mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Sebastian Simonet : « le rêve est devenu réalité »
Sebastian Simonet : « le rêve est devenu réalité »
27 Juillet 2012 | International > Jeux Olympiques
Depuis le milieu de la semaine, Sebastian Simonet va de surprises en surprises. Comme ses partenaires de la sélection argentine, l’Ivryen dispute ses premiers Jeux Olympiques et comme eux, il est fasciné par l’environnement qui gravite autour de lui. Et alors que la compétition n’a même pas commencé !

Diego et Sebastian Simonet ne passent pas pour des garçons bruyants et expansifs. Les deux frères qui l’été dernier, ont posé leur sac dans les vestiaires de l’US Ivry, ne font jamais dans la démesure. Et pourtant, depuis qu’ils sont arrivés à Londres, en milieu de semaine, on ne les arrête plus. Sur les réseaux sociaux où Sebastian est plus présent que son cadet, les commentaires sont dithyrambiques et les superlatifs fusent sans retenue. Alors que la compétition masculine débute dimanche, avec une première confrontation contre l’Islande, l’installation et l’acclimatation au village olympique a mobilisé une partie de l’énergie. Dans cet espace gigantesque, où handballeurs croisent tennismen qui eux-mêmes croisent nageurs et autres judokas, dans une cafétéria immense ou dans les nombreuses aires de loisirs mises à la disposition des athlètes, tout prend une allure disproportionnée. Pour nos petits argentins, la découverte a commencé bien avant l’arrivée sur le site. « Dès qu’on est descendu de l’avion, témoigne Sebastian, on s’est dit, ça y est, on y est. Les formalités, l’enregistrement, l’accréditation nous ont encore un peu plus rapproché de la famille olympique. Je me dis que toutes ses années de sacrifices et d’efforts, ça valait le coup pour en arriver là. C’est tout simplement le rêve qui devient réalité. Je ne sais pas si j’aurai l’occasion de revivre d’autres J.O donc j’ai décidé de profiter de tout. ». Le village olympique est une petite ville transformée en véritable bunker, 16 000 athlètes et officiels vont s’y retrouver pendant plus de quinze jours et chaque délégation a balisé son territoire. « J’ai le sentiment d’être à Disney, s’émerveille Sebastian. Je n’arrête pas de tourner la tête dans tous les sens. Surtout pour ne rien râter. Nous résidons avec toute la délégation argentine près d’une salle à manger gigantesque ouverte 24/24 et d’un espace loisirs très bien équipé. Il y a aussi à proximité, un gymnase et une salle de musculation. Nous sommes installés dans des sortes d’appartements et bien entendu, je partage la même chambre que Diego. Nous avons voulu marquer notre présence en accrochant un énorme étendard sur presque toute la longueur du balcon, à nos couleurs et sur lequel nous avons écrit notre nom… Gladiadores, les Gladiateurs. » Et comme tous les athlètes, les deux frangins n'ont pas sacrifié à ce qui est devenu un rituel: se faire prendre en photo sous les cinq anneaux olympiques géants plantés à l'entrée du village. 


Sur le plan sportif, l’Argentine conserve intactes ses chances de passer en quarts. A ceci près et compte tenu de la faiblesse de la Grande-Bretagne, qu’il faudra écarter une autre équipe pour y parvenir. Les résultats des matches de préparation sont plutôt mitigés. Les deux derniers tests, c’était justement contre l’Islande (deux défaites de 4 et 7 buts) qui sera le premier adversaire dimanche sur le coup de 10h30. « Nous avons pourtant montré de bonnes choses, insiste Sebastian mais c’est vrai, notre production a été inégale. En plus, Diego s’est blessé à la cheville lors du 2ème match mais aujourd’hui, tout est rentré dans l’ordre. » C’est donc contre la Tunisie, lors de la dernière journée des matches de poule (le 6 août) que tout pourrait se décider. « Ça sera un match à la vie, à la mort, concède l’aîné des Simonet. Le champion d’Afrique possède de grands joueurs mais comme notre objectif, c’est de rentrer dans le Top 8, il faudra bien les éliminer. Et si pour nos 1ers Jeux, nous arrivons en quart de finale, je serai le plus heureux des hommes. » Avant d’affronter l’équipe dirigée par Alain Portes, l’Argentine retrouvera la France sur son chemin. Un rendez-vous assez particulier pour les deux joueurs d’Ivry. « Bien-sûr que ce match sera spécial. C’est la meilleure équipe du groupe et maintenant que nous vivons en France, on se sent encore un peu plus concernés. Je connais presque tous les joueurs. Nous les avons joués à Bercy et chez nous en Argentine. Quoi qu’il se passe, il faut que tout le monde sache que nous continuons à écrire l’histoire, que nous avons faim et que nous n’avons rien à perdre. » Les adversaires des Gladiateurs de la pampa sont donc prévenus. A Ivry, où la saison débute lundi avec pour l’équipe professionnelle, une première semaine de préparation en Corse, les partenaires de Diego et Sebastian auront un œil rivé sur Londres. « Leur présence aux Jeux, valide l’entraîneur Pascal Léandri, c’est quelque part une reconnaissance du travail fourni en club. Il faut qu’ils prennent du plaisir à vivre un tel évènement. En Corse, nous suivrons leur progression et même si il faut décaler des séances d’entraînement pour voir les matches de l’Argentine, cela ne posera aucun problème. » Ainsi Seba, Diego, Fernando (Garcia), Fede (Vieyra), Leo (Querin) et Damian (Migueles) qui évoluent ou ont évolué dans nos championnats seront soutenus par quelques français amoureux du handball argentin. Enfin... excepté mardi prochain, où l'adversaire sera tout simplement la France !


Le bataillon des étrangers des championnats de France aux Jeux


Chez les hommes

Tunisie:
Jaleleddine Touati (notre photo)  ailier droit  Dunkerque
Heykel Megannem  demi centre  St Raphaël
Marouen Maggaiez  gardien  Nantes
Mahmoud Gharbi  pivot  Nantes
Wissem Hmam  arrière G  Montpellier
Issam Tej  pivot  Montpellier
Anouar Ayed  ailier G  Fénix Toulouse 
Argentine:
Diego Simonet  demi centre  Ivry
Sebastian Simonet  arr G / DC  Ivry
Fernando Garcia  gardien  Vernon (Pro D2)
Federico Vieyra  arrière D  Istres (Pro D2)
Grande Bretagne:
Gawain Vincent  arrière D  Bordeaux (Nat.1)
Sébastien Edgar  ailier D  Valence (Pro D2)
Islande:
Asgeir Orn Hallgrimsson  arrière D  Paris Handball
Robert Gunnarsson  pivot  Paris Handball
Croatie:
Damir Bicanic  arrière G  Chambéry
Marko Kopljar  arrière D  Paris Handball
Serbie:
Ivan Stankovic  arrière D  Créteil
 

Chez les dames

Brésil:
Mayssa Pessoa  (notre photo)  gardienne  Issy Paris Hand
Silvia Helena Pinheiro  arrière G  Toulon St Cyr
Suède:
Tina Flognman  pivot  Toulon St Cyr
Thérèse Helgesson  demi centre  Toulon St Cyr
Espagne:
Nely Carla Alberto  arrière G  Fleury-les-Aubrais
Elisabet Chavez  pivot  OGC Nice
Croatie:
Maida Arslanagic  arrière G  OGC Nice
Grande Bretagne:
Ewa Paliès  arrière G  Noisy le Grand (D2)
Marie Gerbron  ailière D  Octeville s/mer (D2)
© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités