mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
CAN 2012: une affaire d'hommes pour la Tunisie
CAN 2012: une affaire d'hommes pour la Tunisie
21 Janvier 2012 | International > CAN
La Fédération tunisienne de handball a presque réussi son pari. Décrocher deux médailles d’or dans cette 20ème édition de la CAN et envoyer ses équipes féminine et masculine aux prochains Jeux Olympiques. Mais voilà, seuls les garçons d’Alain Portes qui ont battu l’Algérie en finale, y sont parvenus. A moins que les filles qui ont subi la loi de l’Angola, sortent du piège du Tournoi de Qualification Olympique.  

« Campeones, campeones,… », sur un podium au rabais et au terme d’une cérémonie protocolaire d’un autre temps, les Tunisiens se sont pris pour le FC Barcelone remportant la Ligue des Champions de football. Dans une cohue indescriptible, « à l’africaine » diront certains, ils ont brandi leur seconde Coupe d’Afrique des nations d’affilée. Il y a deux ans, c’était en battant l’Egypte, cette fois-ci l’Algérie. Un match très consciencieusement préparé par les Tunisiens au point de démarrer le pied au plancher et mettre la panique dans une défense algérienne (la fameuse 3-3 à l’efficacité de plus en plus éculée) totalement désemparée. Et comme en face, Wissem Hmam et Issam Tej avaient posé les fils de fer barbelés, après vingt minutes, les Algériens étaient déjà menés de sept buts (10-3). C’est vous dire l’étendue des dégâts. Peut-être mis en confiance trop tôt et surtout déboussolés par la sortie d’Heykel Mégannem (touché au niveau des adducteurs), les Tunisiens vont accuser le coup et tomber dans une certaine suffisance. Dans le sillage de Kader Rahim, derrière et en contre-attaque de l'ailier-pivot Riad Chehbour, les hommes de Salah Bouchekriou (dont c’était en principe le dernier match à la tête de la sélection) vont revenir. Ils vont surtout mettre en place une défense plus resserrée et profiter des ballons perdus et des tirs mal cadrés par l’adversaire. 


Les Algériens vont grignoter leur retard sans pour autant passer devant  (13-11 à la 36ème puis 19-17 à la 20ème). C’est Mosbah Sanai, bien discret jusque-là, qui grâce à une mine expédiée des 10m, va mettre tout le monde d’accord et donner un avantage substantiel à son équipe. Et comme derrière, Marouene Maggaiez plaçait un arrêt décisif sur un tir de Messaoud Berkous (un droitier de 22 ans qui de notre point de vue devrait refaire parler de lui, peut-être dans un championnat européen), les Tunisiens augmentaient leur avance. Il ne leur restait plus qu’à gérer le money-time et le tour était joué. C’est d’ailleurs ce que vont faire les grognards  de cette équipe, Wissem Bousnina et Anouar Ayed, le stratosphérique Issam Tej (5/6 au tir) parachevant l’œuvre pour expédier la Tunisie sur la plus haute marche de la CAN 2012 et par la même occasion, décrocher un billet pour Londres. 


« Je suis tellement content, savourait Marouenne Magaiez pendant la cérémonie protocolaire. J’ai déjà fait quatre championnats du Monde, autant de championnats d’Afrique et surtout la qualification pour les Jeux, c’est très important pour moi. » Le gardien de buts nantais a évolué devant une défense qui durant cette compétition a toujours donné des garanties de solidité. Et pourtant lors de cette finale, lui qui est d’habitude si imperturbable, a senti une certaine pression sur ses épaules. « Cela m’a fait comme il y a quatre ans en Angola. Il fallait obtenir la qualification pour Pékin mais malheureusement, on a perdu contre l’Egypte après avoir mené pendant presque tout le match et aujourd’hui, lorsqu’ils sont revenus au score, j’ai pensé à tout cela. D’autant qu’en plus, les buts que j’ai pris, c’étaient des buts faciles. » A 28 ans, Marouenne Magaiez se voit aller encore loin avec cette sélection. « Nous avons d’excellents jeunes qui arrivent mais il faut que des joueurs comme Tej, qui est un vrai leader, fasse encore un bout de chemin avec nous. Il y a une nouvelle échéance avec les Jeux de Londres mais il faut voir plus loin. » L'histoire aime les clins d'oeil. Alain Portes, le sélectionneur de la Tunisie reviendra aux Jeux, vingt ans après y avoir participé. C'était avec la bande à Costantini et l'ailier gauche nîmois avait ramené une médaille de bronze, la 1ère de l'histoire de l'équipe de France.


A Rabat (Maroc), salle Ibn Yassine - finale de la CAN  
arbitres : Michal Badura & Jaroslav Ondogrecula (Slvk)

Tunisie – Algérie 23-20 (MT  12-6)

Tunisie : Magaiez (7 arrêts)  Helal (1 arrêt) Megannem (6/6)  Tej (5/6) Hmam (3/3) Gharbi (2/2) Bousnina (2/4) Ayed (2 P/2) Boughamni (1/2) Banour (1/4) Sanai (1/7) Touati (0/2) 

Algérie :  Kerbouche (7 arrêts) Rahim (4/4) Chebhour (4/6) Berkous (3/8) Soudani (3/5) Daoud (2/2) Boultif (2/5) Kaabache (2/2) Labane (0/2)



Cruelle désillusion pour les Tunisiennes

Elles avaient tellement envie de bien faire, de prendre leur revanche deux ans après, sur cette finale de la CAN en Egypte où elles ne s’étaient inclinées que d’un petit but. Mais voilà, en 2012, l’Angola est toujours l’Angola avec ses joueuses qui ne sortent plus du pays, à salaires équivalents, pour aller chercher la gloire en Europe ou ailleurs. Et lorsque les joueuses lusophones décident de mettre la pression, elles font presque ce qu’elles veulent. La démonstration de début de rencontre va s’avérer imparable. A la 5ème minute, les partenaires de l’ex-dijonnaise Marcelina Kiala avaient déjà pris le large (4-1). Et pourtant, sans se démonter, les Tunisiennes vont s’accrocher et malgré de nombreuses imperfections en attaque avec pertes de balle, fautes de débutantes et quelques mauvaises relances, elles vont parvenir à revenir à hauteur d’un adversaire qui jusque-là, n’avait fait que gérer (7-7 à la 18ème). Mouna Chebbah, la pépite de la sélection tunisienne alternant le bon et le moins bon, rien ne permettait à son équipe de recoller au score et ensuite de passer devant. 


Toujours ces maladresses de part et d’autres succédant aux tirs mal cadrés, les deux équipes regagnaient les vestiaires dos à dos. (12-12). Mais allait-on voir une véritable prise de risques ? En tout cas, pas dans ce premier quart d’heure de la seconde période, puisque les deux formations vont longtemps se neutraliser. C’est les dix dernières minutes que le sort des Tunisiennes va se jouer. Physiquement plus affûtées, c’est par le duo Kiala (Marcelina et sa sœur Luisa) que l’Angola va faire la différence, passer devant et accroître son bénéfice (24-21 à la 55ème). C’en était terminé des chances de la Tunisie qui ne pourra pas revenir. Score final, 26-24, les Angolaises iront aux Jeux de Londres, les Tunisiennes devront passer par un Tournoi de Qualification Olympique qui d’ores et déjà ne s’annonce pas comme une partie de plaisir car du 25 au 27 mai prochain, elles devront affronter sur ses terres, le Danemark, la Russie et la République Dominicaine. Mission quasi impossible pour les copines de Rafika Marzouk. 

Le classement de la CAN 2012

dans l'équipe type, (de gauche à droite) Sassi Boultif (Istres-Algérie) a été désigné meilleur arrière gauche de la compétition, Yassine Idrissi (Nîmes-Maroc) meilleur gardien, Seufyan Sayad (Nantes-Maroc), MVP du tournoi, Issam Tej (Montpellier-Tunisie) meilleur pivot et Heykel Mgannem (St Raphaël-Tunisie) meilleur demi-centre

Hommes
1-Tunisie    2-Algérie     3-Egypte    4- Maroc  5-Sénégal  6-Angola  7-Cameroun  8-Rep. Dem. du Congo  9-Congo  Brazzaville 10-Côte d’Ivoire  11-Gabon  12-Burkina Fasso

Dames :  
1-Angola 2-Tunisie  3-Rep.Dem.du Congo  4-Algérie   5-Cameroun  6-Congo  7-Côte d’Ivoire  8-Sénégal  9-Egypte  10-Maroc

en gras, équipes qualifiées pour le prochain championnat du Monde. Il se déroulera en Espagne pour les hommes (13-27 janvier 2013) et en Serbie pour les dames (en décembre 2013)


A venir sur Handzone, ne ratez pas l'album photo de la CAN
© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités