mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
EuroTournoi : Une journée en mode bleu éclatant
EuroTournoi : Une journée en mode bleu éclatant
3 Septembre 2013 | France > Eurotournoi

3 victoires, voilà ce qu’auront décroché les clubs de la LNH lors de la journée des finales de l’ET 2013. De Chambéry, vainqueur en mode jeune du BM Aragon à Paris éclatant de joie de jouer et de talent face à un Veszprém complètement déboussolé en passant par Dunkerque qui malgré les absents a dominé le HC Vardar.

De quoi ravir un Rhenus plein comme un œuf et qui accueillait chaque prouesse d’un joueur de Chambéry, Dunkerque ou Paris avec des vivats plus que prononcés. Du jeu, de l’engagement et du spectacle, la journée dominicale a encore été une énorme réussite à tout point de vue à Strasbourg.

Finales
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
ChambéryAragon302401/09>>
DunkerqueVardar Skopje282201/09>>
ParisVeszprém332501/09>>


Paris se dévoile

Deux fois dominés depuis le début de la préparation par les Hongrois du MKB Veszprém, les Parisiens ont fait une démonstration de puissance et de talent dans la finale de l’EuroTournoi. Dernier match de préparation et un Paris qui cherche à asseoir sa domination avant d’entrer de plein pied dans la compétition et un Veszprém qui explose en plein vol !

Fini le temps des rotations au quart de jeu à chaque mi-temps. On a clairement vu sur cette finale que Philippe Gardent avait un peu dévoilé ce que pourrait être le Paris SG lors des matches de compétition… Et même si Samuel Honrubia était resté en civil, légèrement touché à une jambe et en attente d’examens le lundi, la machine mise en place par le staff parisien aura de quoi mettre le trac à plus d’une équipe en France et en Europe… D’entrée les tauliers de la maison parisienne prenaient les choses en main. Mikkel Hansen régalait à la passe et au tir et Igor Vori régnait dans la défense adverse et Jeffrey M’Tima montrait toutes ses qualités de finisseur, gavé de ballons par ce diable de Danois capable de tout faire quand on lui laisse 10 centimètres d’espace libre. Veszprém avait même sonné le temps du retour au jeu de son capitaine, Laszlo Nagy, rien n’y faisait, Paris était devant et quand le trio infernal de ce match ne trouvait pas la faille, Daniel Narcisse ou Luc Abalo se chargeaient de sortir un coup de génie pour enfoncer encore un peu plus le MKB. La vraie prise de pouvoir va se faire en toute fin de première période avec un 4-0 final qui va cette fois assommer toute résistance, Veszprém n’arrivant pas à retrouver ses esprits pendant la pause.

Deuxième facteur à délivrer le message parisien, Patrice Annonay ! Son entrée en seconde mi-temps va complètement déboussoler les tireurs adverses. Seul l’Iranien Iman Jammali va parfois arriver à trouver la faille au milieu de la multitude de parades du plus ancien parisien. Les Hongrois vont tellement douter qu’ils vont en arriver à ne même plus trouver le cadre en face à face… Comme de l’autre côté du terrain, Mikkel Hansen, Jeffrey M’Tima et consort s’en donnaient à cœur joie, l’addition devenait de plus en plus salée au point d’atteindre un énorme -11 à la 54° minutes. Paris tenait sa revanche et de quelle façon sur les deux défaites encaissées sur les autres tournois. Dans un Rhenus bondé, les sourires et la joie étaient de sortie avec en premier un Philippe Gardent conscient de la qualité de jeu et de la vraie cohésion collective affichées lors de l’EuroTournoi. Les compétitions peuvent maintenant arriver pour Paris, si tout le monde reste sur le même tempo, cela va faire du mal partout et souvent….


Dunkerque prend rendez-vous pour la Champion’s League

Après son match plutôt encourageant face à l’ogre du MKB Veszprém, l’USDK remettait le couvert face au HC Vardar avec cette fois la ferme intention de finir le travail et empocher une victoire de prestige face à un collectif composé de tauliers de la Champion’s League et ainsi monter sur le podium du 20° l’EuroTournoi.

Encore une fois comme la veille face à Veszprém, le match va être d’une rare intensité défensive côté nordiste. Même si les Rastvorsev, Petric et Karacic arrivaient à s’exprimer dans les quelques interstices laissés par la défense de l’USDK, il fallait déployer des sommes d’énergie pour passer ce bloc, puis battre un certain Vincent Gérard, métronomique sur tout le tournoi. Et chaque ballon gagné par les hommes de Patrice Cazal était bien utilisé pour mettre une fois de plus au supplice les gardiens du Vardar qui confirmaient encore une fois leur place de maillon faible de cette équipe sur le tournoi. Beaucoup plus dynamiques sur la base arrière, moins timorés que face à Veszprém, les bleus et blancs pourtant privés de tous leurs ailiers gauches, menaient la danse et répondaient du tac au tac à chaque réussite des Macédoniens. Un temps avec Bastien Lamon en demi-centre et Espen Lie Hansen à l’aile gauche, tout se rééquilibrait au mieux quand Bastien Lamon prenait l’aile en charge et que le grand norvégien repassait sur la base arrière. Mais au HC Vardar il y a du talent sur le champ de jeu…

En premier, un Igor Karacic très remuant sur le poste de demi-centre mais surtout ce diable de Timur Dibirov qui s’offrait quelques numéros de soliste marqués du sceau de la grande classe. Cela ne suffisait pourtant pas au Vardar pour reprendre la main au score. Toujours derrière un USDK qui ne lâchait rien, les hommes de Zoran Kastratovic finissaient par jouer un peu en soliste ce qui simplifiait la tâche de la défense nordiste. On avait peur que de nouveau, la fatigue rattrape les hommes de Patrick Cazal comme face à Veszprém. Ce fut tout le contraire… Les Dunkerquois finissaient le dernier quart d’heure en trombe et avec la manière ! De 21 partout, le score va passer à 28-22 sur ce dernier quart temps, avec en star de fin de match le tout jeune Julien Gardenat, le petit de la Réunion venu tenter sa chance en gardien au centre de formation qui finissait le boulot entamé par Vincent Gérard de superbe façon face à Matjaz Brumen et Alem Toksic. Dunkerque pouvait repartir avec le sentiment du travail bien fait sur le tournoi, comme le confirmait Patrick Cazal à l’issue de la rencontre « Je suis satisfait de l'évolution collective depuis la reprise. Tournoi après tournoi, on est montés en puissance. On a acquis des certitudes sur notre assise défensive et on avance dans notre qualité de jeu d'attaque. L'important, c'est que sur ce tournoi les joueurs ont vraiment cherché à s'améliorer sur le plan individuel et le collectif s'en est ressenti. On a souffert à certains moments d'un manque de rotation notamment face à Veszprém mais on a vu qu'avec de la fraîcheur, on a pu rivaliser pendant 30 minutes. Je suis aussi satisfait de l'organisation du tournoi. L'EuroTournoi nous offre vraiment des conditions parfaites pour travailler. »


Chambéry classe jeune en première

Accablé par les blessures, le CSH a réussi à finir son match de classement en trombe face au BM Aragon. Menés 23-21 à un quart d’heure du terme du match, les hommes de Marion Cavalli ont infligé un 15-4 aux Espagnols sur le temps restant, emportant haut la main ce match pour la 5° place finale.

Pourtant en première période, rien ne pouvait indiquer que ce match allait finir sur un +6. Les équipes se rendaient coup pour coup et les égalités succédaient à de tous petits +1. C’était le temps des Panic, Detrez, Gille… « L’ancienne garde » encore valide imprimait le match de toute sa classe mais en face le taulier de maison d’Aragon, un certain Demetrio Jarque Lozano avait la main plus que chaude. Le multi-médaillé international avec la Rioja montrait que même à 39 ans, le talent peut encore s’exprimer. Il mettait au supplice un Cyril Dumoulin, loin de son énorme match face à Veszprém… Heureusement l’entrée de Maxime Diot sur le poste de gardien allait changer un peu la donne pour le CSH. Mais surtout, Marko Panic touché à la cuisse après le choc de la veille qui avait mis Kevynn Nyokas sur le flanc, place était faite à la jeune classe savoyarde pour finir le match.

De façon autoritaire, ils vont prendre le match à leur compte, étouffant les dernières velléités ibérique pour « coller » ce fameux 15-4 fatal aux espérances de première victoire du BM Aragon dans cet EuroTournoi 2013. A contrario, pour Chambéry, cette superbe première dans la compétition montre que même si les tauliers de la maison Savoie sont sur le flanc, la jeunesse est capable de prendre le relai de superbe manière. A l’évidence, les Tritta, Marescot, Blanc et autre Feutrier ou Traoré auront marqué des points pour la suite de la saison en contribuant largement à prendre la 5° place de l’ET.

© François Dasriaux
Partager
    Identification nécessaire pour ajouter une réaction
    Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
    (C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
    joueurs | équipe | actualités