mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
D1M: Le patrimoine tunisien s'exporte à Tremblay
D1M: Le patrimoine tunisien s'exporte à Tremblay
27 Mai 2013 | France > LNH

Marwen Chouiref (à gauche) et Oussama Boughamni arrivent en France et vont renforcer l'équipe de Tremblay pour les deux prochaines saisons. Leur talent est prometteur, ils n'ont que 23 ans et avec la sélection tunisienne, ils ont déjà participé aux Jeux de Londres en 2012 et au Mondial espagnol en début d'année.

Ce sont véritablement deux pépites du déjà si riche handball tunisien qui ont débarqué ce dimanche soir sur le sol français. Après la signature du Cessonnais Romain Ternel, Tremblay réalise un sacré investissement sur l'avenir avec l'arrivée de l'ailier gauche Oussama Boughamni et du pivot Marwen Chouiref. "Nous sommes ravis et nous fondons de sérieux espoirs dans ces nouvelles recrues", nous indiquait Pascal Papillon, vendredi soir à la Nuit du Handball. Et il a raison d'avoir le sourire le président du club séquanodionysien qui n'a pas attendu la fin du championnat pour valider l'arrivée des deux jeunes joueurs ! Ils sont âgés de 23 ans. Oussama depuis le 5 février dernier et son coéquipier, depuis... ce lundi !

Les deux partenaires du Club Africain de Tunis s'étaient surtout illustrés voilà moins de deux ans au Mondial junior de Thessalonique (Grèce) où sous la conduite du Français Alain Portes, ils avaient décroché une belle médaille de bronze. Passés ensuite en sélection A, ils ne l'ont plus jamais quittée. 

Oussama Boughamni, le funambule

Distingué meilleur ailier gauche au Mondial cadets en 2009 et juniors en 2011, Oussama Boughamni n’est tombé dans le hand qu’à l’âge de 13 ans après un essai au football et au... taekwondo. « J’ai commencé au collège et j’ai eu la chance de croiser un éducateur du Club Africain. Je l’ai suivi, j’ai passé un test et j’ai été pris. J’ai tout de suite trouvé que les qualités de combattant, la motivation, la vitesse qu’il faut avoir dans le hand, correspondaient parfaitement à ce que je recherchais. En plus, j’adore courir et marquer des buts ! (rires)». Encore cadet, Oussama Boughamni va remporter quatre titres (nationaux et régionaux) en l’espace de deux semaines ! Son potentiel est immense et dans un pays où le hand a une notoriété aussi forte que le football, il se fait très vite remarquer. Au Club Africain de Tunis, il est désormais titulaire du poste et en sélection nationale Alain Portes lui fait de plus en plus confiance. « Oussama est un véritable passionné, opine le sélectionneur. Il adore le jeu. Très bon techniquement, rapide, explosif, rusé dans les duels avec les gardiens, c’est aussi un garçon attachant qui répond toujours aux attentes quand on fait appel à lui.» Depuis deux ans, le technicien français puise allègrement dans cette génération des 90-91 (Bannour, Chouiref, Sanaï, Toumi, Ben Salah, Jallouz et donc Boughamni). « Il est là dans les grands rendez-vous et il a le mérite de faire peu à peu oublier Anouar Ayed. Ce qui n’est pas rien. Il doit progresser dans le secteur défensif. Il devra augmenter sa puissance physique. Mais il en veut et c’est un garçon à forte personnalité qui peut devenir un grand joueur.» Le gamin se sentait à l’étroit à Tunis et c'est une des raisons majeures qui lui font franchir la Méditerranée. 

Le championnat tunisien n’est pas d’un très haut niveau pour passer d’un statut de bon joueur à un joueur reconnu dans toute l’Europe et dans le Monde. Les exemples d’Issam Tej, Jalel Touati, Wissem Hmam, Mahmoud Gharbi, Anouar Ayed ("son grand frère" nous dira Oussama), Heykel Megannem et Marouenne Maggaiez sont de véritables repères. Wael Jallouz, l’arrière gauche a déjà signé à Kiel, Aymen Toumi, l’ailier droit à Nantes, le pivot Marwen Chouiref l'accompagnera dans son aventure tremblaysienne. « Je vais à Tremblay pour progresser, pour affronter des joueurs de grand calibre. Je dois m’améliorer à leur contact. La France a un des meilleurs championnats et en plus, il y a pas mal de mes compatriotes. Chouiref qui est plus qu’un partenaire au Club Africain, va avoir la même destinée. C’est important qu’on soit ensemble, on se connait depuis l’enfance, ma famille et la sienne sont très liées. Dans les 1ers jours, quand tu es loin du pays, c’est bien d’avoir quelqu’un que tu connais dans ton environnement proche. » Une seconde vie pleine de rêves, d’ambition, et de désir de bien faire, commence pour l’enfant de Tunis. Celui qui voue une véritable admiration pour Anders Eggert, l’ailier gauche de Flensburg et du Danemark, n’a pas son pareil pour trouver la motivation. « Toute ma famille me soutient et ça, c’est super important. Donc je réussirai car je veux être parmi les meilleurs joueurs du monde. » C’est une graine de champion qui a donc signé à Tremblay-en-France !

Marwen Chouiref, le colosse au grand coeur

 
 
Marwen Chouiref est un colosse de 1.96 pour 102 kg. "Wahch" comme le surnommait en 2011 ses partenaires de la sélection junior, en référence à "Hulk" personnage surdimensionné de BD et de cinéma, est un intraverti qui, sur un terrain, sait mettre la pagaille dans les attaques et les défenses adverses. D’ailleurs comme Boughamni, Alain Portes n’a pas attendu très longtemps pour l’incorporer lui aussi, en équipe A. «Ici, le joueur est présenté comme le successeur d’Issam Tej, souligne le sélectionneur national. Il a beaucoup de qualités notamment en attaque avec une bonne mobilité et une adresse au tir mais il a encore pas mal de choses à améliorer. Il doit par exemple progresser en défense, tactiquement dans la compréhension du jeu et techniquement pour gagner plus de duels. »  Et à Tremblay, il ne pouvait pas mieux tomber lorsqu’on sait qu’avant d’être un meneur d’hommes, Stéphane Imbratta est un formateur reconnu.

Après s’être essayé au football, Marwen Chouiref a commencé le handball à l’âge de 12 ans au Club Africain. « J’étais plus adroit des mains que des pieds, se plait-il à dire, et comme j’étais assez grand, je me suis retrouvé arrière gauche. » Une fracture au poignet freine sa progression pendant six mois. Lorsqu’il pousse à nouveau la porte du gymnase, un autre a pris sa place. Dépité, il rentre chez lui et se tourne vers le judo. « Mais je prenais trop de trempes donc je suis revenu au handball. Toujours au Club Africain, je ne voulais plus me laisser monter sur les pieds et je me suis imposé au poste de pivot. A 17 ans, j'étais déjà en équipe séniors. » Et la même saison, le Club Africain remporte le championnat de Tunisie. En 2009, le pivot double en trois semaines, deux championnats du Monde, celui des jeunes et en juniors. «J’adore l’enchaînement des matches et pour moi, ce n’est pas un handicap. » Mondial juniors en Grèce en 2011, Jeux de Londres l'été dernier, le rythme s'accélère pour Marwen Chouiref. «Alain Portes m’a fait confiance très tôt. Il m’a mis à l’aise et à son contact, j’ai progressé. Maintenant, c'est une deuxième étape. Venir jouer en France, dans un club qui a des ambitions, c'est génial pour moi. Et crois-moi, je vais tout faire pour réussir.» Celui qui avoue éprouver une certaine admiration pour Bertrand Gille avait programmé son départ de Tunisie pour 2013-2014. La prévision est donc respectée. Et Tremblay-en-France sera son point de chute aux côtés de son ami Oussama Boughamni. Juste avant, ils feront un détour par Mersin en Turquie aux Jeux Méditerranéens.

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités