mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
L'été sera chaud... en LFH !
L'été sera chaud... en LFH !
9 Juin 2012 | France > LFH

Le marché des transferts bat son plein actuellement en première division féminine et les mouvements d'intersaison sont une nouvelle fois très nombreux. Beaucoup d'agitation malgré une rigueur budgétaire omniprésente pour une majorité de clubs, et ce, compte tenu de la crise économique actuelle. Et pour ne rien arranger à la morosité ambiante, quelques situations compliquées voire dramatiques comme celle d'Arvor 29, condamné en appel à la relégation en D2. Quid de l'avenir des joueuses Brestoises ? Quelles perspectives pour d'autres formations en plein questionnement comme Mios ou encore Besançon. Focus sur cette intersaison qui n'a pas fini de faire parler.

C'est la nouvelle de la semaine dans le Landerneau de la LFH, Arvor champion de France en titre... condamné à la relégation (voir notre article par ailleurs). Un coup de massue terrible pour ce club en plein essor, et forcément une période d'inquiétudes pour les joueuses du club Gwenn-ha-Du, elles qui avaient cru jusqu'au bout à un sauvetage tardif. Mais l'appel auprès du CNOSF et la relégation ne peuvent évidemment pas satisfaire les joueuses les plus en vue de l'Arvor 29 telles que Cléôpatre Darleux, internationale et meilleure gardienne de LFH cette saison. A l'heure de débuter la préparation pour les Jeux Olympiques avec l'équipe de France, la femme de défi évoque aujourd'hui ses doutes dans les colonnes du quotidien L'Alsace : "c’est le bordel en ce moment. C’est un gros coup sur la tête, mais on s’y attendait. Sans y être vraiment préparées". La gardienne Alsacienne constate que la voie est bouchée en France. Alors dans l'urgence, elle se tourne désormais vers l'étranger : "les touches que j’ai sont effectivement solides et cela va bientôt aboutir. Mais pour l’instant, je ne veux pas dire où je poserai mes valises. Mais c’est un gros club". Selon nos informations, il s'agirait du club de Viborg, champion du Danemark et vainqueur de la Ligue des Champions à de nombreuses reprises.

A l'instar de leur coéquipière en sélection, que feront les autres internationales de l'Arvor 29 ? Julie Goïorani, meilleure pivot du championnat ou encore Alexandra Lacrabère, meilleure arrière droite de LFH. Nouvelle désillusion notamment pour la joueuse native du Béarn qui, rappelons-le, avait vécu pareille mésaventure il y a 2 deux ans lorsque Toulouse avait finalement déposé le bilan. Julie Goïorani, devrait elle, mettre le cap au sud puisque le club de Toulon-St Cyr a fait part de son intérêt pour la joueuse. Quel avenir aussi pour les Julija Nikolic ou encore Biljana Filipovic, elles qui ont joué un rôle prédominant dans l'obtention des titres de champion et de la Coupe de la Ligue ? Dans tous les cas, une valse de départs est attendue dans les prochains jours du côté de Brest. L'entraîneur Laurent Bezeau devrait également quitter la Bretagne pour une toute autre mission.

La page Frédéric Bougeant est désormais tournée au Havre, place aujourd'hui à la jeunesse d'Aurélien Duraffourg et à une toute nouvelle équipe. Comme plusieurs clubs de LFH, le HAC s'est notamment tourné vers l'Espagne... là où la situation économique est encore plus inquiétante. Et c'est ainsi que la gardienne Mercedes Castellanos (Alicante), sur les conseils de Nely Carla Alberto, a pris la direction de la Normandie. "Je souhaitais découvrir une nouvelle expérience dans un autre contexte que le championnat espagnol, et la France est un pays qui est proche de ma maison. De plus, la situation économique en Espagne est fragile depuis quelques temps, par conséquent cela semblait être le bon moment pour changer d’air" explique t'elle sur le site du HAC. Et pour pallier les départs de Carla Alberto, Polenova et Dos Santos, Le Havre mise sur une doublette venue de Zajecar, les Internationales Serbe Jovana Stoiljkovic et croate Petra Vrdoljak.

Jeu de chaises musicales oblige, Fleury ouvre donc une nouvelle ère sous l'impulsion de Frédéric Bougeant. Et la formation Orléanaise reprend goût à une toute nouvelle ambition, celle de cotoyer la première partie de tableau. Logique au vu de ce recrutement haut de gamme : une forte délégation d'anciennes Havraises évidemment avec Nely Carla Alberto, Livia Martins Horacio et Daniela Pereira. Le nouveau coach s'est aussi tourné vers la péninsule Ibérique en s'attachant les services de l'arrière Beatriz Fernandez (27 ans), internationale Espagnole à 114 reprises. Une recrue de choix pour Fleury, Fernandez ayant terminé second de la Liga cette saison avec Bera Bera. Autre arrivée, celle de Marion Callavé, de Besançon, qui complète ici un poste de gardienne bien fourni avec Pereira et Jeoffroy (actuellement blessée).

Au vu de leur recrutement, d'autres équipes - principalement sur la Côte d'Azur -nourissent de grandes ambitions pour la saison prochaine. C'est le cas du nouveau promu Nice, désormais coaché par l'ex-Messin Sébastien Gardillou, qui a vu l'arrivée des ailières d'Arvor, Maeva Guillerme et Manon Le Bihan, et de la gardienne de Mios, Stella Joseph-Mathieu. Vainqueur de la Coupe de France, Toulon St Cyr a lui aussi recruté en conséquence : Sophie Herbrecht, Laurence Germany et Silvia Pinheiro rejoignent ainsi le club Varois... en attendant le renfort de Julie Goïorani si d'aventure Arvor plongeait. Un temps inquiété par une vague impressionnante de départs, Metz ne s'est pas affolé en privilégiant ces dernières semaines un recrutement qualitatif. Le club du revenant Sandor Rac s'est attaché entre autre les services de Paule Baudouin et Lara Gonzalez Ortega, buteuse prolifique de 20 ans en provenance d'Alicante. Le recrutement Messin n'est évidemment pas terminé, le club Lorrain reçoit en ce moment une arrière Suédoise.

Par contrainte budgétaire, Issy-Paris et Dijon misent quant à eux sur la stabilité de leur effectif. C'est le cas notamment d'Issy qui veut garder les joueuses cadres qui lui ont permis de se hisser en finale du championnat. Toutefois, la place en Champion's League d'Arvor étant en passe d'être acceptée par l'IPH, le président Siffre s'affaire afin de trouver les partenaires essentiels à l'aventure ce qui devrait entraîner quelques arrivées pour répondre à l'exigence de la compétition. Autre contexte, Dijon ne fera pas de miracle sur le marché de transferts : les cas des arrières Fleuryssoises Bernataviciute et Nikolayenko sont toujours en stand-by. Pour Nîmes aussi, priorité à la rigueur. Le club Gardois a recruté essentiellement pour remplacer les départs, les arrières Estelle Nze Minko et Marion Limal ainsi que la gardienne Nicky Houba renforcent l'effectif d'un HBCN soucieux de tourner la page d'une saison ratée.

Besançon attend impatiemment son sort, un nouveau repêchage très attendu suite à la rétrogradation d'Arvor. Mais pendant ce laps de temps, l'ESBF voit partir ses meilleurs éléments, Callavé, Boudan ou Nascimento. Meilleure buteuse Bisontine cette saison et pierre angulaire du groupe, Nabila Tizi s'en va elle aussi. Pressentie du côté de Dijon, l'Internationale Algérienne indique : "je n’ai pas encore signé mais je sais où je vais aller, j’ai mon contrat, ma proposition. Ce n’est pas encore révélé parce que ce n’est pas fait". Une nouvelle intersaison compliquée à vivre pour Besançon qui doit se résoudre à patienter avant de recruter. Seule éclaircie dans la grisaille, le retour possible de l'enfant du pays, Raphaelle Tervel. Enfin, 6ème de la saison régulière, Mios vit encore une fois une intersaison délicate. Toujours confronté à des moyens financiers limités, le club du Bassin d'Arcachon subit pour l'heure une vague impressionnante de départs, 9 à ce jour dont ceux de joueuses majeures comme Borg, Joseph-Mathieu, Khouildi, Fier de Moura, Nze Minko... Si Emmanuel Mayonade a su reconstruire un groupe compétitif ces dernières saisons, il sera bien difficile de contrecarrer cette fois-ci une telle hémorragie. Fidèle à ses habitudes, le MBBA tentera tout de même de faire les bons coups durant les dernières semaines du mercato.

Enfin, signalons le départ de joueuses trentenaires en faveur de clubs de D2, 3 visages incontournables de la D1 durant la dernière décennie : Myriam Borg quitte Mios pour un nouveau challenge à Bègles. Championne du Monde 2003, l'arrière Girondine de 33 ans adhère ainsi au projet de remontée du CAB en première division. Autre maman à avoir porté la tunique Bleue de l'équipe de France, Stéphanie Fiossonangaye s'est engagée avec Abbeville, l'ex-Bisontine et Dijonnaise reprend la compétition après avoir connu les joies de la maternité en décembre dernier. Après une saison compliquée à Fleury, l'internationale Tunisienne Rafika Marzouk a signé un contrat de deux ans plus une année optionnelle avec l'ambitieuse formation de Nantes, candidat déclaré à l'accession en LFH. Elle est accompagnée par sa jeune coéquipière en sélection Maroua Dhaouadi, la nouvelle pépite du handball Tunisien en provenance de Bizerte.

© Davy Bodiguel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités