mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Les Bleuettes en sont dignes
Les Bleuettes en sont dignes
5 Août 2013 | International > Juniors

La France a perdu son invincibilité dans l'Euro juniors. La Russie, candidate au titre, lui a infligé une première défaite au Danemark (27-29). Qualifiées pour le tour principal avant le coup d’envoi, les joueuses d'Eric Baradat n'en ont pas à avoir honte. Leurs progrès individuels et collectifs, leurs attitudes vertueuses après une piteuse entame, ont prouvé qu'elles ont toute leur place dans le cercle des huit meilleures nations. Et qu'elles savent se mettre à leur niveau.

L'Allemagne aura été d'une générosité infinie envers les -19 ans françaises. Battue par ces dernières vendredi (18-22), dans le match-charnière du groupe B, cette Juniorenmannschaft sans rancune eut une idée de génie le surlendemain. Battre l'Autriche, qui briguait aussi un siège au tour principal, à la régulière (23-21). Un résultat idéal pour les Bleuettes, admises dans le grand huit en plein échauffement. L'issue de leurs retrouvailles avec la Russie n'avait alors plus aucune importance : quoi qu'il arrive, elles auront satisfait le minimum syndical de leur staff, iront plus loin que la génération précédente, 10e de l'Euro 2011 avant de toucher l'argent mondial l'été dernier.

Certes rassurée sur son avenir immédiat dans le tournoi, la troupe d'Eric Baradat n'en était pas pour autant tranquillisée. C'est qu'entre son ouverture du score (Aminata Sow au pivot) et son deuxième but (exploit individuel de Déborah Kpodar), elle perdit ses esprits durant neuf minutes. Neuf minutes d'égarement, sanctionnées de six pertes de balle et sept réalisations russes dans (de 1-0 à 1-7). Les souvenirs, tout frais, de la défaite concédée en préparation devant le même adversaire (21-29, le 20 juillet à Cergy), affleuraient. La broyeuse russe, actionnée par Anna Vyakhireva, se voyait déjà parader comme avec ses victimes germanophones (succès 31-19 contre l'Allemagne, 36-10 contre l'Autriche).

C'était sans compter sur l'incroyable maladresse à 7 mètres des vice-championnes du monde jeunes en titre : quatre échecs sur cinq, dont deux poteaux. Un aveu de vulnérabilité inattendu, malgré une avance toujours ample (+6 au repos), qui n'échappa à personne côté français. Alors, pour la seconde période, Eric Baradat sortit de son chapeau ses défenses étagées. 2-4 d'abord, 1-5 ensuite. Bonne pioche. Le chœur de l’armée rouge, seulement quatre buts dans le troisième quart d'heure, fut mis en sourdine. En corollaire, l'orchestre philharmonique de Besançon fit entendre sa petite musique. Dans l'entrejeu, Alizée Frécon joua l'accord parfait avec Kpodar, fit exclure celles qui se frottèrent à elle, favorisa la remontée des Bleuettes (15-20 à la 35e, 20-22 onze minutes plus tard).

Tout aussi bouillante que sa copine de club, Catherine Gabriel multiplia les parades acrobatiques (9 en tout). L'état de grâce doubien se propagea à l'ensemble du collectif, enfin autorisé à évoluer sur grand espace, au point de rétablir l'égalité via Diénaba Sy (22-22, 48e). Mais l’emballement eut ses limites. Une sortie aventureuse de Gabriel sur la ligne médiane l'envoya deux minutes en prison (49e), les balles pour repasser devant ne rentrèrent pas, la foreuse Frécon vit ses efforts systématiquement annihilés par Karina Pavlova, la soliste de l'aile droite russe.

La chance inespérée de signer une victoire-référence, de ravir la première place de la poule, s'envola. Restent l'impression d'une véritable montée en puissance, comme programmée par le sélectionneur, et ce sentiment qu'en conservant l'état d'esprit des trente dernières minutes lors des deux matches à venir (lire ci-dessous) , ces Françaises sont tout à fait capables de viser plus haut que le Top 8...

FRANCE – RUSSIE : 27-29 (12-18)
A Sonderborg (DAN). 200 spectateurs.
Arbitres : MM. Cindric et Gondzurek (CRO).

FRANCE : Camara 0/3 ; Flippes 1/3 ; A. Frécon 5/8 ; Kpodar 1/3 ; Sow 1/1 ; Zazai 1/1 (sur penalty) ; puis Agathe 7/14 (1/2 penaltys) ; Burlet 5/10 ; Niakaté 0/1 ; Prouvensier 2/2 ; Sy 3/5 ; Zulemaro 1/1. Gardiennes : Garba (2 arrêts en 10') puis Carretero (4 en 30') et Gabriel (9 en 20'). Exclusions : A. Frécon (9e), Burlet (23' et 37'), Gabriel (49').

Classement final du groupe B
1. RUSSIE 6 points ; 2. FRANCE 3 ; 3. Allemagne 2 ; 4. Autriche 1.

Groupe A : 1. NORVEGE 6 points ; 2. ROUMANIE 4 ; 3. Portugal 2 ; 4. Slovaquie 0.
Groupe C : 1. PAYS-BAS 6 points ; 2. DANEMARK 4 ; 3. Croatie 2 ; 4. République Tchèque 0.
Groupe D : 1. HONGRIE 6 points ; 2. SUEDE 4 ; 3. Espagne 2 ; 4. Slovénie 0.

Programme du tour principal
Groupe 1 (à Sonderborg) : Roumanie – FRANCE (mardi 18 h) ; Norvège – Russie (mardi 20 h) ; FRANCE – Norvège (mercredi 20 h) ; Russie – Roumanie (mercredi 20 h).
Groupe 2 (à Kolding) : Pays-Bas – Hongrie (mardi 18 h) ; Danemark – Suède (mardi 20 h) ; Suède – Pays-Bas (mercredi 18 h) ; Hongrie – Danemark (mercredi 20 h).

Avant la première journée du tour principal, la Norvège et la Russie dominent le Groupe 1 grâce à leur victoire, respectivement face à la Roumanie (31-22) et la France (29-27). La France, actuellement 3e, aura sans doute besoin de deux victoires pour se qualifier. Seuls les deux premiers passent en demi-finale, les deux autres jouent les matchs de classement. 

© Laurent Hoppe
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités