mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Quasiment pas de suspense...
Quasiment pas de suspense...
18 Mars 2013 | Europe > Champion's League

Pour les surprises, on devra attendre ! Les matches allers des 8° de finales de la Champion’s League ont sacré les plus costauds. Seule la petite victoire de Moscou face à Kiel Moscou et la première défaite des Polonais de Kielce à Szeged sont à noter, mais avec le sentiment que tout cela est parfaitement réparable lors des matches retours.

En bref, les gros si ils n’ont pas quasiment plié l’affaire dès leur premier match, devraient pouvoir finir le travail lors des retours qui se joueront sur leurs terres.


Bjerringbro-Silkeborg - FC Barcelona Intersport 26 - 32 (Mi-temps : 12 - 15)

Barcelone n’a pas traîné dans son match face aux Danois de Silkeborg. Une attaque aux multiples facettes, de la base arrière aux ailiers en passant par Jesper Noddesbo en pivot, le Barca a parfaitement fait le boulot même si le duo Jorgensen – Lauge Schmidt aura tout tenté pour retarder l’inévitable. Avec ses 6 buts d’avance, le tenant du titre à quasiment les deux pieds en quart de finale. Avec un minimum de sérieux, l’aventure des bourreaux de Chambéry devait s’arrêter à ce stade, le Final Four n’étant alors plus qu’à une encablure des mains des Catalans.

Reale Ademar Leon - MKB Veszprém KC : 20 - 23 (Mi-temps : 8 - 11)

Veszprém a souffert en Espagne… Même si L’Ademar est encore une fois au bord du gouffre financier, et honnêtement, cela commence à devenir redondant de voir ce club biaiser systématiquement la compétition européenne chaque saison, les joueurs donnent toujours autant pour porter les couleurs du club. Mais cette fois, il y avait trop de talents et entre Laszlo Nagy et le très exotique arrière gauche iranien mais diablement efficace Moorchegani Jamali, il y avait trop de puissance pour faire de nouveau tomber un cador européen dans l’antre de Léon. Une défense hermétique devant Mirko Alilovic, un Ruesga Pasarin réduit à la portion congrue, et les Hongrois continuent à se poser comme un des principaux candidat au titre à la fin de la course. 


Pick Szeged - KS Vive Targi Kielce : 26 25 (Mi-temps : 15 - 14)

Kielce a fini par plier… Après 10 matches de poule tous victorieux, chose unique cette saison en Champion’s League, les hommes de Bogdan Wenta ont fini par tomber chez leur voisins hongrois de Szeged. Les Bielecki, Jurecki, Lijewski et autres Tkaczyk bien bloqués par la défense magyare devant un duo Mikler – Tataï solide, Kielce a vu le petit serbe Rajko Prodanovic et Attila Vadkerti sur l’autre aile leur filer entre les mains un paquet de fois, le suédois Jonas Larholm ne pas se contenter de gérer le jeu de Szeged. Résultat un échec, mais d’une toute petite unité et on souhaite bon courage aux hommes de Laszlo Skaliczki pour arriver à conserver ce but dans l’antre du KS Vive Targi Kielce.

Celje Pivovarna Lasko - HSV Hamburg : 29 - 38 (Mi-temps : 13 - 20)

Sauf épidémie de varicelle ou de scorbut, le Hambourg SV est déjà en quart de finale de la Champion’s League ! La démonstration à Celje a été éclatante, avec toujours un Hans Lindberg magique au shoot que ce soit de l’aile, en contre attaque ou au jet de 7 mètres, avec un Marcin Lijewski qui donne encore plus de poids au côté droit de l’attaque, un Igor Vori qui se découvre au fil des ans presque magicien de la petite balle, le HSV était beaucoup trop fort pour les Slovènes. On pourra toutefois remarquer le show Borut Mackovsek qui du haut de ses 20 ans et de 2.03 mètres s’est offert un hallucinant 13/14 au shoot sur le poste d’arrière gauche. Celui là, on devrait le retrouver très rapidement sous les sunlights, et les Danois qui lorgnent sur lui ont tout intérêt à blinder leur contrat le plus rapidement possible.



 Chekhovskie Medvedi - THW Kiel (Mi-temps : 19 - 17)

Kiel devra faire attention ! Si la défaite de deux buts sur les terres du Chekhovskie Medvedi n’est pas à proprement parler une grosse surprise, le retour pourrait se révéler beaucoup plus compliqué que ne l’annonce les deux buts d’écarts au final. Les Moscovites semblent atteindre cette saison un vrai équilibre dans leur jeu. Avec le duo Gorbok (Ex Harbok) – Shelmenko, ils ont de gros shooteurs très fiables sur la base arrière, avec Mikaïl Chipurine en pivot, le duo Dibirov Zhitnikov aux ailes et toute l’expérience d’Edouard Koksharov dans les moments compliqués, il y a de quoi mettre à mal les plus beaux collectif, le TWH compris. Si Grams ou Stochl sortent la partie sur le match retour, les coéquipiers de Thierry Omeyer pourraient souffrir pour passer le cut des 8° de finale.


HC Dinamo Minsk - HC Metalurg : 23 - 26 (Mi-temps : 12 - 14)

Skopje n’en fini pas d’étonner ! Les Macédoniens ont été prendre le meilleur sur un Minsk que l’on considérait comme un très possible quart de finaliste ! On a souvent tendance à réduire le handball macédonien à son sérial buteur Kiril Lazarov, c’est rapidement oublier les Mojovski, Mirkulovski et autre Rakcevic. En y ajoutant un portier de la trempe de Darko Stanic, un gaucher à l’expérience de Renato Vugrninec ou un colosse type Miladin Kozlina en défense, cela fait un collectif de premier ordre et Minsk a payé pour le savoir. 3 buts à remonter dans l’antre du Metalurg, quasiment un défi insurmontable !



BM Atletico Madrid - Füchse Berlin : 29 - 29 (Mi-temps : 13 - 10)

Ca semble la fin du grand Atletico ! Pour passer en quart de finale et espérer rejoindre une fois de plus Cologne fin mai, il va falloir un exploit retentissant des Madrilènes ! Face à un Berlin pourtant privé de Bartholomei Jaska, son stratège polonais, les hommes de Talent Dushebaev ont eu de bonne période, notamment quand Magnus Dahl était impérial en première période. Mais face à un Silvio Heinevetter royal 60 minutes face au duo Markussen – Lazarov. Subissant le retour de jeunesse d’un Iker Romero intenable malgré des genoux en carton et une détente de gazinière mais avec toujours un bras et un poignet fabuleux, l’Atletico en a été quitte pour arracher sur le gong un match nul qui risque de ne pas suffire sur le match retour.

Gorenje Velenje - SG Flensburg-Handewitt : 25 - 28 (Mi-temps : 14 - 16)

Flensburg a fait le métier très proprement à Velenje. On sait que cette équipe slovène est capable de prendre feu, que les Jure Dolenec et Matej Gaber, les futurs montpelliérains sont des joueurs au talent énorme, que la salle du Gorenje Velenje sait être un vrai chaudron. Mais avec un duo d’ancien Glandorf – Mogensen en acier trempé, une nouvelle perle islandaise sur le poste d’arrière gauche si traumatisé cette saison au SG du nom d’Olafur Gustafsson qui du haut de ses presque deux mètres et de ses 23 ans aura été un poison pour Ivan Gajic, l’équipe germano – danoise a fait un très bon coup en s’imposant de 3 buts car même si Velenje est capable de très belles choses, ce n’est pas en déplacement que cela se concrétise le plus souvent.

8° de finale aller
Equipe Receveuse Equipe Visiteuse Score Date Stats
Celje Hamburg 29 38 16/03 >>
León Veszprém 20 23 17/03 >>
Szeged Kielce 26 25 17/03 >>
Silkeborg Barcelona 26 32 17/03 >>
Gorenje Velenje Flensburg 25 28 17/03 >>
Moscou Kiel 37 35 14/03 >>
Minsk Skopje 23 26 14/03 >>
Madrid Berlin 29 29 17/03 >>
8° de finale retour
Equipe Receveuse Equipe Visiteuse Score Date Stats
Hamburg Celje
21/03
Veszprém León
23/03
Kielce Szeged
24/03
Barcelona Silkeborg
24/03
Flensburg Gorenje Velenje
23/03
Kiel Moscou
24/03
Skopje Minsk
23/03
Berlin Madrid
24/03

© François Dasriaux
Partager
    Identification nécessaire pour ajouter une réaction
    Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
    (C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
    joueurs | équipe | actualités