mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LFH : Metz et Fleury s'élancent en favoris
LFH : Metz et Fleury s'élancent en favoris
5 Septembre 2013 | France > LFH

Presentation de la 1° Journée de D1F.
Avec une semaine d’avance sur leurs homologues masculins, les filles lancent leur championnat de LFH ce week-end. Dans une ligue où les internationales sont toujours plus nombreuses, Metz et Fleury-Loiret feront office de favoris mais les outsiders ne manquent pas. Présentation des forces en présence, vues par les entraîneurs.

Les (très) gros bras
L’un est champion de France en titre, l’autre vice-champion, et les deux se sont bien renforcés pendant l’intersaison. Metz et Fleury-Loiret semblent encore les mieux armés pour truster les titres cette saison. Les Loiretaines, si elles passent le tournoi de qualification, pourrait en plus découvrir la Ligue des Champions, où les Lorraines joueront leur carte à fond.

Metz
Championnes de France en titre, lauréates de la Coupe de France, finalistes en coupe d'Europe, les Messines ont presque tout raflé la saison dernière. Un renouveau dû en grande partie au retour de Sandor Rac, le coach lorrain, qui a su redonner confiance à son groupe, notamment aux jeunes, en prônant un jeu d'attaque qui leur laisse beaucoup de libertés. Si le champion a perdu Katty Piéjos à l'intersaison, il a récupéré Chloé Bulleux, jeune espoir à l'aile droite, et surtout Barbora Ranikova, l'expérimentée gardienne tchèque qui viendra épauler la paire Glauser-Pierson. Encore une fois que du très lourd.
Le mot de Sandor Rac : L'an dernier personne ne nous attendait à ce niveau et nous avons gagné avec le même groupe. Bien sûr nous voulons tous les titres mais ce sera difficile. Nous ne pouvons pas dire que nous sommes favoris car il y a un groupe de plusieurs équipes très fortes avec Nice, Toulon, Fleury, Issy-Paris... En tout cas nous allons continuer notre progression de l'an passé et jouer notre chance en Ligue des Champions.

Fleury Loiret
Cela s'est joué à un but pour que Fleury vole la vedette aux Messines la saison passée. Alors cette fois, le club du Loiret a vu les choses en grand : Piéjos (Metz), Bruneau et Manga (Besançon), l'ancienne Havraise Zoqbi de Paula (Bera Bera, Esp.) et Tounkara (reprise), soit quatre internationales et une qui le sera bientôt, ont rejoint le club cette saison. Un effectif énorme donc, si l'on ajoute les filles déjà en place. Les matchs amicaux (victoire en Panthera Cup notamment) ont montré à Fred Bougeant que la sauce prenait. Il le faudra pour réussir le tournoi qualificatif de la Ligue des Champions (14-15 septembre).
Le mot de Fred Bougeant : Nous voulons faire mieux que la saison dernière, qui était bonne. Le club est sur un projet à long terme et nous espérons toujours progresser. La Ligue des Champions est aussi dans un coin de notre tête, les filles y pensent depuis la reprise. C'est un rêve de disputer cette compétition mais nous avons travaillé pour nous offrir ce rêve.

Les ambitieux
Si les deux de devant faiblissent, nul doute qu’elles seront un paquet d’équipes à l’affût. Issy-Paris a déjà fait le coup l’an passé en décrochant la Coupe de la Ligue à domicile, premier titre de son histoire dans l’élite. Les Franciliennes auront d’autres concurrents pour le dernier carré, en premier lieu desquels Toulon, décevant la saison passée mais mieux armé cette fois, et la toute nouvelle Union Mios-Biganos-Bègles, menée par Alexandra Lacrabère.

 

Issy-Paris
« On veut faire encore mieux », annonce Jean-Marie Sifre, le président isséen. Vu la saison dernière (victoire en Coupe de la Ligue, 3e de LFH, vice-champion d'Europe), cela montre l'ambition du club francilien. En usant à nouveau de sa filière norvégienne, Issy-Paris a recruté vite et malin, notamment avec Stine Bredal Oftedal, au moins aussi douée qu'elle est souriante. Seul bémol pour Arnaud Gandais : le poste d'arrière droit semble le point faible après les départs de Toskovic (Le Havre) et Moretto (Dijon, D2).
Le mot d'Arnaud Gandais : L'objectif est de gagner tous les matchs qui se présentent à nous. Mais la question est de savoir de quoi nous serons capables dans la durée. Des filles sont arrivées, notamment Stine Oftedal qui est brillante et sera une découverte pour tout le monde. Plus globalement, l'objectif est de faire mieux que la saison passée.

Union Mios-Biganos-Bègles
L'UMBB veut aller vite. En réunissant les équipes de Mios-Biganos (LFH) et Bègles (D2), les dirigeants girondins ont peut-être enfin lancé l'équipe de haut-niveau que la région Aquitaine mérite. Avec un budget à la hausse et un effectif étoffé, la régionale Alexandra Lacrabère et ses coéquipières ne pourront pas se cacher cette année et viseront au moins la qualification en play-off. Manu Mayonnade s'annonce même « impatient d'y être ». Ca promet.
Le mot de Manu Mayonnade : Nous avons effectué un recrutement de qualité. La lutte sera acharnée toute la saison et je crois que nous aurons notre carte à jouer dans cette bataille. Nous serions ravis de faire aussi bien que l'an passé. L'objectif est les play-off, nous nous devons de revendiquer ça avec la structure qui a été mise en place.

Toulon
Après une année de disette, la faim est encore plus grande à Toulon. Le champion de France 2010, décimé par les blessures la saison passée, a effectué un bon mercato en enrôlant Stéphanie Daudé, nouvelle patronne de la défense de l'équipe de France, et Helena Sterbova, gâchette de la République Tchèque. Thierry Vincent récupère en plus Christiane Mwasesa, meilleure arrière gauche du championnat entre 2010 et 2012. Pour peu que le chat noir qui traînait dans le Var en 2012-2013 soit parti, Toulon constituera un sérieux outsider cette année.
Le mot de Thierry Vincent : La préparation s'est bien passée, le groupe est plus conséquent que l'an passé. La saison dernière aura au moins permis aux jeunes de progresser, j'espère qu'elles tiendront aussi le coup cette année dans un contexte différent. L'objectif est de jouer les play-off, et puis on verra ce que nous réserve le tirage au sort pour les coupes.

Le « ventre pas si mou »
Sur la ligne de départ, elles semblent moins solides que les équipes précédemment citées, mais elles ne seront pas loin à l’arrivée. Nîmes, Le Havre et Nice tenteront de décrocher une place dans le Top 6 cette saison et tenteront un coup dans les coupes. Histoire de tenir son rang pour les filles de Christophe Chagnard et Aurélien Duraffourg, et de s’affirmer un peu plus comme une équipe qui monte pour les Azuréennes.

Nîmes
Avec le départ de Nze Minko (Nantes), Bulleux (Metz) et Chatellet (Issy), l'arrêt de Bosc et la grossesse d'Ayglon, Nîmes subit un sacré changement par rapport à la saison dernière. Le président Bertrand Roux a voulu ajouter « l'expérience qu'il a manqué la saison dernière » en engageant les internationales Son (Slovène), Cerna (Tchèque) et Pantic (Serbe). Si Christophe Chagnard parvient à recréer le jeu collectif qui faisait la force de son équipe au coeur de l'hiver, les Nîmoises embêteront plus d'une équipe cette saison.
Le mot de Christophe Chagnard : Nous sommes très modestes, on va essayer de se maintenir et ce serait mieux de passer par les play-off que de se risquer à disputer la poule de maintien. Nous avons eu beaucoup de regrets la saison passée et les recrues doivent nous amener un plus pour passer ce cap. Camille Ayglon reviendra en octobre-novembre, Nicky Houba en janvier et nous verrons où nous en sommes à ce moment-là.

Le Havre
Pleine d'espoir puis frustrante, voilà comment résumer la saison 2012-2013 havraise. En course sur tous les tableaux (Europe, coupes, championnat), les Normandes n'ont finalement disputé aucune finale, la faute à un petit manque de réussite et surtout de banc. Avec les arrivées de Toskovic (Issy), Alonso (Zajecar, Ser.) et Desgrolard (Nice), Aurélien Duraffourg dispose d'un groupe plus équilibré pour viser à nouveau le dernier carré de LFH.
Le mot d'Aurélien Duraffourg : Il nous manque l'Europe cette année, vous pensez que cela nous permettra de nous reposer, mais croyez-moi, nous voulons vite la retrouver. Ce sera dur, nous eséprons capitaliser sur la saison dernière pour faire mieux en allant chercher des titres. Il faut que le club reste une place forte alors que le niveau de LFH s'élève toujours plus.

Nice
L'apprentissage difficile a rapidement été effacé par une deuxième partie de saison pleine de promesses. Le promu niçois a parfaitement géré sa première année dans l'élite en terminant premier de la poule de play-down. L'arrivée de Cécilia Grubbstrom dans les cages aura bien stabilisé le collectif azuréen, qui sera en plus moins dépendant de Maida Arslanagic, puisque renforcé par les excellentes Filipovic, championne de France avec Arvor-Brest en 2012, et Daquin, néo-internationale tricolore. De quoi décrocher une qualification en play-off si l'occasion se présente.
Le mot de Sébastien Gardillou : Il nous manquait de la densité offensive la saison passée, les deux recrues doivent nous l'apporter. Notre première première année a été difficile, elle le sera aussi cette année, il faudra bien courber l'échine à un moment et attendre des jours meilleurs, comme nous avons su le faire l'an dernier.

Les grosses cotes
Face aux grosses armadas du championnat, Nantes et Besançon semblent plus légères. Sauvées à la dernière journée l’an dernier, les Bisontines du nouvel entraîneur Camille Comte disposent d’une équipe très jeune, sans doute bourrée de talent mais encore inexpérimentée. Nantes, qui a conservé l'effectif qui a dominé la D2 l'an passé, a pu recruter malin. A voir si cela suffira en LFH.

Nantes
Avec une montée rapidement acquise, Nantes a pu effectuer un recrutement de qualité en signant Nze Minko (Nîmes), Popovic (Besançon), Tomasevic (Thüringen, All.), Godel (Besançon) et Dzono (Zelina, Ser.). Autant de belles individualités ajoutées à un collectif qui a fait ses preuves dans l'antichambre de l'élite, au sein d'un club qui a construit un véritable projet pour devenir une place forte du handball féminin. Comme Nice l'an passé, Nantes sera un promu bien armé.
Le mot de Stéphane Moualek : Le début de saison va être très difficile avec Fleury, Metz et beaucoup de blessées. Mais il va falloir s'étalonner quand même, voir où nous en sommes, afin d'opérer les changements nécessaires. Les absentes reviendront progressivement ensuite. En tout cas nous ne partons pas en victime, nous avons construit une équipe solide. Nous verrons au mois de janvier si nous pouvons encore jouer les play-off ou pas.

Besançon
Ne nous cachons pas : Besançon est l'équipe que l'on voit peiner cette saison. Oui mais voilà, c'est la même chose tous les ans, et ce club historique est toujours en LFH, même s'il doit se sauver à la dernière seconde du dernier match pour cela comme l'année dernière. Le nouvel entraîneur Camille Comte a néanmoins vu son effectif saigné cet été (départ de 6 joueuses majeures) et a compensé avec des jeunes. L'effectif dispose d'une belle marge de progression et la formule du championnat offre plusieurs mois de répit aux Bisontines. A partir de février, on en saura beaucoup plus sur le vrai potentiel de l'équipe.
Le mot de Camille Comte : Le statut de Petit Poucet nous va bien, même si j'espère que notre histoire sera plus réjouissante que celle du Petit Poucet. Nous ne serons pas forcément prêts tout de suite, car il s'agit d'être bon à partir du moins de janvier, pendant les play-down. Cela fait plusieurs saisons que c'ets très serré et nous serons prêts, surtout si cela doit se jouer à un but.

 

Cette année, les hommes commandent

Avec le départ de Florence Sauval de Besançon, remplacée par son ancien adjoint Camille Comte, la LFH ne compte plus aucune femme entraîneur. Alors qu'un programme est mis en place au sein de la direction technique de handball pour favoriser l'accès à des formations pour les femmes, notamment quand elles sont joueuses, les chiffres montrent une tendance inquiétante. Il y avait une femme coach en 2012-2013, 3 en 2011-2012, 2009-2010 et 2008-2009.

Le programme

HAVRE ATHLETIC CLUB - HANDBALL CERCLE NIMES

Pronostic : Le Havre

Arbitres / Délégué (D) :
ANICET JEAN-PATRICK
FERRANDIER FREDERIC
Date et Heure :
Le 08/09/2013 A 17:00:00
Lieu :
DOCKS OCEANE
Quai Frissard
LE HAVRE

Lien Google Maps vers la salle

*****************************

TOULON/SAINT-CYR VAR HANDBALL - UNION MIOS BIGANOS BEGLES

Pronostic : Toulon

Arbitres / Délégué (D) :
BONAVENTURA CHARLOTTE
BONAVENTURA JULIE
Date et Heure :
Le 07/09/2013 A 20:00:00
Lieu :
Palais des Sports de Toulon
420 avenue Amiral Aube
TOULON

Lien Google Maps vers la salle

*****************************

METZ HANDBALL - ES BESANCON FEMININ

Pronostic : Metz

Arbitres / Délégué (D) :
BOURGEOIS JEAN-FRANÇOIS
DENIS PATRICK
Date et Heure :
Le 08/09/2013 A 17:00:00
Lieu :
Les Arènes
5, avenue Louis le Débonnaire
METZ

Lien Google Maps vers la salle

*****************************

FLEURY LOIRET HANDBALL - NANTES LOIRE ATLANTIQUE HB

Pronostic : Fleury

Arbitres / Délégué (D) :
BUY OLIVIER
DUCLOS SEBASTIEN
Date et Heure :
Le 06/09/2013 A 20:30:00
Lieu :
Gymnase Albert Auger
8, rue Pablo Picasso
FLEURY LES AUBRAIS

Lien Google Maps vers la salle

*****************************

ISSY PARIS HAND - OGC NICE COTE D'AZUR HANDBALL

Pronostic : Match nul

Arbitres / Délégué (D) :
KLEIN FREDERIC
ROLLAND JEROME
Date et Heure :
Le 08/09/2013 A 17:00:00
Lieu :
Pierre de Coubertin
82, avenue Georges Lafont
PARIS

Lien Google Maps vers la salle

*****************************

© Pierre Menjot
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités