mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Arriba España !
Arriba España !
25 Janvier 2013 | International > Mondial

Ils y sont, les Espagnols ont franchi le dernier col slovène et ont pris rendez-vous pour la finale de dimanche dans leur Mondial. Ils se sont débarrassés d’une Slovénie pleine de talent mais qui n’a pu le faire parler sur la durée du match.

Et c’est même d’entrée de jeu que les hommes de Valero Rivera vont prendre un début d’ascendant. Alberto Entrerrios régulait le jeu, Victor Tomas était royal sur son aile et la défense tenait bien en respect une Slovénie qui cherchait encore à se mettre en ordre de marche. Elle va y arriver avec sans doute un des plus beaux joueurs de ce Mondial en la personne de Jure Dolennec. L’arrière droit slovène et futur joueur de Montpellier va prendre les choses en main et remettre ses couleurs dans le sens du jeu. Comme Gorad Skof posait de vrais problèmes à l’attaque espagnole et que José Sierra n’arrivait pas à lire les trajectoires des tirs adverses, inévitablement le rapproché devait se faire.

D’un -5 qui ne sentait pas vraiment bon à la 23° minute, les Slovènes allaient revenir à -1 à la pause toujours sous l’impulsion de magicien gaucher auquel se rajoutait le tout jeune Gasper Marguc, remplaçant de Dragan Gajic touché aux ischios. Heureusement que Joan Canellas tenait un peu la baraque ibère, car avec l’entrée d’Angel Montoro en remplacement de Jorge Maqueda, cela branlait vraiment dans le manche rouge et jaune surtout que Gorad Skof continuait son show dans les buts slovènes.

Heureusement la pause et sans doute un bon coup de recadrage signé Valero Rivera père et l’Espagne reprenait ses esprits défensivement. Arpad Sterbik pouvait commencer le show qui allait en faire le meilleur homme du match aux yeux des officiels et Valero Rivera, fils ce coup là, se gavait de bons ballons de contre attaque pour enfoncer le clou à chaque erreur adverse en attaque. Le coup de moins bien espagnols était derrière eux… Julen Aguinagalde touchait enfin de bons ballons, Alberto Entrerrios régnait de nouveau sur le jeu de son équipe et la Slovénie malgré tout son courage n’avait plus rien à vraiment opposer à la domination du pays organisateur. La paire islandaise aurait même pu éviter deux ou trois coups de sifflets d’assez mauvais gout, tant l’Espagne dominait son sujet. Reste le problème du public, dimanche en finale, il est clair que cette équipe aura besoin d’un vrai soutien populaire. Là entre ceux qui rêvaient de voir leur équipe sur le terrain, comme une très grosse délégation tricolore et les « VIP », en y rajoutant l’éloignement entre les tribunes et le terrain, on était loin du chaudron de Saragosse de mercredi dernier.

A Barcelone, Palau Sant Jordi
Le vendredi 25 janvier 2013 à 19h15
Espagne - Slovénie : 26 - 22 (Mi-temps : 13-12)

13 000 spectateurs
Arbitres :
MM LEIFSSON Hlynur et ALSSON Anton (Islande)

Statistiques du match


Les réactions....

Vid Kavticnik (arrière droit de la Slovénie et de Montpellier)

« L’Espagne ne m’a pas impressionné, ils sont bons mais pas exceptionnels. Jusqu’à la 55ème minute, on pensait pouvoir y arriver, même arracher le match nul. A la fin de la 1ère mi-temps, on pensait pouvoir faire quelque chose mais à la reprise, on a mal joué et notre attaque n’a pas été performante. En plus, Sterbik a fait 3-4 arrêts qui ont été déterminants, ils ont marqué en contre et c’est ce qui nous a tué. Comme ça, tu ne peux pas gagner. On a une équipe assez jeune et atteindre la demi-finale d’un championnat du monde, c’est déjà bien. Maintenant, il faut décrocher la médaille de bronze, on n’a rien à perdre, il faut le faire pour nos supporters qui malgré la crise, n’ont pas hésité à faire tant de kilomètres jusqu’ici. »

Valero Rivera (ailier gauche de l’Espagne et de Nantes)

« Nous sommes en finale du championnat du monde, c’est bien-sûr une immense joie en plus, c’est chez nous devant notre public. Nous avons gagné grâce à notre gardien et aux contre-attaques que nous avons bien menées. On savait que c’était une très bonne équipe et lorsqu’ils sont revenus à la mi-temps, on est resté concentrés. Maintenant, on va récupérer et se maitre tout de suite dans la finale. Il ne faut pas se mettre une pression inutile. On est à la maison, il faut profiter totalement de l’évènement et terminer avec la médaille d’or. C’est l’objectif qu’on s’est fixé. »

Valero Rivera (Coach Espagne)

« Je suis très satisfait du résultat, et mes félicitations au coach slovène pour le jeu que son équipe a présenté et aussi l’aspect tactique et la correction qu’ils ont montré. De notre coté, on eu des difficultés en première période, surtout en défense. On eu quelques buts d’avance, à ce moment on a fléchit et la Slovénie est revenue à un but. En seconde période, on change tactiquement de défense, on joue plus fort, notre gardien est très, très bon et on creuse l’écart. On fait notre meilleure partie de match dans les vingt dernières minutes. Bien sur je suis très content et je veux remercier tous les supporters, de Madrid, Saragosse, et Barcelone. Pourquoi j’ai moins utilisé Canellas, aujourd’hui ? Parce que j’essaie de gérer les temps de jeu et la fatigue sur le tournoi. Joan est important pour nous, en défense aussi et il a fait un gros quart de finale. Il faisait partie des joueurs plus fatigué et il a très bien fait ce qu’il avait à faire.»

© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités