mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Du mieux certes, mais ils partaient de si loin…
Du mieux certes, mais ils partaient de si loin…
25 Janvier 2012 | International > Euro

Quitte ou double, les choses étaient extrêmement claires pour les Bleus ! La victoire ou rien face à l’éternel rival, la Croatie. Mal en point dans le jeu mais aussi au classement, les Bleus retrouvaient les victimes favorites de leurs conquêtes pour tenter un pari un peu fou, sortir de cette poule 2 en y étant rentrés avec 0 point. Et bien ce pari fou a été loupé et dans les grandes largeurs après une première période pleine d’espoirs. Les Bleus sont trop vite retombés dans leurs travers des premiers matches de l’Euro et surtout se sont « offerts » un sacré temps faible entre la 39° et 53° minute qui a donné tout ce qu’il fallait en munitions aux Croates pour qu’ils effacent tant d’années de frustrations face à l’équipe de France.

Pour relancer le groupe et le jeu, les changements étaient criants dès l’entame de match ! Guillaume Gille à la mène pour fluidifier le jeu et Cédric Sorhaindo en pivot pour densifier la défense. Et tout cela surprenait les suiveurs, mais aussi les Croates qui retrouvaient sans trop de délices celui qui les avait martyrisés à Zagreb. Bonne pioche pour les Bleus et le pivot du Barca qui transformait tous les bons ballons ou obtenait les jets de 7 mètres pour permettre aux Bleus de montrer que pour les battre, les Croates devraient s’employer. Comme dans tous les bons France – Croatie, le « à toi, à moi » commençait et durait 12 bonnes minutes avant qu’un coup de mou tricolore ne vienne donner les bons ballons à Cupic et Cie pour prendre trois petits buts d’avance. Evidemment, il n’était pas question de lâcher à ce moment alors que le mieux dans le jeu était plus qu’évident. Un temps mort, quelques changements et surtout la rentrée de Daniel Narcisse qui allait redonner de suite un bon coup de fouet à toute la troupe avec en guest-star un Thierry Omeyer qui faisait de plus en plus peur aux tireurs croates. Dans son sillage, les Bleus collaient un bon 5-0 pour se placer bien devant à quelques minutes de la pause. La Croatie répliquait au mieux par Drago Vukovic et Zeljko Muza venu remplacer un Igor Vori transparent et tout ce beau monde repartait aux vestiaires avec l’écart minimum mais en faveur des Tricolores.

Si les Bleus reprenaient parfaitement le chemin de leur jeu retrouvé dès leur retour des vestiaires, ils ne pouvaient empêcher Ivan Cupic de se lancer dans un one man show. En quelques minutes et quelques tours de passe-passe, le meilleur buteur croate de la compétition remettait ses couleurs dans le droit chemin de la qualification pour les demi-finales. Ce coup de chaud croate, les Bleus n’allaient jamais s’en remettre… De nouveau hésitants en attaque, perdant des ballons qu’ils ne perdaient pas en première période, lâchant en défense face à la volonté adverses, la France voyait tous ses espoirs de retour de nulle part s’effacer peu à peu à chaque but des Kopljar, Bicanic, toujours ce diable de Cupic, etc… Quand en plus le grand Mirko Alilovic se mettait à faire des arrêts alors qu’il était un peu en mode sieste depuis le début du match, la messe était vraiment dite pour de bon. La France n’irait pas dans le dernier carré de l’Euro 2012, elle perd son titre acquis en Autriche et devra sans doute faire un bon morceau d’auto-analyse pour rebondir en vue des JO de Londres. Car même si cet Euro n’était pas l’objectif majeur de cette saison, il n’en reste pas moins que beaucoup de questions se sont posées au fur et à mesure des échecs en Serbie. En premier, sans doute faire le procès d’une défense qui fut de loin et de manière récurrente le péché mignon des Bleus sur cette compétition et même depuis le début de la saison, les prestations face à la Slovaquie à Limoges et la Norvège en préparation étant sans doute annonciatrice des futurs déboires tricolores.

Quoi qu’il en soit, le potentiel de cette équipe n’est plus à prouver, même si certains leaders sont passés au travers, dont un Nikola Karabatic qui devra rapidement effacer son cauchemar en Serbie, même si la défense est sans doute à reprendre de A à Z, même si l’attaque ne surprend plus les adversaires des Bleus qui à force d’être dominés ont fait ce qu’il fallait pour la mettre en échec, l’objectif d’un deuxième titre olympique peut encore être réalisé. Point final sur ce triste Euro pour les couleurs tricolores, enfin… point final sur les espoirs, il reste le match face à l’Islande elle aussi éliminée et peut-être un match de classement en fonction des résultats pour repartir de Serbie avec un visage un peu moins grimaçant, parce que pour le sourire, on devra attendre des jours meilleurs.


A Novi Sad, Spens Hall
Le mardi 24 janvier à 18h10
France - Croatie : 22 - 29 (Mi-temps : 12-11)
6 000 Spectateurs
Arbitres :
MM ABRAHAMSEN Kenneth et KRISTIANSEN Arne M. (Norvège)

Dernière Journée | Journée 5
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
FranceCroatie222924/01>>
EspagneIslande312624/01>>
HongrieSlovénie303224/01>>
Prochaine Journée | Journée 6
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
EspagneSlovénie 25/01
HongrieCroatie 25/01
FranceIslande 25/01
PlEquipePtsMJVicDefNulBut +But -SérGAP
1Espagne74301108982
2Croatie643101131041
3Slovénie442201211211
4Hongrie34121101106-2
5Islande24130114117-1
-France2413099110-1
© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités