mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Mondial Juniors: Pichon et Reveret préparent déjà Rio
Mondial Juniors: Pichon et Reveret préparent déjà Rio
20 Juillet 2013 | International > Juniors

Depuis le début de ce Mondial Juniors, Stevann Pichon et Laurent Reveret se sentent épiés. Des délégués de la Fédération Internationale ont fait le déplacement en Bosnie pour disséquer les faits et gestes des arbitres français. Le Nantais et l'Auvergnat ne sont pas des novices en la matière mais ils doivent passer par cette étape, pour que leur binôme recomposé atteigne d’ici deux ans, le niveau le plus élevé. 

Pichon-Reveret, c’est l’histoire de deux mecs qui se connaissaient, s’appréciaient mais n’avaient jamais imaginé travailler ensemble. Au sortir de l’été, après des Jeux Olympiques rondement menés, Laurent Reveret s’est retrouvé orphelin. Nordine Lazaar, son binôme de toujours, son interface depuis presque vingt ans, a décidé de ranger le sifflet. Un peu par lassitude mais aussi et surtout, par manque de disponibilité. Dès lors, c’est la mobilisation générale et comme Laurent Reveret est un arbitre de qualité, reconnu par ses pairs, il faut rapidement lui trouver un nouvel équipier. « Je voulais de toute façon continuer à arbitrer au plus haut niveau, précise l’intéressé, au moins en EHF et autant que faire se peut, en IHF, donc il a fallu vite se pencher sur la question car tout devait être décidé en quinze jours. » Le cahier des charges est très précis. Le "jumeau" idéal doit être expérimenté, âgé de moins de 40 ans, possédant déjà l’agrément européen et si possible dégagé d’un maximum d’obligations extra-handballistiques. Cela tombe plutôt bien, Stevann Pichon qui depuis quatre ans accompagnait Olivier Buy sur les terrains de France et d'ailleurs, répond à ces critères.  « J’ai eu mon mot à dire, bien-sûr. Il n’y avait pas beaucoup de solutions, avoue Laurent Reveret. J’avais le choix entre Stevann et Saïd Bounouara qui offraient les mêmes avantages. Mais casser la paire Bounouara-Sami qui a une perspective internationale à moyen et long terme, ce n’était pas crédible. » Le mariage est consommé et le tandem officie pour la 1ère fois, en août 2012 lors du trophée Morbihand qui réunit des clubs de haut niveau, dont Nantes, Kolding, Céljé et Chambéry. Après quelques doutes rapidement dissipés, Stevann Pichon a plongé dans le grand bain. « Des deux, j’étais le seul à ne pas avoir l’agrément IHF. J’ai passé le grade en décembre et ensuite, on a officié sur tous les fronts, ligue des Champions et qualifs à l’Euro comprises. » Pour le Mondial A, les peintures sont encore fraîches et les deux Français doivent se montrer patients. Même lorsqu’il y a quelques mois, on leur a annoncé qu’ils seraient supervisés à l’occasion d'un Mondial... juniors, ils ont encaissé le coup et ont compris la nécessité d'être en Bosnie. « Oui, c’est le jeu, confirme Stevann. Depuis qu’on est arrivé, on a arbitré des matches très relevés comme le Bosnie-Slovénie où il y avait la pression de tous les supporters bosniaques. Je pense qu’on s’en est bien sorti et cela nous a permis de marquer quelques points au niveau de l’IHF. » Et c'est bien parti puisqu'on leur prédit (si la France en est absente), l'honneur de diriger la finale.

Le duo, libéré de toutes contraintes "professionnelles" classiques (Laurent Reveret est employé par la Fédération et Stevann par la Ligue des Pays de Loire) ne veut surtout pas brûler les étapes. Ils zapperont l’Euro en janvier prochain  et lorgnent déjà vers le Qatar et le Mondial 2015. « C’est Thierry Dentz et Denis Reibel qui vont au Danemark début 2014, annonce Laurent ReveretC’est la seule et dernière opportunité qu’ils ont de disputer une telle compétition car ils vont atteindre la limite d’âge (fixée comme pour un Mondial à 50 ans). Ils le méritent sportivement et nous, on a le temps de voir. Du moment qu’il y a un binôme français, je suis pleinement satisfait. » Le binôme a donc de beaux jours devant lui. Et puis, les deux hommes ont encore beaucoup à découvrir l'un de l'autre. « Nous passons beaucoup de temps ensemble donc il est important de s’apprécier. » Si l’un est tout naturellement beaucoup plus expérimenté, aucun ne tire la couverture à soi. « Il ne faut pas non plus que je me mette derrière lui et penser que c’est lui, le chef et que je n’ai rien à dire, se rassure Stevann Pichon. Au contraire ! Il faut que je prenne des initiatives pour atteindre le niveau qui est le sien. » Tout est programmé. Le Qatar ne sera toutefois qu’une étape, les Jeux de Rio en 2016, étant l'objectif avoué. Charge à nos deux représentants de se hisser parmi le top 6 des sifflets internationaux. De quoi dresser un bilan assez positif de l’arbitrage tricolore. « Les jumelles Bonaventura étaient aux Jeux, on les retrouvent désormais sur tous les terrains de la planète, note Laurent. Dentz-Reibel officient en EHF, d’autres sortent leur épingle du jeu et puis il y a des jeunes qui arrivent. Je pense notamment aux très prometteurs frères Gasmi. » A Sarajevo, Laurent Reveret et Stevann Pichon sont certes évalués mais bénéficient d'une côte de confiance maximum. Quoi qu'il en soit, le temps travaille pour eux.

 

Un binôme français au prochain Euro
Thierry Dentz et Denis Reibel font partie des 18 binômes sélectionnés par l'EHF pour siffler l'Euro masculin qui aura lieu du 12 au 26 janvier 2014, au Danemark. En décembre 2012, Handzone leur avait consacré un reportage (à lire, ICI). Depuis, nos deux arbitres alsaciens ont été conviés (le 1er juin dernier) à Cologne, à diriger la demi-finale du Final Four de la Ligue des Champions entre Kiel et Hambourg.  

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités