mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Mario Cavalli: en ce moment, on n'a pas de gardien !
Mario Cavalli: en ce moment, on n'a pas de gardien !
29 Novembre 2013 | France > LNH

Résumé de la 11ème J. LNH. La morosité ambiante a élu domicile à Chambéry, battu dans sa salle par St Raphaël. Les absences combinées à l'irrégularité de la base arrière et aux contreperformances de Cyril Dumoulin plongent les Savoyards dans le plus grand doute. Pendant ce temps, Paris et Dunkerque caracolent toujours en tête. Montpellier n'a laissé aucune chance à Toulouse.

Le Phare n’est plus ce territoire inviolable qui jadis protégeait Chambéry des invasions. Plus grand monde ne respecte le vainqueur estival du Trophée des Champions. Tremblay et Toulouse y sont venus chercher fortune, cette fois c’est au tour de Saint Raphaël de repartir avec les deux points. Pourtant, cette rencontre aurait très bien pu basculer en faveur des locaux qui après une entame "poussive" et un Cyril Dumoulin loin de ses meilleures performances (0/12) ont rétabli la situation pour virer en tête à la pause (19-17). Au cours d’une seconde période très serrée, il va suffire d’un tir contré, d’un ballon perdu ou d’une parade de l’inévitable Djukanovic pour que St Raphaël vire en tête et fasse même un écart conséquent (25-28 à la 43ème). A la faveur d’un temps faible adverse, les Savoyards vont refaire leur retard (28-28) et maintenir le suspense jusqu’à la dernière minute. A 33-34, l’équilibre était précaire, les Azuréens vont pourtant s’accrocher et surtout défendre cette courte avance. Ils auraient pu craindre le pire lorsqu'en infériorité numérique, ils vont buter pour leur ultime attaque sur le culot du jeune Maxime Diot. A trois secondes de la fin, Guillaume Gille laissait échapper le ballon, St Raph’ pouvait sauter de joie et savourer ce succès très important. A Chambéry, le doute s’installe. Mario Cavalli, l'entraîneur ne cherche pas de faux-fuyants et reconnait les carences de son équipe.

Mario, les seules absences de Basic et de Bertrand Gille expliquent-elles les contreperformances de Chambéry ?
Cela y contribue mais ce n'est qu'une partie du problème. On a des solutions pour les remplacer mais actuellement, notre base arrière est trop irrégulière, je pense notamment à Kévynn (Nyokas) et Timothey (N'Guessan). Pour ne rien arranger, Damir Bicanic qui était bien sur les derniers matches, s'est blessé hier soir (grosse béquille ou déchirure) et n'a pu disputer la 2ème mi-temps. Guillaume Gille fait ce qu'il peut, c'est un bon organisateur mais il est un peu juste pour nous aider. Contre St Raphaël cette base arrière a été percutante en 1ère période mais ensuite on a enchaîné les erreurs aux mauvais moments.

Et quand Cyril Dumoulin est en-deçà, ce n'est pas un avantage...
On n'a pas de gardiens depuis trois matches ! A Nîmes, 0 arrêt en 45 minutes, en coupe d'Europe, ce n'est pas mieux, hier, pareil même si Maxime Diot est arrivé pendant le match à avoir des phases intéressantes. Mais c'est vraiment trop juste. Pour Cyril, c'est inexplicable car en équipe de France, il a été performant.

Il reste deux journées avant la trêve, est-ce inquiétant ?
Notre 1ère mi-temps de mercredi me permet de dire qu'on est sur le bon chemin. A condition toutefois que Bicanic ne se soit pas blessé gravement (l'arrière croate devait passer des examens ce jeudi après-midi) et que je retrouve un gardien. Si on se remobilise durant tout un match avec toujours, cette volonté de faire confiance à quelques jeunes, je pense qu'on peut s'en sortir. Tout le monde a vu que les cadres étaient défaillants, il faut tendre vers un peu plus de régularité.

        Pendant ce temps, en tête, Paris et Dunkerque s'épient à distance.



Vainqueurs face à Nîmes (voir en suivant), Samuel Honrubia (notre photo) et ses collègues parisiens ont bien failli tirer meilleur profit de cette 11ème journée car à l’autre bout de la France, Dunkerque, le dauphin a véritablement souffert face à la fougue et au sérieux de Pays d’Aix.

Les Provençaux ont su profiter de la fin de la 1ère période pour véritablement faire la différence et infliger un 5-1 à des Nordistes en perdition. Heureusement pour eux, Vincent Gérard va se montrer impeccable sur sa ligne et va limiter la casse (13-9 à la pause). Au retour des vestiaires, Dunkerque va sortir de sa torpeur, resserrer les lignes en défense et être plus précis en attaque. Espen Lie Hansen (auteur d’un 8/9) va se montrer sous son meilleur jour et le score va rapidement basculer en faveur des siens (18-21 à la 43ème). En quelques minutes, Aix venait de perdre tout le crédit amassé en 1ère période et se retrouvait dans le dur, incapable de soigner la finition. Poussés par la ferveur populaire, les joueurs de Jérémy Roussel vont pourtant refaire surface (25-25 à 2’30 de la fin), animés par un Stojanovic de gala (8/11).  Mais Baptiste Butto et Romain Guillard vont mettre fin à leurs espoirs. Dunkerque revient de loin, cet avertissement sans frais ponctué par un jugement assez sévère de Patrick Cazal sur la production de ses joueurs, remettra quelques esprits en place, avant de recevoir ce samedi, les Polonais de Kielce pour la 6ème levée en Ligue des Champions et surtout, cinq jours plus tard, avant d’accueillir Paris, le leader dans une salle des Flandres surchauffée pour un des tournants décisifs de la saison.



De son côté, le Paris St Germain a su gérer une rencontre qui aurait pu mal tourner tant l’adversaire nîmois n’avait pas grand-chose à perdre et surtout s’était fait une spécialité depuis le début de la saison en accrochant quelques grosses cylindrées de LNH. Nîmes n’a pas failli à ses vertus et a posé quelques problèmes au leader du championnat. «On savait que nous pouvions leur poser des problèmes, analysait Yassine Idrissi. Ils étaient entre deux matches européens et on a senti qu’ils ne voulaient pas trop se faire chatouiller. Le seul souci qu’on a rencontré, c’est qu’en défense, on n’a pas été très performants et on leur a offert quelques ballons. Avec deux passes et un tir, ils sont capables de mettre le feu quand ils le veulent. » Paris a pris ses aises au tableau d’affichage en 1ère période (14-10 à la 20ème), les Gardois conduits par un excellent Nicolas Zens (notre photo) entretenant le doute au début du second acte (21-20 à la 36ème). «On n’a vraiment pas à rougir, poursuit le portier nîmois, mais on sort de Coubertin avec le sentiment que les arbitres ne nous ont pas aidés. Nous ne sommes qu’un petit club qui se bat avec ses moyens et je n’ai pas trouvé que toutes les décisions étaient très équitables. » En effet, trop souvent dans le déroulement de la 2ème période, la paire Fieschi-Clapson ne s’est pas compliquée la tâche et a préféré accorder le bénéfice du doute aux Parisiens. Le PSG enchaîne sur un 9ème succès en championnat, Philippe Gardent s’étant même permis le luxe de mettre Mikkel Hansen au repos, et ce pour le 2ème match de LNH consécutif (le talent danois ne jouait pas contre Sélestat).  « On a souvent été gêné par leur défense très haute, soufflait Luc Abalo, ils ont pris quelques risques et ça demande d’attaquer très tôt, très rapidement, d’où les nombreuses pertes de balle et les imperfections. On s’en sort bien, propres dans le jeu. On n’a pas le temps de trop gamberger avec tous les matches qui nous sont proposés. Je préfère ça au rythme de l’année dernière avec un seul match. » Luc Abalo plutôt discret au tableau d'affichage, a laissé la vedette au trio Melic-Honrubia-Narcisse (24 buts à eux trois).

              Montpellier atomise Toulouse, Nantes se refait une santé



La bulle toulousaine est-elle en train de se dégonfler ? Contre Montpellier, le banc et les jeunes du centre de formation que Joël Da Silva a tenté de substituer aux Fernandez, Andjelkovic et Montoro absents parce que blessés, ont montré leur limite.  Ceci n’enlève rien à la prestation des Héraultais qui ont parfaitement géré leur match même si de part et d’autre, les défenses ont laissé très souvent quelques portes ouvertes. Ce jeudi soir, Toulouse n’a tenu que 25 minutes avant de couler à pic.  Les hommes de Patrice Canayer se sont montrés redoutables notamment sur les montées de balle. Quand la veille, Issam Tej a déclaré forfait sur blessure, Matej Gaber (notre photo) a pris ses responsabilités et le résultat a été probant. Avec huit buts à 89%, le jeune slovène a illuminé à lui seul le palais des sports René Bougnol. Et il n’a pas été la seule étoile à briller avec sept réalisations pour Don Diego Simonet, six buts pour Dragan Gajic qui pour l’anecdote car c’est peu fréquent, a raté deux jets à 7 mètres. « Ce soir, j’ai tout pour être joyeux, déclarait l’entraîneur montpelliérain. Nous sommes dans la continuité de ce que l’on produit depuis quelques semaines. Il faut reconnaître que dans le dernier quart d’heure, Toulouse a fait jouer son centre de formation. Même si en 1ère mi-temps, on a manqué d’efficacité défensive, les joueurs ont pris du plaisir.» En face, notamment dans le 1er acte, seul Valentin Porte (7 buts) s’est illustré. Montpellier reste dans la course au podium et attendra avec impatience la confrontation jeudi prochain entre Dunkerque et Paris. Les Toulousains conservent leur 4ème place mais sentent dans leur dos, le souffle des Nantais et des Raphaélois.



Nantes n’a pas eu à trop forcer son talent pour s’imposer à Dijon. Les hommes de Thierry Anti ont rapidement pris le large avant de gérer dans le second acte. C’est surtout en attaque que les Bourguignons ont complètement raté leur prestation, accumulant tirs ratés et balles perdues. Et face à Nantes, ce genre d’imperfections se paie cash (6-11 à la 20ème). La réaction dijonnaise sera trop timide ensuite pour espérer mieux et surtout, renverser la situation. C’est après la pause que les Nantais vont faire la différence notamment grâce aux arrêts de Marouène Maggaiez. Dijon va rester pendant près de 14 minutes sans inscrire le moindre but ! (10-18 à la 43ème). Et dans le dernier quart d’heure, courir après un score qui ne lui a jamais été favorable.



PARIS ST GERMAIN -
USAM NIMES  
35 - 32 (Mi-temps : 18-14)
Statistiques du match

Date et Heure :
Le 27/11/2013 à 20:00:00
Lieu :
Pierre de Coubertin
82, avenue Georges Lafont  -  PARIS

*****************************

CHAMBERY - SAINT RAPHAEL    33 - 34 (Mi-temps : 19-17)
Statistiques du match

Date et Heure :
Le 27/11/2013 à 20:00:00
Lieu :
LE PHARE
800 avenue du Grand Arietaz  -  CHAMBERY

*****************************

PAYS AIX - DUNKERQUE     25 - 27 (Mi-temps : 13-9)
Statistiques du match

Date et Heure :
Le 27/11/2013 à 20:30:00
Lieu :
VAL DE L'ARC
33, Chemin des infirmiers -  AIX EN PROVENCE

*****************************

DIJON  - HBC NANTES     19 - 27 (Mi-temps : 9-13)
Statistiques du match

Date et Heure :
Le 27/11/2013 à 20:30:00
Lieu :
Jean-Michel Geoffroy
17, rue Léon Mauris  -  DIJON

*****************************

MONTPELLIER  - FENIX TOULOUSE   36- 25 (Mi-temps : 18-14)
Statistiques du match  

Date et Heure :
Le 28/11/2013 à 20:45:00
Lieu :
Gymnase Rene Bougnol
Avenue du Val de Montferrand  -  MONTPELLIER

*****************************
CESSON RENNESTREMBLAY     30- 26 (Mi-temps : 15-17)


Arbitres / Délégué (D) :
Aucun arbitre renseigné
Date et Heure :
Le 29/11/2013 à 20:45:00
Lieu :
PALAIS DES SPORTS
Allée de Champagne
CESSON SEVIGNE

***************************** 

UNION SPORTIVE IVRY HANDBALL - SELESTAT ALSACE HANDBALL

Pronostic : Ivry

Date et Heure :
Le 30/11/2013 A 20:00:00
Lieu :
Gymnase Auguste Delaune
16 rue Robespierre   -   IVRY SUR SEINE
Lien Google Maps vers la salle  

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités