mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Pas beaucoup plus dur
Pas beaucoup plus dur
31 Juillet 2012 | International > Jeux Olympiques

Après le match de gala face à la Grande Bretagne, on attendait une rencontre beaucoup plus âpre face à l’Argentine. Au final, les Bleus ont déroulés, tranquillement, presque trop tranquillement ? La suite seule le dira ! En tout face à des Argentins vite dans le dur et aussi vite résignés, les Bleus ont fait valoir quelques belles facettes de leur talent. Défense 6-0 solide, jeu léché, arrières percutants et avants insaisissables et pour clôturer le tout, une paire de gardiens en béton armé.

Pourtant ces même Argentins avaient fait souffrir l’Islande pendant 45 bonnes minutes avant de ne s’incliner que de 6 buts au final. Alors d’entrée de match on sentait bien que les Bleus étaient en mode combat et même si Diego Simonet faisait admirer ses jambes de feu et son poignet magique, c’était trop peu pour vraiment contrer des Bleus qui d’entrée trouvaient de belles solutions en pivot avec un Cédric Sorhaindo très efficace. Petit à petit l’emprise des Tricolores se faisait de plus en plus sentir dans cette partie. Après les avants, le duo Karabatic – Narcisse pesait de tout son poids dans le jeu. Nikola Karabatic prenait sa combinaison de perforateur tandis que le meneur de jeu rappelait que son surnom en Allemagne est « Air France ». Encore une fois, le Réunionnais faisait claquer quelques 1x1 qui mettait la défense ciel et blanche à chaque fois sur le fondement. Et comme de l’autre côté la défense et Thierry Omeyer mettait les attaquants adverses à la portion congrue, cela donnait quelques jolis ballons de contre parfaitement exploités par le duo Honrubia – Abalo pour creuser un écart qui rendait le match quasi plié dès la 20° minute. Eduardo Gallardo ne se trompait pas sur le futur de la partie, il sortait son diamant Diego Simonet laissant son frère Sébastian tenter de faire le boulot tout seul. Logiquement, la mi-temps de soldait par un +8 et surtout un tout petit solde de 9 buts concédés par la défense.

Comme prévu, la révolte des Gauchos n’allait pas avoir lieu. Même si le remplaçant de Diego Simonet, Guido Riccobelli montrait lui aussi de très beaux appuis et une très belle vista dans le jeu, on allait assister à un petit one man show Nikola Karabatic sur le premier quart d’heure de cette seconde période. Une défense adverse qui tente de minimiser l’impact de Daniel Narcisse et aussitôt l’arrière de Montpellier s’engouffrait dans les espaces laissés pour enquiller but sur but, montrant qu’il est bel et bien redevenu le perforateur ultime de défense. Et Nikola Karabatic est ainsi fait que tant qu’on lui laisse les solutions il va les prendre, même quand le score atteint rapidement les +10. La volée de bois vert qu’il va infliger à la défense argentine va suffire à transformer la fin de match en petite partie amicale sur les bords de la tamise. Pas encore du Sandball, mais quelques gestes tentés, parfois réussis qui auront fait plaisir aux spectateurs de la Copper Box. En y rajoutant l’entrée en fanfare d’un Daouda Karaboué qui va lui aussi faire un joli show sur son petit quart d’heure de jeu, on assistait à un entraînement un peu grandeur nature sur cette fin de match. Seul regret, et on commence par s’inquiéter, Michael Guigou, tracassé par ses adducteurs, n’aura, une nouvelle fois pas été de la partie.

Pour le moment et sans doute aussi face à une Tunisie en plein marasme après deux matches, cela ne devrait pas poser de problème. Mais pour les deux derniers matches face à l’Islande et la Suède, il serait de bon ton de pouvoir disposer du petit génie d’Apt. Samuel Honrubia ne pourra pas enchaîner éternellement les matches de 55 minutes. Enfin dans cette poule A, au bout de seulement deux journées, les choses semblent assez claires. Les 3 premières places semblent quasi attribuées, restera à l’Argentine et la Tunisie à se battre pour le dernier ticket pour les quarts de finale. Pour les Bleus, si le match face à la Tunisie était encore facile, on pourrait alors dire que les organismes n’auront pas été trop mis dans le rouge. Quand on voit les batailles dans la poule d’en face, on se dit que de ne pas tirer sur le physique pourrait bien payer cash en fin de parcours.

A Londres, Copper Box
Le mardi 31 juillet 2012 à 22h15
France - Argentine : 32 - 20 (Mi-temps : 17-9)

5 000 spectateurs
Arbitres :
MM OLESEN Per et PEDERSEN Lars Ejby (Danemark)

Statistiques du match

Evolution du score : 3-1 5°, 5-3 10°, 9-5 15°, 13-6 20°, 16-7 25°, 17-9 MT - 19-10 35°, 22-13 40°, 25-15 45°, 29-16 50°, 30-17 55°, 32-20 FT.

Dernière Journée | Journée 2
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
TunisieIslande223231/07>>
Grande BretagneSuède194131/07>>
ArgentineFrance203231/07>>
Prochaine Journée | Journée 3
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
FranceTunisie 02/08
Grande BretagneArgentine 02/08
SuèdeIslande 02/08
PlEquipePtsMJVicDefNulBut +But -SérGAP
1France4220076352
-Suède4220069402
-Islande4220063472
4Tunisie020204360-2
-Argentine020204563-2
-Grande Bretagne020203485-2

Les réactions sonores 

Daniel Narcisse, demi-centre de l'équipe de France 

Jérôme Fernandez, capitaine et arrière gauche de l'équipe de France 


© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités