mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Berlin fait l’exploit, Barcelone out, quelle journée !
Berlin fait l’exploit, Barcelone out, quelle journée !
1 Mai 2012 | Europe > Champion's League

Les matches retours ont rendu leur verdict : Le tenant du titre passe à la trappe et Copenhague s’ouvre la porte du Final Four pour une première danoise. L’Atletico a remis les choses dans l’ordre en faisant la loi à domicile contre les courageux slovènes de Koper, Kiel et son banc ont surpassé les Croates de Zagreb en seconde période, mais l’exploit de la journée est bel et bien le fantastique retournement de situation établi par les renards berlinois qui remontent onze buts contre Léon et se qualifie au bénéfice du nombre de buts à l’extérieur ! Pour une première dans cette compétition prestigieuse, Berlin, le petit nouveau qui monte en Allemagne, marque sur ce coup là, l’histoire de la ligue des Champions. Deux clubs allemands, Berlin et Kiel, un club danois, dans la logique de l’Euro et un représentant espagnol, voila le tableau très ouvert de ce final four 2012.


FC Barcelone 36- 33 AG Copenhague (17-17) Aller (23-29)
Copenhague a concrétisé son rêve et se qualifie à la fois pour la première fois de son histoire et sa première participation, au Final four et en sortant s’il vous plait le tenant du titre, le prestigieux Barcelone, habitué de ce rendez vous.

Les Danois pouvaient danser et faire la fête après un match qu’ils ont géré avec une grande concentration et qui s’est plus joué en attaque que sur l’efficacité défensive ! Les deux islandais Olafur Stefansson(7) l’âme de l’équipe sur cette rencontre et Gudjon Sigurdsson avec huit buts ont été les hommes du match coté Copenhague, tandis que Siareh Rutenka a certes fait le show et inscrit neuf buts, en vain. Les Barcelonais plus agressifs en défense qu’au match aller, ont pris en individuelle Mikkel Hansen mais les Danois ont contré ce dispositif grâce aux tirs de l’arrière Olafur Stefansson et aux contres de Gudjon Sigurdsson. Les Espagnols font un petit écart de trois unités, soutenus par un chaud public mais trop friables en défense, ils laissent les Danois revenir à 17-17 à la pause. Copenhague et Mikkel Hansen débutent en trombe la seconde période et mènent 27 - 25 à quinze minutes de la fin ! Le public est sans voix mais les Barcelonais se révoltent, passent un 6-0 aux joueurs de Magnus Andersson et se prennent à rêver. (31-27). Le coach danois prend alors son temps mort et le duo islandais va alors sceller la qualification danoise et ce joueur immense «toujours jeune» qu’est Olafur Stefansson s’ouvre les portes de sa sixième demi finale. Avec quatre clubs différents. On ne peut pas parler de « chance » mais de grande classe, tout simplement !


Füchse Berlin 29- 18 Réale Adémar Léon (13-6) Aller : 23-34
Berlin a fait mentir les pronostics et a rappelé que les matches à élimination directe se jouaient sur deux manches et qu’en sport seul le coup de sifflet final officialisait le score d’une rencontre !

La salle Max Schmelling Halle, pleine à craquer, en feu de la première à la dernière seconde à poussé son équipe à l’exploit, rendu possible par le culot des « renards » et le meilleur joueur du match : Silvio Heinevetter, le gardien allemand qui est a été décisif tout au long du parcours des son équipe ! En première mi temps, il signe un incroyable 73 % d’arrêts, paralysant Léon, faible dans tous les secteurs du jeu, avec notamment six buts inscrit en trente minutes ! Iker Romero, brillant sur cette période (4) a mené la révolte allemande et seul Vincente Alamo se battait dans ses buts pour préserver l’avance des espagnols. A la reprise, Berlin butte encore sur ces onze buts, Sven Søren Christophersen est en échec, mais son coéquipier islandais Alexander Petersson (9), pourtant blessé au genou joue le match de sa vie ! A 18 minutes de la fin, avec « une double stricte », les Allemands y sont enfin 21-10 grâce à un véritable mur en défense. Mais Isodoro Martinez propose de son coté une défense plus étagée, son équipe joue le contre et réduit l’écart (9 buts) Las ! Silvio Heinevetter avait décidé du sort de la rencontre et surtout de passer le dernier week-end de mai à Cologne ! Alexander Petterson marque par deux fois et les Allemands à cinq contre six diront encore merci à leur gardien et à une ultime maladresse de Léon en attaque pour pouvoir laisser exploser leur joie et fêter avec leur fabuleux public la qualification. Léon est dépité, tellement leur performance du match aller les avait fait rêver, comme en 2004 et leur élimination contre Celje. Les Renards ont été plus forts que les Lions et s’invitent pour la première fois à la grande messe du Final Four !


Atletico Madrid 31-24 Cimos Koper (14-13) Aller 23-26
Sous deux noms différents, Ciudad Real et Madrid, cette entité sera en tous cas la seule à avoir participé à tous les Final 4, depuis la création de cet événement en 2010.

Mais que la tâche fut rude face à ces combattants slovènes, talentueux, qui montrent encore combien leur place au dernier Euro n’était pas usurpée ! Il aura fallu une nouvelle fois l’immense talent de Arpad Sterbik encore décisif pour son équipe, crédité de 24 arrêts et celui du danois Nikolaj Markussen qui scora neuf fois pour venir à bout de Koper ! A la pause les hommes de Talant Dushebaev, n’avaient toujours pas rattrapé leur retard de trois buts concédé au match aller ! Pourtant l’Atletico avait démarré pied au plancher, solide en défense à l’image d’un Arpad Sterbik bien présent et de l’arrière Kiril Lazarov, auteur de quatre buts pour creuser un écart en quinze minutes (9-4). Mais les slovènes choisissent ce moment pour se révolter et Milorad Krivokapic en tête (6) ils font douter les madrilènes qui doivent à leur gardien de rester devant à la marque ! Mais avec un but de retard, seulement, les Slovènes étaient à Cologne ! La reprise confirme la supériorité de Koper, Matjaz Brumen (7) et consorts prennent la tête (19-17) brillants en défense comme en attaque. A ce moment Arpad Sterbik décide de fermer « sa cage » et c’est Luc Abalo qui inscrit le but du 26-22, qui donne le droit de rêver à la qualification. Après un terrible 11-4 la chose est entendue, les Espagnols se lâchent et les Slovènes se « relâchent » ils ne peuvent plus résister aux contres de Jonas Kallman (7) et de ses coéquipiers. Les joueurs et les supporters peuvent préparer leurs valises mais que ce fut dur !


THW Kiel 33-27 RK Croatia Zagreb (16-16) Aller: 31-31
Kiel est la seconde équipe allemande à rejoindre Berlin dans le quatuor des quatre meilleurs clubs d’Europe ! Mais les Croates n’ont cédé que trente minutes sur deux heures de jeu face à l’armada allemande !

En faisant le pari du jeu, les hommes de Slavko Goluza ont failli faire douter la puissance et la vitesse de Kiel. Appuyé sur un bon Marin Sego dans les buts, la vitesse des deux ailiers Manuel Strlek et Zlatko Horvat et un Ivano Balic très inspiré à la passe, Zagreb, solide en défense a tenu en respect le jeu allemand . Heureusement, Thierry Omeyer, plus présent qu’au match aller a limité les dégâts d’une équipe emmenée tour à tour en attaque par Daniel Narcisse, Kim Andersson, le puissant Momir Ilic ou le pivot Marcus Ahlm en forme. Avec un nul à la pause, rien n’est joué surtout qu’Ivano Balic continue son show mais la base arrière de Zagreb fatigue, à l’image de Marko Kopljar et du Slovène Spiler sur une défense allemande, passé en 0/6 et qui se durcit. C’est aussi le moment que choisit Filip Jicha pour faire basculer le score, avec trois buts consécutifs, (25-21) suivi par Henrik Lundstrom qui crucifie le malheureux Marin Sego en contre attaque. Kiel retrouve son jeu rapide, accroit le score avec un énorme Filip Jicha qui sur cette deuxième période marquera à tous les postes, arrière, pivot ou à l’aile ! Thierry Omeyer et Daniel Narcisse prépondérants dans cette victoire pouvaient s’associer à leur super public pour fêter leur retour au Final Four et une huitième qualification en demi finale de la ligue des Champions. C’est encore trop juste pour des effectifs comme celui présenté par Zagreb pour lutter malgré le talent, contre des collectifs aussi denses que celui de Kiel. Et quand on sait que Marco Vujin, René Toft Hansen ou encore Valur Gudjon Sigurdsson devraient rejoindre le club allemand la saison prochaine, on tremble…

Tour 1 | Phase 1
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
BerlinHamburg323018/03>>
MontpellierBarcelona302818/03>>
PlockKiel243614/03>>
SchaffhausenMadrid273615/03>>
LeónVeszprém312817/03>>
KielceKoper272618/03>>
SkopjeZagreb191818/03>>
SävehofCopenhague253418/03>>
Tour 1 | Phase 2
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
HamburgBerlin232425/03>>
BarcelonaMontpellier362025/03>>
KielPlock272418/03>>
MadridSchaffhausen263025/03>>
VeszprémLeón272525/03>>
KoperKielce252324/03>>
ZagrebSkopje262124/03>>
CopenhagueSävehof262424/03>>

Le tirage au sort des demies finales aura lieu à Cologne, ville hôte de ce Final Four, le mercredi 02 mai à 11H15.

Les matches se dérouleront les samedi 26 et dimanche 27 mai 2012
Samedi 26 Mai :
Demie finale 1 : 15H15. Demi finale 2: 18H00
Dimanche 27 Mai :
Place ¾ : 15H14. Finale : 18H00

© Cathy Tachdjian
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

Suivez la D2F en live

Les lives sont mis en place via l’association Handvision (www.vision-sport.fr). Le bon déroulement de ceux-ci dépend également des clubs du championnat, acteurs majeurs dans la prise de statistiques en temps réel. Une connexion Internet défaillante (ou inexistante) sur le lieu du match, un matériel inadapté, une saisie de statistiques erronée, ou tout autre problème technique indépendant de notre volonté, sont des raisons qui pourraient empêcher la bonne retranscription d’une rencontre en direct. Le maximum est mis en œuvre afin de garantir le bon déroulement des lives et éviter tout désagrément pour l’internaute. Si des problèmes surviennent malgré tout, sachez que nous travaillons à leur résolution.