mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
W. Holder : « Pontault est à sa place »
W. Holder : « Pontault est à sa place »
18 Mai 2012 | France > Pro D2

Affirmer que Pontault-Combault a vécu une année compliquée en Pro D.2 est un doux euphémisme. Après avoir débuté la saison avec six revers, le club seine-et-marnais a joué avec le feu une bonne partie de l’année, ne décrochant son maintien qu’à une journée de la fin grâce à une victoire sur le fil à Saintes (27-28).

Troisième de D.2 en 2010, Pontault semble depuis marquer le pas au sein d’un championnat de plus en plus ouvert : 8ème en 2011 puis 11ème cette saison. William Holder, l’entraîneur pontellois, revient pour HandZone sur l’année compliquée de son équipe, évoque le recrutement à venir et dresse la première feuille de route pour la prochaine saison. La formation va devenir un axe majeur du développement du club.

HandZone : Pontault a assuré son maintien à une journée de la fin. Au vu de la saison de l’équipe, ce fut un véritable soulagement ?
William Holder : Tout à fait. On a enfin pu disputer un match sans pression à domicile devant notre public pour clôturer la saison. C’était très bien de finir l’année sur une note positive. Mon mot d’ordre sur le dernier match contre Besançon était clair : préparer la saison prochaine en abordant le match très sérieusement. On a pu finir l’esprit léger.

HZ : T’attendais-tu à une saison aussi compliquée ?
W.H. :
Non, même si je m’attendais à une année difficile. Les pronostics nous annonçaient à la treizième place en début de saison. Je m’attendais à finir autour de la huitième ou neuvième place. On termine finalement onzièmes avec un classement très serré à partir de la cinquième place. J’espérais quand même autre chose.

HZ : Comment expliques-tu les difficultés rencontrées par Pontault cette saison ?
W.H. :
Au départ, j’avais une équipe assez déséquilibrée avec beaucoup de jeunes joueurs qui n’avaient aucune expérience du haut niveau. Ce manque d’expérience explique en partie nos difficultés mais je m’y attendais. En revanche, un point qui a changé la donne et auquel je ne m’étais pas préparé concerne les difficultés des joueurs cadres à prendre le bon wagon en début de saison. Les anciens n’ont pas été au niveau que j’attendais au départ. Ensuite, avec six défaites lors des six premières journées, le facteur psychologique est venu se rajouter à ces deux problèmes.

HZ : Ce fut l’un des points faibles de Pontault, qui a souvent lâché des matchs qu’il semblait maîtriser …
W.H. : Ces difficultés psychologiques nous ont poursuivis toute l’année. C’était vraiment compliqué. Même en apportant quelques changements, ça ne fonctionnait toujours pas. Aussi bien chez les plus jeunes que chez les plus aguerris, le facteur psychologique a souvent pris le pas et nous a clairement mis en difficultés. C’était très frustrant pour moi.

"Le fossé se creuse entre la LNH et la D.2"

HZ : Pontault finit à seulement 3 points de la 5ème place. Ça te laisse des regrets ?
W.H. : Oui, bien sûr. Quand on fait le bilan comptable, on se rend compte qu’on perd dix matchs de un ou deux buts seulement, à l’issue certaines fois de scenarii incroyables, où on donne le match à notre adversaire. On n’était pas loin de la première partie du classement, c’est frustrant. Les joueurs travaillaient sérieusement, le boulot était fait à l’entraînement mais, comme dans tous les sports de haut niveau, il manquait ce petit truc qui nous aurait permis de passer devant dans les moments cruciaux.

HZ : Avec cette onzième place, Pontault est finalement à sa place ?
W.H. : Oui, bien sûr. On ne méritait pas mieux au vu de nos prestations. Je retiens que les jeunes ont progressé tout au long de la saison. C’est une réelle satisfaction. Concernant les recrues, je suis en partie satisfait puisque deux des quatre nouveaux joueurs ont vraiment bien performé. C’est important dans la perspective de la prochaine saison.

HZ : Globalement, le niveau de la Pro D2 est-il en hausse ?
W.H. : Je ne pense pas que le niveau ait augmenté. Hormis Aix qui pourrait prétendre au niveau LNH, je ne vois pas d’autres clubs jouer dans la cour des grands avec leur effectif actuel. En revanche, le niveau de la Pro D2 s’est homogénéisé. Les équipes se sont, pour la plupart d’entre elles, renforcées et cela peut expliquer les scores aussi serrés cette saison. Il y a eu beaucoup de matchs indécis, avec du combat. Seul Nanterre était un peu décroché, mais cela reste une exception. Par contre, entre la LNH et la D2, j’ai l’impression que le fossé se creuse de plus en plus. Des joueurs d’un autre calibre arrivent en LNH, accompagnés par des internationaux de retour au pays, ce qui renforce l’écart avec la Pro D2. Cela se vérifie aussi bien sur un plan technique que physique. En D2, on est encore très loin de ce qui se fait en LNH.

"Il a vraiment fallu s'arracher"

HZ : En tant qu’entraîneur, as-tu pensé, à certains moments, que tu n’étais plus l’homme de la situation ?
W.H. : J’ai douté. Certaines fois, au fond de moi-même, je n’y croyais plus. Quand je voyais certaines choses à l’entraînement, ça me faisait vraiment peur. Il y avait un manque flagrant de culture handballistique et d’efficacité, même si l’envie était bien présente. En discutant ces derniers jours avec les joueurs, j’ai eu la confirmation que mon discours passait bien auprès d’eux même si l’équipe n’arrivait pas à le mettre en application. Conjugués aux problèmes psychologiques, cela rendait la situation encore plus difficile. Malgré tout cela, j’ai toujours essayé de changer, de m’adapter à la situation, en simplifiant les choses mais avec un cap identique à maintenir. Le mot d’ordre était de rester soudé, de ne pas s’éparpiller. Les joueurs ont bien respecté ce point, et ce fut payant sur la fin de saison.

HZ : Est-ce ta saison la plus difficile en tant qu’entraîneur ?
W.H. : Oui, sans hésitation ! Ma première année sur le banc de Pontault était meilleure car nous avions réalisé une deuxième partie de saison très solide. Cela nous avait permis de finir en roue libre. En revanche, cette saison, on a vécu des moments vraiment difficiles. C’était très irrégulier jusqu’à la fin. Il a vraiment fallu s’arracher.

HZ : Au niveau individuel, quels sont les joueurs qui se sont montrés les plus solides cette saison ?
W.H. :
Le premier qui me vient à l’esprit est sans conteste Alexi Jallamion. Même s’il a quelques fois douté, il s’est montré très régulier dans ses performances. Hugues Mahieux a été très bon en début de saison dans les buts pontellois. En revanche, il n’a pas toujours été régulier sur la durée. Il a néanmoins progressé. C’était un pari car Hugues n’était pas habitué à jouer autant. Passer après Oleg Sapronov n’était pas une tâche aisée mais il s’en est bien sorti. En pivot, Petr Hejtmanek n’a pas dérogé à la règle ! Il a été précieux et efficace malgré les années qui passent. Il reste un joueur important. Ce sont pour moi les trois éléments qui sont sortis du lot.

"Trois joueurs vont nous rejoindre"

HZ : Quel est l’objectif de Pontault pour la prochaine saison ?
W.H. : L’objectif principal sera de décrocher un maintien beaucoup plus facile que cette année. En ayant vécu une saison comme celle que je viens de terminer, je ne vais pas m’engager à des pronostics plus ambitieux. Je vais prendre les matches un par un, en voyant comment l’équipe va débuter la saison. Pour l’instant, je ne peux pas annoncer une place précise comme objectif car je ne connais pas les effectifs des autres formations.

HZ : Pontault faisait de la LNH un objectif à moyen terme il y a quelques années. Est-ce toujours une ambition crédible ?
W.H. : Absolument pas. Parler de LNH aujourd’hui n’est pas crédible. Pontault est à un tournant. Beaucoup de choses ont été changées dans le fonctionnement du club, avec pour objectif de se rapprocher le plus possible de ce qui se fait en LNH. Cela passe notamment par la mise en place d’un centre de formation qui sera effective en août prochain. Nous misons sur la formation pour pérenniser l’équipe en D.2. Tout le club travaille sur ce dossier stratégique pour l’avenir. Nous pouvons également compter sur le soutien de la ville de Pontault-Combault. C’est un beau projet qui va apporter une plus-value au club.

HZ : Au niveau des mouvements à l’intersaison, combien de départs sont attendus ?
W.H. : Quatre joueurs vont quitter l’effectif actuel. François Allard met un terme à sa carrière après onze saisons sous le maillot pontellois. Samuel Ballestrini n’est pas conservé, tout comme Macira Sacko. Belkacem Ouadah a de son côté pris la décision d’arrêter le handball. Je suis encore en attente de la réponse de deux autres joueurs.

HZ : Et du côté des arrivées ?
W.H. : On a pris l’option de miser sur des joueurs beaucoup plus solides. On a misé sur la qualité, il faudra donc être moins gourmand sur la quantité. Trois joueurs professionnels vont nous rejoindre, mais je ne peux pas encore révéler leur identité car rien n’est signé. Ce sont des joueurs qui ont le profil LNH et haut de tableau de Pro D.2. Deux d’entre eux apparaissent comme des vrais relais entre l’entraîneur et le reste du collectif sur le parquet. Ils ont fait leur preuve par le passé. J’espère que ces arrivées pourront être officialisées la semaine prochaine.

 

Propos recueillis par

© Olivier Poignard
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités