mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Valentin Porte fait ses gammes
Valentin Porte fait ses gammes
21 Janvier 2013 | International > Mondial
Depuis vendredi, Valentin Porte doit patienter. Savamment utilisé jusque-là sur la phase préliminaire, l'ailier toulousain s’est tout naturellement effacé devant Luc Abalo, titulaire sur le poste d’ailier droit. La défaite face à l’Allemagne et le rude combat livré face aux Islandais ne lui ont pas permis d’augmenter son temps de jeu. Il poursuit son apprentissage version "Grand Bleu".

Le rituel attendra un peu mais Valentin Porte sait que tôt ou tard, il n’y coupera pas. Le Toulousain a franchi le cap des cinq sélections chez les Bleus, un privilège qui devrait lui valoir, le traditionnel passage de la tondeuse. Ce bizutage annoncé ne le dérange aucunement. Celui qui a grillé la politesse à Guillaume Joli à l’issue de la phase de préparation, a donné satisfaction lorsqu’il a été lancé dans la compétition. Lors des quatre premiers matches de ce championnat du monde, il a mis à profit son talent mais également sa fraîcheur pour inscrire sept buts et surtout pour permettre à Luc Abalo de souffler. Dans un contexte où le niveau d'exigence va aller crescendo, Valentin Porte reste en réserve. 
 
Comment cela se passe depuis ton arrivée dans l’univers de France A ? 
La découverte s’est faite en douceur, au tout début je me suis fait tout petit, je voulais apprivoiser le fonctionnement de l’équipe, ses usages et tout ce qui participe à la vie de groupe. Et plus ça va, grâce à l’accueil qui m’a été réservé, je m’aperçois que cela se passe super bien. Inutile de te dire que je vais tout faire pour que cela continue. Tout en restant à ma place, je me risque à prendre la parole et cela va de mieux en mieux. 

Et Claude Onesta t’a accordé du temps de jeu…
C’est vrai que c’est important pour moi car cela me permet d’emmagasiner de la confiance et de l’expérience. Ce n’est que du positif. 

Estimes-tu que ce temps de jeu, tu l’as bien mis à profit ? 
Les consignes ont été d’aller au plus simple, de ne pas me compliquer la vie et je pense que je les ai suivies. Il y a eu quelques petites erreurs mais le principal, c’est que je donne satisfaction. 

Avec une roucoulette réussie face à l’Argentine…
Je l’ai avant tout tentée car la situation le permettait mais aussi le demandait. Car je prends l’info que le gardien adverse occupe une certaine position et va faire telle parade donc il faut que je le contourne avec pourquoi pas, une roucoulette. Et en plus, elle a fonctionné ! 

Lors de ta sélection, plein de sentiments ont ressurgi, notamment vis-à-vis de Guillaume Joli…
C’est vrai que j’ai entendu des bonnes et des mauvaises choses. Le sélectionneur a expliqué son choix, j’essaie de faire abstraction de quelques commentaires désobligeants et notamment faire mentir les idées reçues en étant bon sur le terrain. 


Le niveau de compétition s’élevant, tu as moins de temps de jeu ? 
Je suis conscient du contexte et je trouve cela normal. Si Claude fait encore appel à moi, il pourra compter sur moi et je ferai tout pour lui rendre sur le terrain, la confiance qu’il est prêt à m’accorder. S’il m’utilise deux minutes, cinq minutes ou un peu plus sur les matches à venir, je répondrai présent. 

De qui as-tu reçu le plus bel encouragement jusque-là ?
De ma tante qui vit à Toulouse. Elle suit tous les matches à la télé et elle est survoltée lorsqu’elle me voit apparaître. Elle m’a envoyé des sms d’encouragement dont un qui m’a touché, en me parlant de mon grand père qui est décédé il n’y a pas si longtemps et qui aurait été très fier de moi. C’est un homme qui a toujours voulu que ses enfants fassent du sport et qui s’est toujours sacrifié dans ce sens-là. C’est le plus beau message que j’ai eu depuis le début de la compétition. 

Tu as changé de compagnon de chambre…
Oui, je suis abonné aux Chambériens ! Après Timo (N’Guessan) pendant la prépa, je suis désormais avec Greg (Detrez). Ce n’est pas un grand bavard mais peu à peu, on apprend à se connaître. C’est quelqu’un de très sociable. 

Valentin Porte chez les Experts, il y a de quoi se pincer non ? 
C’est un bonheur quotidien et l’année 2013 commence de la plus belle des façons qui soit. Le plus dur désormais c’est d’y rester, de constamment prouver, de passer encore un pallier. 

Ton statut va inévitablement évoluer. Mine de rien, Toulouse a un nouvel international. 
Je viens de prolonger de deux ans au Fénix (jusqu’en 2016) et c’est vrai que j’ai hésité surtout après les évènements de l’été avec le départ soudain de l’ancien président et les incertitudes financières. J’ai pas mal réfléchi, pas mal discuté avec Jérôme (Fernandez) et le nouveau président (Philippe Dallard), j’ai eu des assurances que le club voulait évoluer mais si un certain niveau n’est pas atteint, je pourrai retrouver ma liberté. 

Qu’est-ce qui actuellement pourrait faire que tu sois encore plus heureux ? 
Etre champion du Monde !  Je suis actuellement aux anges et je veux que cela continue. 
© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités