mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Le "H" fait des ravages !
Le "H" fait des ravages !
14 Mars 2013 | France > LNH

Cette fois-ci... c'est fait ! Le PSG n'est plus invincible. Après une impressionnante série de 17 victoires de rang, le club de la capitale est tombé chez un HBC Nantes tout simplement énorme. Combatif, lucide et maître du match dans le money-time, le HBCN vient d'accomplir le plus bel exploit de sa jeune carrière en LNH.

Le public Nantais n'avait d'yeux que pour le PSG "star" team à la présentation des équipes, Luc Abalo et Mikkel Hansen étaient d'ailleurs les Parisiens les plus ovationnés. Admiration et crainte mêlées... le PSG est toutefois attendu de pied ferme par un collectif Ligérien prêt à le faire chuter de son pied d'estale. Une défense agressive des visiteurs dès le coup d'envoi, Paris prend de suite le commandement des opérations (3-4, 6'). Avec sa classe naturelle, Mikkel Hansen donne l'impulsion. Gunnarsson et Abalo, par des gestes techniques dont ils ont le secret, soulèvent ainsi les premières clameurs.

Le bras d'acier de Mikkel Hansen est d'ailleurs le plus en vue durant ce premier quart d'heure (5-6, 12'). Pris dans une nasse blanche, Nantes tente de résister. Mais la puissance Parisienne fait lentement mais sûrement son effet. Le break est fait par l'intermédiaire de Bojinovic sur penalty au quart d'heure de jeu (6-9, 15') et Thierry Anti doit très vite recadrer la situation. La défense Parisienne intensifie ses efforts en fin de première période. Et si ce n'est pas Dinart et ses amis qui font office de muraille infranchissable... José-Manuel Sierra arrive pour la seconde couche (9 parades à lui seul dans le premier acte).

Du pain béni pour Hansen encore et toujours (5 buts sur les 20 premières minutes) qui n'a besoin que d'un pas d'élan pour faire mouche à chaque fois. Nantes sait qu'il ne doit pas laisser Paris imposer son rythme... Alors capitaine Entrerrios et ses coéquipiers tentent de mettre le grain de folie qui manquait jusque-là. Et ça marche ! Plus fringant en fin de première, Nantes retrouve soudainement de la vigueur, Seufyan Sayad est tout heureux de réduire l'écart et Borja Fernandez égalise dans une ambiance de fête (11-11, 27'). Le violet redevient une couleur à la mode peu avant de rentrer aux vestiaires, Valero Rivera sur jet de 7 mètres met pour la première fois de la partie le "H" en tête au tableau d'affichage (13-12, 30').

C'est d'ailleurs l'ailier champion du monde qui remet un coup d'accélérateur au retour des vestiaires (15-14, 35'). Mais le PSG est bien décidé à reprendre le dessus : accumulation de penalties qui profite au vétéran Mladen Bojinovic, toujours précieux dans ce domaine. Rock Feliho harangue ses coéquipiers, la défense Nantaise est d'ailleurs parfaitement dans le rythme. Elle plie toutefois sous les coups de boutoir de Marko Kopljar, par trois fois (17-18, 42'). Mais ce sera bien le seul centimètre carré de territoire qu'Arnaud Siffert et ses colosses laisseront à un PSG beaucoup moins à son aise après la pause.

Et on se prend à rêver de l'exploit Nantais, Sayad place en effet les Ligériens sur la bonne voie aux abords du dernier quart d'heure (20-18, 45'). Pas d'affolement en attaque placée, le "H" gère parfaitement son affaire : Seufyann Sayad enfile les perles, Patrice Annonay ne peut rien face à la superbe lucarne trouvée par le n°11 Nantais. Le PSG peine à trouver les solutions de shoots, accroché par un bras Nantais ou stoppé par la main chaude d'un Arnaud Siffert détonant. Jorge Maqueda suit le rythme de Sayad, le génial gaucher Espagnol s'affirme au final en prenant l'intervalle à chacune de ses initiatives (24-21, 54').

Nantes aura même l'opportunité du +4 mais qu'à cela ne tienne... la défense Nantaise veille et marque le PSG au fer rouge... ce PSG tellement habitué à marquer une trentaine de buts par match se révèle cette fois-ci incapable de franchir le mur adverse. Les secondes s'égrainent et le public de Beaulieu rugit de plaisir. Les contestations d'Abalo et Hansen n'y feront rien, le HBC Nantes tient son exploit dans une ambiance indescriptible... La première défaite du PSG en championnat sonne d'ailleurs comme un "soulagement" chez les hommes de Philippe Gardent... un bon moyen de passer enfin à autre chose.

Commentaires d'après-match :

Thierry Anti (entraîneur de Nantes) :
"On a montré de la valeur dans une série de matchs compliqués. On nous attendait comme la bête noire... Il faut pouvoir l'assumer. Sur ce point, mes joueurs ont été formidables dans l'engagement. Ce qui fait la différence, c'est le fait qu'ils ont été très intelligents dans le jeu. Rester dans le plan, se calmer quand il le fallait, faire les bonnes rotations. Tactiquement, ce match est le plus abouti de la saison. Un match avec le cœur mais aussi avec la tête. C'est ce genre de match qui fait progresser une équipe. Ca va nous aider à grandir".

Philippe Gardent (entraîneur du Paris SG) :
"Ce match est monté en pression progressivement. On a eu à faire à une superbe équipe Nantaise. On déroule notre jeu en début de match... on s'est un peu assoupi par la suite en ratant des choses faciles alors que l'on aurait pu faire la différence. On a été surtout trop épisodique en terme de rigueur et d'investissement défensif. On n'a pas pu écarter notre jeu avec des ailiers trop timorés. Cela n'enlève rien à la belle prestation Nantaise. La seule bonne nouvelle de la soirée, c'est que l'on ne va plus que me casser les pieds avec notre invincibilité".

HBC NANTES - PARIS ST GERMAIN HANDBALL
26 - 24 (Mi-temps : 13-12)
Statistiques du match
Arbitres / Délégué (D) :
JEAN-PIERRE MORENO
MICHEL SERRANO
RAYMOND LEGRAND (D)
Date et Heure :
Le 14/03/2013 à 20:45
Lieu :
BEAULIEU
RUE ANDRE TARDIEU
NANTES

© Davy Bodiguel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités