mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Accambray olympique !!!
Accambray olympique !!!
8 Août 2012 | International > Jeux Olympiques
De notre envoyé spécial à Londres, Yves Michel...

William Accambray qui depuis le 17 juillet avait enfilé le survêt du 15ème homme des Jeux, celui qu'on appelle lorsqu'il y a un blessé et qui depuis hier avait intégré le groupe, a éliminé presque à lui tout seul, une équipe d'Espagne qui a totalement craqué en 2ème période. Après la déception et les larmes des filles, la veille, cela faisait plaisir de voir la joie des garçons après le match, dans la désormais célèbre zone mixte. 

Un brin amusé de voir tant de monde se presser autour de lui, William Accambray a attendu patiemment que son coach ait terminé son analyse pour prendre la lumière. A cet instant, le grand Will' avait encore une petite flamme au fond de l’œil. L’œil du mort de faim. Le gars qu’on invite à table mais à qui on attache les mains dans le dos. Face aux Espagnols, le Montpelliérain aurait dévoré n’importe quoi. Deux mois qu’il n’avait pas disputé de matches officiels ! 

En toute fin de première période, Claude Onesta l’avait envoyé à l’échauffement mais l’avait fait se rasseoir. Frustré William ? Pas le moins du monde. Il savait que son heure n’allait pas tarder. Il est entré après 31 minutes et 40 secondes de jeu. Et afin de signaler sa présence, il a servi un caviar à Michael Guigou. A ce moment-là, les Espagnols étaient encore devant mais certainement moins fringants, William lui, boulimique puisqu’il va inscrire les deux buts suivants avant que son pote Xavier ne prenne le relais. On se serait cru quelques années plus tôt, lorsque les deux pensionnaires arpentaient les couloirs du Lycée du Parc Impérial de Nice. Le festival azuréen (Accambray-Barachet) avec intercalé, un but en contre-attaque de Luc Abalo, va durer dix-huit minutes. Interminables pour les joueurs de Valero Rivera qui de plus 3 vont passer à l’inverse (17-20 à la 51ème). Et puis il y aura cette fin de scénar’, sans doute écrite au pied de la Tour de Londres par le bon vieil Alfred. Il reste une vingtaine de secondes, Claude l’inspiré, pose son temps mort, l’attaque est française, Niko fusille, Sterbik repousse dans les mains de William qui lui renvoie la politesse en prenant bien soin que le cuir meurre au fond des filets. 

voir le résumé complet et les photos de la rencontre 


Pour le Cannois d’origine, (fils de Jacques, ancien international du lancer de marteau et d’Isabelle, spécialiste du lancer de disque, frère de Michaël, ancien international juniors de volley, passé depuis peu au rugby à Montpellier et de Jennifer, passionné de javelot), ces Jeux démarrent en trombe. 

Sourire radieux, Claude Onesta était bien entendu satisfait de la prestation remarquée de son ex-quinzième homme. Le technicien français se félicitant d'avoir eu le bon feeling sur ce coup-là.

Très heureux également de la prestation de son copain de lycée, l’autre blond de la base arrière, señor Javier… c’est comme ça, parait-il qu’on l’appelle désormais du côté de l’Atletico. C’est d’ailleurs à Madrid que Xavier Barachet retrouvera Arpad Sterbik, le bourreau des Tricolores en 1ère période. 


Nous terminerons cette revue d’effectif par un ancien « Espagnol »  né à Ivry et qui retrouvera dans quelques jours (à partir de lundi et non pas plus tôt, c’est ça qui est bon), l’Ile de France puisqu’il posera son bagage handballistique du côté de Coubertin. Luc Abalo qui reconnaissait avoir senti beaucoup de pression dès l’entame de la rencontre.


Accambray SDF

On peut terminer meilleur buteur de son équipe à 78% de réussite face à l'Espagne, prendre la lumière en moins d’une mi-temps, et être un SDF au village olympique. William Accambray était rappelons le 15ème homme de la sélection tricolore. A ce titre, rien n’était prévu pour lui dans les appartements de la délégation française. Il y a quatre ans, le Chambérien Cédric Paty avait connu le même sort mais ça se passait à Pékin et la température était bien plus agréable (côté thermomètre) que celle de Londres. Tenant à partager le quotidien de ses camarades, « Cécé » avait pris ses quartiers sur un balcon. William s’est organisé en conséquences mais ne s’est vu proposer que l’enfilade d’un couloir, soit l’espace de caser un lit et quelques sacs. 


Big Up pour Guillaume Joli

Le Lyonnais qui n'est plus dans les quatorze sélectionnés de l'équipe de France et qui devra désormais suivre les rencontres jusqu'à dimanche, depuis les tribunes, a été le 1er des tricolores a passé par la zone mixte. "Guigui" nous a confié que bien-sûr, il était dépité de ne pas pouvoir apporter sa contribution dans le succès de ses camarades mais qu'il était hyper heureux pour William. En plus, avec la prestation que le Montpelliérain a accomplie, Guillaume ne pouvait que lui tirer son chapeau. Ça s'appelle de la classe ! Tout simplement. 
© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités