mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Dernières secondes fatales pour le Sambre-Avesnois
Dernières secondes fatales pour le Sambre-Avesnois
14 Octobre 2013 | National > Nationale 1F

Le seul qui affichait un grand sourire à l’issue de la rencontre était Frédéric Mandret, l’entraîneur d’Aulnay-sous-Bois, qui venait de vaincre un signe indien : « En deux rencontres en Nationale 2, on avait toujours perdu contre cette équipe ! » Mais ce qu’il oubliait d’ajouter est que son club venait de se renforcer pour rejoindre la D2F en fin de saison et que cette nouvelle équipe poursuivait son chemin positivement. Et pourtant, tout avait bien débuté pour… le Sambre-Avesnois qui marquait le premier but après, toutefois, deux minutes de jeu et qui continuait sur sa lancée (5-3, 10e) avec Maureen Delvallée qui arrêtait un penalty et s’interposait à plusieurs reprises aux tirs adverses. La légère béquille à la cuisse droite de Szeberenyi permettait aux Aulnésiennes de revenir dans la partie (7-7, 21e) mais le Sambre-Avesnois regagnait les vestiaires avec un but d’avance : 12 à 11.

Si Aulnay-sous-Bois prenait l’avantage à l’entame de la seconde période, les deux équipes ne cessaient de faire jeu égal (17-17, 40e). Malgré les réajustements faits par Thierry Micolon, l’entraîneur sambrien, et l’excellente prestation de Kantor dans les buts, Aulnay reprenait du poil de la bête (18-21, 50e) mais le Sambre-Avesnois était toujours à l’affût, hormis ce penalty dont le tir particulièrement artistique échouait sur le toit du but adverse ! À cinq minutes du terme, Coulbrant remettait les pendules à l’heure (21-21, 55e) mais Aulnay bénéficiait de deux penalties salvateurs. L’excellente Leroy et Gondo revenaient à la marque, cette dernière redonnant même l’avantage aux locales (24-23) à 20 secondes du terme mais Kregbo dans un sursaut salvateur donnait le but de la victoire aux Aulnaisiennes (24-25) face à des Sambriennes qui n’ont pas su garder le score.

« Je ne leur ai pas demandé de gagner le match mais de ne pas le perdre », expliquait Thierry Micolon. « Il suffisait de conserver le ballon mais elles s’emballent pour aller jouer une chose impossible. On tient, jusque-là la dragée haute à une formation qui est bâtie pour monter en D2 et en cinq secondes, on arrive à réduire en néant tout ce qu’on a réussi à mettre en œuvre pendant cinquante-neuf minutes et cinquante-cinq secondes. » Mais son équipe ne possède peut-être pas encore la rigueur et l’expérience nécessaire à ce niveau de la compétition. « On devait se contenter d’obtenir un nul méritant contre une formation qui sera parmi les trois premières de la division. On n’a pas su le faire. »

Jean-Pierre MALEWICZ pour

Handzone
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités