mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Ivry et Istres ont des envies de finale
Ivry et Istres ont des envies de finale
27 Mars 2012 | France > Coupe de France
Cette saison, il faudra être patient pour connaître l’affiche de la finale de la Coupe de France. Ce mercredi, Ivry accueille Istres mais ce n’est que samedi que Montpellier recevra Nantes. Pour Ivry et Istres, en difficulté en championnat, la coupe est un véritable exutoire.

Ivry-Istres ou la demi-finale de coupe des mal-classés en championnat. Pour chacune des deux équipes, l’objectif N°1 de cette fin de saison est très clair: le maintien en D.1. Si pour les Provençaux, l’équilibre est fragile mais l’affaire bien embarquée, la situation d’Ivry suscite quelques interrogations. Cette demi-finale de coupe offre une parenthèse, certains diront un bol d’air aux partenaires de Damir Smajilagic (notre photo de tête). L'ailier gauche natif de Banja Luka (Bosnie) a tout connu sous le maillot rossonero. Les joies d’un titre national en 2007, la Ligue des Champions et des places d’honneur par la suite avant une descente aux enfers la saison dernière où la relégation a été évitée d’un cheveu. Cette année, le parcours en coupe et cette demi-finale face à Istres égayent le quotidien. « Il faut se dire que nous sommes à un match de Bercy mais que le maintien en championnat reste la priorité. Ces matches de coupe nous ont servi. Le quart contre Cesson a précédé notre succès à Créteil et même si là, on aura deux matches en quatre jours, on doit oublier la fatigue. » Le week-end dernier à domicile contre Chambéry comme en début de mois face à Dunkerque, il n'a pas manqué grand chose à Ivry pour faire vaciller un des poids lourds du championnat. Les hommes de Pascal Léandri jouent bien mais ne parviennent pas à faire basculer le score en leur faveur. « C’est vrai que c’est agaçant, conçoit Damir Smajilagic, mais on continue à travailler et surtout à y croire. On n’a plus le choix car moins il reste de matches, plus la pression devient grande. L’an dernier, c’était  comme ça et il faut faire avec. » Sauf que les deux saisons précédentes, l’USI n’avait pas réalisé un aussi bon parcours en coupe de France. 


A Istres, le discours pourrait être le même mais depuis la mi-février, les hommes de Christophe Mazel connaissent une embellie. Il a suffit de deux renforts (le Tchèque Hrstka et le Grec Balomenos) et le retour après une longue blessure de Jordan Perronneau pour que la confiance revienne et surtout qu’en championnat, la zone dangereuse s’éloigne. « En fait, la trêve a permis à certains de se remotiver, lâche le demi-centre istréen. Et surtout, le club a recruté deux bons joueurs qui se sont intégrés assez rapidement. Pour ma part, je suis parti de très loin. En janvier quand j’ai repris le terrain, je me suis demandé comment j’allais être performant. Et c’est revenu petit à petit. Je tiens de mieux en mieux sur mes jambes, je deviens percutant et j’ai retrouvé la confiance. » Avec en bonus, une certaine réussite. Dix-sept buts lors des deux dernières journées de championnat, sept lors du quart de finale face à Saint Raphaël, l’ancien international junior a oublié à 23 ans, ses déboires passés. « On a les cartes en main mais il ne va falloir rien lâcher et aller faire des perfs à l’extérieur. » Et cela commence dès ce mercredi à Ivry afin de se qualifier pour la finale de la coupe de France. « Après chaque tour, Bercy était dans toutes les têtes. Une finale, tu n’en joues pas une tous les ans, ça peut transformer une saison moyenne où tu galères pour le maintien en saison vraiment réussie. » Et ce match à Delaune s’annonce très serré. Pour Jordan Perronneau, la fête aurait été complète si Niels, son frère cadet avait été de la partie. Samedi, avec la réserve, l’ailier droit istréen s’est blessé au niveau de la clavicule et est arrêté pour trois semaines. « Jouer aux côtés de son petit frère, c’est un truc de dingue. Franchement, et quelle que soit l’issue de cette saison, rien que pour ça, je ne regrette pas mon choix. J’aurais pu ne pas venir à Istres, prendre une autre décision mais c’est un truc tellement énorme que je suis très heureux que ça se réalise. »  Et le meilleur des cadeaux pour la fratrie serait de se retrouver ensemble, sur le parquet de Bercy, le 15 avril prochain en finale de la coupe de France. 


Faut-il se baser sur le match aller de championnat, en octobre dernier pour dégager le favori de cette rencontre ? A domicile, Istres s'était imposé de huit buts mais les effectifs il y a cinq mois étaient sensiblement différents. Pour cette demi-finale, Christophe Mazel ne pourra toujours pas utiliser Maxime Derbier, Armand Gomis et donc Niels Perronneau qui sont blessés, Pascal Léandri son homologue ivryen récupère Morgan Staigre remis de sa douleur à l'épaule droite. En revanche, Xavier Lorgere (problème aux adducteurs) est laissé au repos. 


Les demi-finales de la coupe de France:

Ivry - Istres mercredi 28 mars à 20h gymnase Delaune 

pronostic: Istres

Montpellier - Nantes samedi 31 mars à 20h palais des sports Bougnol

pronostic: Montpellier
© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités