mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Dans la nuit londonienne avec des gars qui rendent heureux
Dans la nuit londonienne avec des gars qui rendent heureux
16 Août 2012 | International > Jeux Olympiques
De notre envoyé spécial à Londres, Yves Michel...  

Une soirée avec les handballeurs français est toujours particulière et très sincèrement elle vaut d'être vécue. En fait, c'est comme un match de tennis. On sait quand il commence mais on ne sait jamais où et surtout quand il se termine. Avant de rallier Paris, les champions olympiques se sont offerts un tour d'honneur dans la capitale londonienne. 


A vrai dire, au moment où Jérôme Fernandez et ses copains ont quitté la "Basket ball Arena", médaille d'or autour du cou, tous ceux qui les suivaient, savaient où ils pourraient les retrouver. Sur les bords de la Tamise, dans ce club France que les Experts, sans cesse sur le pont, n'avaient encore fréquenté. Du moins pour fêter une médaille. Mais avant ?

Après l'Arena, il y a eu ce retour au village olympique. Et ce petit passage dans le carré croate où parait-il, les chambres ont été revisitées. Ensuite, passage au MacDo dans le sillage de l'expert en fast-food amerloque, Monsieur William Accambray. A ce moment-là, les joueurs qui étaient attendus un peu partout, avaient pris facilement 30 minutes de retard sur leur horaire initial. 

Nadège Coulet, la sémillante attachée de presse de la Fédération Française de Handball, déjà présente au Club France, l'oreille rougie par un téléphone qui n'arrêtait pas de sonner, contenait tant bien que mal, l'impatience des médias audiovisuels, voulant offrir à leurs auditeurs et téléspectateurs, un moment privilégié. 

Autres personnes inquiètes: le staff du Club France. On leur promettait un démontage de la bâtisse "façon Barjots", après tout, les Fernandez, Omeyer, Karabatic, barachet et consorts ne sont que les dignes héritiers de la bande à Gardent, Volle, Lathoud, Munier, pour ne citer que les plus raisonnés et les plus calmes de la fameuse époque. Ce sont nos confrères de l'Equipe TV qui feront finalement les frais de l'ouragan bleu.

Et puis la magie a opéré. Les Experts étaient arrivés et la folie pouvait débuter... Quelques boissons à base de raisin fermenté mais également de céréales vont couler à flots, laissant nos amis, sur le nuage sur lequel ils avaient commencé à surfer dès la finale contre la Suède terminée. Sur scène, un groupe reprenant des standards des Beatles donnait le tempo et Marc Maury, le speaker officiel du Club France va présenter à tour de rôle, les médaillés du samedi soir et surtout du dimanche. 


Trois belles demoiselles du tae kwondo, les basketteuses argentées et les handballeurs qui se succèdent à eux-mêmes sur la plus haute marche du podium olympique. Les Légendes, les Immortels ? leur nom doit parait-il changer. Toujours est-il que ce dimanche soir, tous les privilégiés qui avaient pu entrer dans la Maison France près de Tower Bridge ont goûté à une soirée inoubliable. 

Guillaume Joli (notre photo) en maître de cérémonie (quelle lucidité "Guigui" qui a présenté un à un tous ses camarades et le staff sans se tromper avec un petit mot pour chacun d'eux !), Cédric Sorhaindo ponctuant les interventions de son ailier droit par un cri de guerre sorti de ses entrailles... le décor était planté ! Et les garçons qui sont partageurs, vont demander à leurs copines basketteuses de les rejoindre sur scène. Sandrine Gruda et Emilie Gomis, héroînes de la quinzaine, loin d'être impressionnés, vont prendre le micro et entonner LEUR chanson, un tube de Céline Dion, que les garçons ont bien tenté de reprendre, au risque de quelques faussetés....

Tout s'est terminé comme cela avait commencé, dans la joie et la bonne humeur sur un "We are the champions" de circonstance.... Ensuite, tout ce petit monde s'est évaporé dans la nuit londonienne... mais chuuut... enfin, certains n'ont pas pu retourner au village olympique... Un Toulousain par exemple a perdu son accréditation... ce n'est pas grave, elle ne lui servira pas à grand chose, les Jeux sont terminés. L'essentiel c'est qu'il ait bien gardé sa médaille. Sacré Fernand ! 

Merci les gars, merci les filles, c'est ce sport-là qu'on aime partager !



En photos c'était tout aussi bien ... il ne manque que le son... même si le massacre a été total sur la reprise de Céline Dion...

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités