mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Toujours vivants !
Toujours vivants !
20 Janvier 2013 | International > Mondial

Les Bleus se sont défaits de l’Islande au Palau Sant Jordi à Barcelone, rien ne fut simple, tout s’est fait un peu à l’arraché et grâce à duo d’ailiers gauche qui a plané sur le match, Samuel Honrubia en première période et Michael Guigou pour finir le travail. Mais il est clair que pour vaincre mercredi à Saragosse face aux vainqueurs de Croatie – Biélorussie et on miserait très lourd sur un sempiternel France – Croatie, il faudra encore monter le niveau d’un ton aussi bien défensif, dans le repli défensif et dans la percussion de la base arrière.

Mais avant tout honneur aux deux compères de l’aile gauche. En signant 13 buts à eux deux, avec un 7/8 pour le parisien et un impeccable 6/6 pour le Montpelliérain, ces deux là auront tiré la France vers le haut tout au long des 60 minutes de jeu. En plus de son activité offensive, Michael Guigou a réussi l’exploit de reprendre Gudjon Valur Sigurdsson à 1’’30 de la fin sur une contre attaque après une perte de balle. Dans sa carrière, il n’a du arriver que deux fois à l’ailier islandais une telle mésaventure, la première en cadet lorsqu’il jouait avec un plâtre et la seconde ce soir pour un but tout fait qui aurait ramené ses couleurs à 1 but à cet instant du match. Heureusement pour les actions tricolores, le jeu français a pu aussi compter sur un Nikola Karabatic qui se sera battu tout au long de ses 47 minutes de jeu et aura encore donné son corps à la science du jeu et sur un William Accambray, entré en première période pour amener du bras et de la percussion, et qui va parfaitement s’acquitter de cette tâche.

Mais que cette équipe d’Islande aura été dure à prendre, elle est cette année pourtant composée de beaucoup de joueurs qui ne jouent pas ou quasiment pas dans leur club, certaines stars sont blessées ou ont arrêté, mais elle reste un sacré morceau à avaler par sa défense à tiroir, un modèle du genre et qui est un poison surtout quand la base arrière n’arrive pas à prendre de la vitesse ce qu’auront fait le Bleus pendant un sacré moment. Mais c’est aussi une plaie en attaque où entre un jeu de transition qui aura mis trop souvent le repli défensif tricolore au supplice et une relation arrière-pivot qui va mettre la défense centrale tricolore à l’agonie, heureusement que Thierry Omeyer a su être très présents sur les moments importants, ces diables de Vikings auront tout fait pour renvoyer l’équipe de France à la maison mère et certaines de ses légendes à la retraite.

C’est raté pour eux et on en serait presque triste tellement cette équipe est respectable, mais ce seront les Français qui seront à Saragosse. Ils ont maintenant deux jours pour régler tous les problèmes qui polluent le jeu français, résoudre cette lacune sur le jeu du pivot adverse, donner plus de rythme à l’attaque et monter en puissance physiquement, car dans le domaine, les Bleus auront perdu leur duel ce soir à Barcelone. Un chiffre montre bien que les Bleus ont un peu manqué de percussion, aucune exclusion n’a été sanctionner un Tricolore et c’était tout sauf un match amical ou de gala. Face aux Croates, l’ennemi préféré des Bleus depuis plus décennie, cela ne pardonnera pas ! Le dernier carré est à ce prix, espérons que les joueurs au maillot à damier ne viendront pas encaisse l’addition mercredi soir.

A Barcelone, Palau Sant Jordi
Le dimanche 20 janvier 2013 à 20h15
Islande - France : 28 - 30 (Mi-temps : 14-15)

7 000 spectateurs
Arbitres :
MM Slavco Nikolov et Gjorgji Nachevski (Macédoine)

Jérome Fernandez : Maintenant, il faut récupérer et  préparer ce match qui arrive pour être dans le dernier carré. C’est sans doute l’expérience qui a fait la différence par rapport aux Islandais. La rentrée de William est importante, cela a apporté beaucoup de percussion en attaque. On a réussi un peu sur la fin à les empêcher de marquer et à gêner la circulation de balle et Luc a récupéré un ballon important et cela s’est joué à des détails comme souvent sur les matches couperets.

William Accambray : Sur le plan défensif c’était mieux, sur les tiroirs et nos sorties on était mieux réglés et plus solidaires. Tout n’est pas parfait, il reste des réglages à faire. Oui, le fait que pour certains ce soit le dernier match, ca compte, et ce sont des matches couperets, on le sent au niveau de notre concentration, dans le bus, dans le vestiaire, c’est calme, tout le monde se concentre, réfléchit. On sent la pression monter.

Claude Onesta : Les matches contre l’équipe de l’Islande sont toujours compliqués. On croit que l’écart va être suffisant et à chaque fois ils sont revenus avec beaucoup de qualité de jeu et de courage. On a su garder de la lucidité, cette compétition est compliquée mais on s’accroche pour essayer de continuer à avancer. C’est une belle victoire sur le plan mental car on s’est battus ensemble et j’espère que cela va lancer notre compétition maintenant. Je veux féliciter l’équipe d’Islande, pour son courage et sa combativité mais surtout pour la qualité de son jeu. Même diminuée par des absences elle est capable d’exploiter son potentiel, notamment sur le jeu rapide et une défense capable de relancer tous les ballons récupérés avec un maximum de risque. On avait pourtant  identifié leurs forces, ils ont été en réussite, on a encore des réglages à trouver, mais on a avancé au niveau du parcours mais surtout au niveau de l’état d’esprit.

Xavier Barrachet : On a joué un match très dur avec une équipe d’Islande qui s’est battu jusqu’à la fin. On savait qu’il ne fallait pas perdre beaucoup de ballon  pour éviter leurs contres. Ils ont recollé au score mais je pense que notre banc nous a aidés car eux depuis le début de la compétition joue avec les mêmes joueurs. Nous étions sans doute plus frais pour garder le score jusqu’au bout. En tout cas, félicitations à cette équipe qui nous a posé des problèmes.

Gudjon Valur Sigurdsson  (Capitaine Islande) : Je voudrais d’abord féliciter l’équipe de France. Elle a très bien joué. Et nous nous avons fait beaucoup trop d’erreurs techniques pour espérer gagner. A commencer par moi, je m’excuse auprès de mon pays de ne pas avoir été performant. On est très déçu.

Statistiques du match

© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités