mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Les jeunes filles sur la défensive
Les jeunes filles sur la défensive
14 Août 2012 | International > Mondial

L’équipe de France des moins de 18 ans, accablée par les blessures, aura fort à faire au Monténégro afin de faire mieux que ses devancières : monter sur le podium. 
 
Que ce soit en 2006, avec Allison Pineau et Cléopâtre Darleux, en 2008 avec la génération Mendy ou en 2010 avec Audrey Bruneau, l’équipe de France jeunes a systématiquement fini quatrième du championnat du monde de sa catégorie. Bien qu’affaiblies par les forfaits de Lilla Toth (doigt luxé), de sa coéquipière messine Déborah Dangueuger (cuisse) et de l’arrière gauche d’Issy Kalidiatou Niakaté, seize joueuses de la classe d’âge 1994-95 vont tenter de conjurer la malédiction de la médaille en chocolat à partir de jeudi, au Monténégro. Un hôte décidément très à la mode cette année…

La dynamique insufflée cet été par les aînées, vice-championnes du monde en -20 ans, et bien entendu par les Experts à Londres, donne légitimement « envie de briller, de bien faire » convient Pierre Mangin. Problème, l’ambition de son groupe (cinquième de l’Euro 2011) paraît en décalage avec ses moyens du moment. « Honnêtement, par rapport à toutes les générations que j’ai eu, l’actuelle est certainement la moins porteuse » affirme le sélectionneur. Et les deux tests-matches perdus la semaine dernière (19-23 contre le Danemark, 23-29 face à la Norvège) ont plus servi à appuyer là où ça fait mal qu’à propager la confiance : « La défense est très friable en ce moment. Il faut la reconstruire après avoir perdu deux, voire trois, atouts majeurs. C’est pour ça que je ne suis pas serein ».

Voilà pourquoi les Bleuettes et leur patron sont contraints de « regarder match après match, en espérant retrouver une sérénité, une stabilité défensive ». Officiellement, personne ne se projette au-delà d’un premier tour où deux équipes sur cinq accéderont aux quarts de finale. « Ca va être très difficile, redoute Pierre Mangin. Le Danemark et la Corée sont de grosses équipes. Il y a nous, la République Tchèque, et je ne minimise pas l’Uruguay, car les nations sud-américaines en progrès. Ce sera dur de briller, mais on va essayer de faire quelque chose de bien collectivement. C’est notre seule chance. On obtiendra plutôt des résultats sur l’état d’esprit que sur la qualité et le talent de nos joueuses ». Et s’il s’agissait de l’antidote le plus efficace ?
 
L’équipe de France
Mélissa Agathe (Fleury-les-Aubrais), Lindsay Burlet (Metz), Doungou Camara (Villiers-sur-Marne), Laura Flippes (Achenheim), Alizée Frécon (Besançon), Fanta Keita (Issy/Paris), Déborah Kpodar (Metz), Aurore Lemel (Abbeville), Isaure Mosabau (Villiers-sur-Marne), Marie Prouvensier (Dijon), Mélody Serna (Toulon), Julie Soulard (Nantes), Maëlle Tracol (Le Havre), Kellya Zullemaro (Dijon). Gardiennes : Catherine Gabriel (Besançon), Laurie Carretero (Nîmes).
 
Le programme du premier tour (groupe C, à Podgorica)
Jeudi 16 août (18h15) : FRANCE – Uruguay
Vendredi 17 août (20h30) : République Tchèque – FRANCE
Dimanche 19 août (18h15) : FRANCE – Corée du Sud
Mardi 21 août (18h15) : FRANCE – Danemark.

© Laurent Hoppe
Partager
    Identification nécessaire pour ajouter une réaction
    Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
    (C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
    joueurs | équipe | actualités