mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Signaté au four en plus du moulin
Signaté au four en plus du moulin
24 Février 2013 | France > Coupe LFH

Elle est, depuis début janvier, le symbole d’une équipe d’Issy-Paris pas toujours brillante mais souvent gagnante. Mariama Signaté, poste central de la défense parisienne, y est pour beaucoup dans la faible partition offensive des Nîmoises, contenues à 21 buts. Non contente de se cantonner à un rôle défensif, l’arrière internationale fut la meilleure marqueuse de la finale.

Olivier Krumbholz, le sélectionneur de l’équipe de France, présent dans les tribunes, aura sans doute apprécié. A défaut de grandes envolées lyriques, l’opposition entre Nîmes et Issy a offert de longues séquences défensives entre les coéquipières de Camille Ayglon et celles de Mariama Signaté. Et finalement, c’est la seconde qui l’a emporté.

Les deux internationales n’ont pas mis bien longtemps à se croiser. Trois minutes, exactement. Le temps pour l’arrière gauche parisienne d’arriver lancée à six mètres et percuter Ayglon. Ce qui vaudra à la Nîmoise un joli pansement noir sur l’arcade jusqu’à la fin du match… Revanche quelques minutes plus tard, avec une défense un peu haute de Signaté sur l’arrière droite (20e). Qui ne manquera pas d’aller chatouiller les abdos de « Maya » deux minutes plus tard.

« Nous avons montré de belles valeurs et défendu notre territoire », souriait Mariama Signaté. « Tu as joué pour me blesser », lui avait lancé quelques minutes plus tôt Camille Ayglon. Réputées pour leur dureté, les Isséennes ont encore une fois prouvé que la défense était leur point fort : contacts francs, légers ceinturages, mains parfois accrochées au maillot adverse. Toujours à la limite, rarement à la faute, Signaté et sa troupe ne furent sanctionnées que trois fois (deux fois deux minutes d’exclusion pour Coralie Lassource, une fois Mariama) par le binôme Pichon/Reveret, l’un des meilleurs de l’hexagone. 

« Là pour donner l’exemple »
Désireuse de savourer plus qu’autre chose, la numéro 24 de l’IPH ne s’est pas attardée sur les reproches des Nîmoises. « Nous sommes très agressives en défense, c’est notre marque de fabrique. Nous ne sommes pas l’équipe qui joue le mieux en attaque, mais nous restons solidaires dans le combat. »

« Nous », « équipe », des termes récurrents chez Signaté, fournisseur officielle de bonne ambiance dans le groupe et peu encline à s’attarder sur sa performance. « Les défenseurs centraux sont là pour coordonner le bloc et donner l’exemple. Si nous restons passives, c’est plus dur pour les autres. » Si Armelle Attingré a brillé hier (dix-huit arrêts dont douze en seconde période), elle le doit aussi au duo Signaté-Kpozé, verrou du secteur central.

Jamais exemptée de défense hier, l’arrière gauche isséenne s’est en plus permis le luxe de terminer meilleure marqueuse de la finale. Neuf buts (sur dix-huit tentatives), dont quatre en début de seconde période, quand Issy a fait son retard sur Nîmes. Après un mois de janvier « très, très difficile », selon ses propos, Signaté retrouve des sensations en attaque. « Je suis contente d’avoir répondu présente quand on avait besoin de moi, commence Maya. Mais cela reste ‘’correct’’, je peux mieux faire. »

Avec ce premier trophée de la saison, Issy-Paris fait le plein de confiance avant les échéances à venir. Encore en course en coupe d’Europe, les filles d’Arnaud Gandais sont en passe de se qualifier pour les play-offs de LFH. « On va tout jouer à fond », ambitionne Mariama Signaté, sans fixer d’objectifs précis : « Advienne que pourra. »


© Pierre Menjot
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités