mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Fleury prêt pour l’exploit
Fleury prêt pour l’exploit
12 Septembre 2013 | Europe > Champion's League
Le Fleury-Loiret handball se lance dans une grande conquête en Italie ce week-end. Fred Bougeant et ses filles disputent un tournoi wild-card qui peut leur permettre de découvrir la plus prestigieuse des compétitions européennes, la Ligue des champions. Avec des adversaires comme Rostov-Don (Russie) et le Vardar (Macédoine) de Pineau, Dembélé et Leynaud, la tâche sera ardue. Mais dans le Loiret, tout le monde y croit.

Le propre de l’exploit, « action mémorable qui dépasse les limites de l’ordinaire » selon le Larousse, est qu’il ne se produit jamais ou, au mieux, une fois de temps en temps. Mais ce week-end, un exploit ne suffira pas, il en faudra deux. Fleury dispute à Salerne (Italie) un tournoi wild-card qui peut lui permettre de jouer la Ligue des champions la saison prochaine, à condition de le remporter (*). Facile à dire, beaucoup moins à faire.

« Je n’ai pas souvenir qu’une équipe française a déjà réalisé pareille performance, attaque Fred Bougeant, le coach fleuryssois. Battre des équipes comme Rostov et sans doute le Vardar en suivant, ce serait un double exploit. » En demandant son invitation à la table des très grands la saison dernière, son club, fort de son titre de vice-champion de France, savait qu’il aurait droit à du très lourd. « C’est un rêve pour tout le monde, mais nous sommes maintenant prêts à le réaliser », annonce un Bougeant déterminé.



Le rêve pourrait être contrecarré par deux vilains cauchemars. Rostov-Don d’abord, collectif russe ultra-rodé et physique à souhait, demi-finaliste de Coupe des coupes la saison passée, éliminé par Issy-Paris après deux heures d'une lutte acharnée (23-22 à Paris, 19-20 en Russie). Puis sans doute le Vardar Skopje (opposé aux locales de Salerno en demi-finale), club macédonien en reconstruction dont il suffit de dire qu’il compte Siraba Dembélé, Amandine Leynaud et Alison Pineau dans ses rangs pour imaginer le niveau.

« Nous mobiliser pour faire de très grandes choses »

Parties jeudi matin en Italie, les Loiretaines profiteront de quelques dernières séances pour préparer au mieux leur demi-finale face aux Russes samedi. « Il faudra être agressives, aller les chercher haut pour perturber leur routine », explique Gnonsiane Niombla, la capitaine, qui n’oublie pas le deuxième match qui pourrait suivre dimanche. « J’espère que nous sommes prêtes, nous nous mettons en condition petit à petit », poursuit la néo-internationale.



A l'image de l'arrière gauche, qui a goûté à l'équipe de France la saison dernière à 23 ans, Fleury a bien grandi en un an. Fred Bougeant, venu du Havre, a parfaitement su mener un collectif complètement chamboulé où les talents individuels (Mangué, Fernandez, Stanca, Alberto...) se sont vite mis au service du collectif. Au point d'inquiéter Metz pour le titre hexagonal jusqu'à la dernière minute de la finale retour. « On a un projet qui court sur l'olympiade, explique l'entraîneur (voir plus bas) et nous sommes un peu en avance sur les prévisions. Mais nous n'allons pas manquer la qualification pour rester dans notre tableau de marche ! »

Avec l'apport de recrues expérimentées cet été (Piéjos, Zoqbi, Tounkara), Fleury partira encore plus fort cette saison, conforté dans ses ambitions par une bonne campagne de matchs amicaux et une première victoire face à Nantes en LFH (30-21). Les Loiretains proposeront un nouveau cocktail détonant entre étrangères rompues aux joutes continentales et Françaises à fort potentiel. Et ces dernières ont sans doute les clés des prochains succès fleuryssois. « Les plus expérimentées nous ont fait prendre conscience que nous avions nous aussi notre rôle à jouer, lâche, décidée, capitaine Niombla. Nous devons nous mobiliser pour faire de très grandes choses. » « Elles vont découvrir le contexte international, mais je suis sûr qu'elles auront l'orgueil nécessaire pour se mettre au niveau », abonde Fred Bougeant. Ce n'est qu'à cette condition que le rêve deviendra réalité.

(*) Le vainqueur du tournoi wild-card sera reversé dans la poule D avec Larvik (Nor), Bera Bera (Esp) et le Podravka Vegeta (Cro). Metz est dans le groupe C.

Le programme
Demi-finales, samedi
16h30 : Rostov-Don (Rus) - Fleury-Loiret
19h : Vardar Skopje (Mac) - Salerno (Ita)
Finales, dimanche
16h30 : match pour la 3e place
18h30 : Finale
Le premier qualifié en Ligue des champions, les trois autres reversés en Coupe des vainqueurs de coupe.



5 questions à Guillaume Oltra, directeur général du club délégué au secteur sportif.

Se qualifier en Ligue des champions, c'est vraiment un « rêve »?
C'est bien sûr quelque chose d'extraordinaire, on se frotterait à ce qui se fait de mieux. Mais ce n'est pas un rêve, plutôt un objectif que l'on souhaitait atteindre en arrivant au club en 2010. On a une année d'avance sur le calendrier prévu, si jamais nous nous qualifions, mais nous n'allons pas nous priver de cette possibilité. C'est une étape indispensable vu notre ambition et notre évolution.

Pouvez-vous en dire plus sur ce projet que vous évoquez?
Nous avons un projet sur une olympiade et nous plantons les graines pour y arriver. Le but est de s'installer durablement dans le haut de tableau de LFH, de jouer les titres tous les ans et, bien sûr, d'en gagner. Tous les trophées se disputent sur des phases finales, ce qui rend les choses plus aléatoires, mais nous devons ramener régulièrement des titres. Et disputer la Ligue des champions.

Est-ce pour cela qu'il y a autant d'étrangères expérimentées (Stanca, Alberto, Mangué, Zoqbi, Lopez...) à Fleury?
Je ne suis pas d'accord, nous avons aussi beaucoup de joueuses JIPES (joueuses issues des pôles d'excellence sportive), pour respecter les quotas fédéraux qui vont d'ailleurs se durcir. Le but est que ces joueuses que sont Manga, Houette, Bruneau ou Niombla, progressent et alimentent l'équipe de France. Et nous agrémentons ce noyau de joueuses qui ont l'expérience européenne afin qu'elles apportent au quotidien leur exigence, les détails qui font la différence.

Sportivement, Fleury est-il prêt à jouer les deux matchs par semaine qu'implique une coupe d'Europe?
Nous avons un effectif armé pour. Le staff médical a également été étoffé pour ça avec 2 médecins et 3 kinés qui travaillent autour du club. Nous voulons limiter au maximum les risques de blessures. Si nous sommes à peu près épargnés, nous avons l'équipe pour jouer l'Europe. Ensuite, cela dépendra des tirages bien sûr.

Et économiquement?
C'est vrai que la Coupe d'Europe ne rapporte pas grand-chose. Mais nous suivons une progression régulière, le club est de plus en plus structuré. L'Europe était prévue sur notre feuille de route financière. Et au contraire, elle peut attirer certains partenaires qui seraient intéressés par un rayonnement continental.
© Pierre Menjot
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités