérience et son vécu, la capitaine de l'équipe de France qui était absente du dernier Euro tient une place privilégiée au sein de la sélection, dans un rôle de plus en plus défensif. « Cela ne me dérange en rien, avoue-t-elle sans sourciller. C'est un secteur que j'adore. Toutefois si Olivier a besoin de moi aussi en attaque, il sait qu'il peut m'utiliser un peu partout. » Raphaëlle Tervel est unique en son genre. Contrairement aux autres internationales expatriées, qui en cette année olympique avaient décidé de rentrer au bercail, elle est la seule du groupe à être restée à l'étranger. « Je suis bien où je suis, j'aime l'Espagne, je m'y suis vraiment bien acclimatée. Itxaco évolue au plus haut niveau et s'est qualifié pour la suite de la Ligue des Champions, donc je n'avais aucune raison de partir. » A 32 ans, "Ruffy" est consciente de ses possibilités et aussi des limites que lui impose son corps. « Les calendriers sont de plus en plus chargés et je n'ai plus l'agilité de mes 20 ans. J'ai besoin de réduire la charge, de souffler un peu. Donc, c'est décidé, si on va aux Jeux, ce sera ma dernière compétition.» Mais avant d'envisager Londres, il faudra valider le billet au Brésil. « Je vais au Mondial pour le gagner, il n'y a aucune ambiguïté dans mon esprit. » Avec un tel moral et une telle détermination, la Bisontine ne peut qu'être suivie par des coéquipières qui partagent depuis au moins deux ans, la même ambition.


Olivier Krumbholz ménage le suspens

Des coéquipières qui lundi, partiront à.... dix-huit. Au terme d'une semaine de préparation entamée au Creps de Chartres, Olivier Krumbholz a tranché tout en ménageant le suspens jusqu'au bout. Alors qu'il avait 20 joueuses de France A et 14 "réservistes" à sa disposition, le sélectionneur a écarté trois anciennes et puisé dans cette réserve. Marion Limal (vice-championne du Monde en 2009), Sophie Herbrecht (championne du Monde en 2003) et Maakan Tounkara n'ont pas été retenues dans le groupe qui non seulement participera ce week-end, au Tournoi de Paris puis qui s'envolera ensuite pour le Brésil. La surprise de cette liste est venue de la confiance accordée à la gardienne d'Issy-les-Moulineaux, Armelle Attingré, 22 ans et seulement quatre sélections chez les Bleues. Le sélectionneur national a estimé que Marion Limal n'était pas suffisamment remise de son opération au poignet, la saison passée et lui a préféré la jeune isséenne Audrey Bruneau qui pour l'occasion, sera la benjamine du groupe. Tout comme Maakan Tounkara qui avait fait une parenthèse internationale de deux ans et Sophie Herbrecht qui elle, revenait d'une grave blessure au genou, Marion Limal reste toutefois mobilisée dans la perspective de cette année 2012, avec les Jeux Olympiques en point de mire. Olivier Krumbholz peut à tous moments faire appel à ces trois joueuses. Même d'ici lundi et le départ pour le Brésil.


Le Tournoi de Paris ou la communion avec le public 

Depuis qu'il est programmé, le Tournoi de Paris Ile de France a toujours célébré une communion entre l'équipe de France féminine et son public. L'épreuve a chaque année pris de l'ampleur et le plateau est de plus en plus relevé, certaines équipes frappant même à la porte de la Fédération Française pour y participer. 

Ce samedi, les Tricolores affrontent la Tunisie qu'elles retrouveront, le 5 décembre prochain à Sao Paulo pour le 2ème match du tour préliminaire du Mondial brésilien. Les vices championnes d'Afrique possèdent de belles individualités comme l'ailière droite de Fleury, Rafika Marzouk ou l'arrière Inès Khouildi de Mios-Biganos, d'ailleurs sur les seize joueuses retenues, neuf évoluent à l'étranger dont six en France (en LFH ou en D2). En quatre confrontations depuis août 2001, la France s'est toujours imposée face à la Tunisie. 

L'autre demi-finale opposera l'ogre russe au Monténégro ou plutôt à une sélection nationale composée à 70% de joueuses du club de Buducnost (qui en compagnie de Metz, s'est tout dernièrement qualifié pour le tour principal de la Ligue des Champions). C'est en prenant une excellente 6ème place lors du dernier Euro (en s'inclinant en match de classement face aux Françaises 23-19) que les Monténégrines ont finalement fait leur entrée dans le concert international. Au tournoi de Paris, elles ne partiront pas favorites face à des Russes boulimiques et parait-il, encore mieux armées que par le passé. Avec à leur tête, le truculent Evgeny Trefilov, les Sidorova, Postnova, Turei, Muravyeiva et autres Andryushina (la Messine) vont-elles jouer le jeu à fond et se dévoiler à moins d'une semaine du début d'un Mondial qui pourrait les consacrer une 5ème fois en deux décennies ? 

« Ce tournoi est important car on est encore plus près de l'échéance et on va voir si on est au point, nous confiait il y a peu, l'arrière Camille Ayglon. Et si à Coubertin, on prend en finale la Russie, ce sera une bonne répétition pour le Mondial !» Et foi de Nîmoise, un France-Russie comme en Chine, il y a deux ans avec en jeu, la plus haute marche du podium mondial est donc tout à fait envisageable. 

Le programme du Tournoi de Paris 

Samedi 26  novembre 2011
14h30 : Monténégro - Russie
17h00 : France -Tunisie 

Dimanche 27 novembre 2011 
14h30 : match sans la France
17h00 : match avec la France 

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités