mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
EDF FEM: Allison Pineau en quête de repères
EDF FEM: Allison Pineau en quête de repères
13 Décembre 2013 | International > Mondial

Les joueuses d'Alain Portes n'ont plus qu'à finir proprement le boulot. Une victoire ou même un nul face à la Corée du Sud (ce vendredi dès 18h30) leur garantirait la 1ère place de leur groupe et un 8ème de finale plus favorable. Allison Pineau qui retrouve peu à peu ses moyens compte participer activement à la réussite de l'équipe tricolore. 

A Belgrade, de notre envoyé spécial, Yves Michel

«A la fin du match contre le Monténégro, j’avais déjà la Corée en tête. Heureusement, nous avions anticipé lors de quelques séances car les filles le savent, terminées les habituelles 0/6, le style de jeu des asiatiques va nous changer.» A son 9ème match avec les Bleues depuis son entrée en fonction, Alain Portes est toujours invaincu et sans le faire frémir, l’obstacle coréen est pris très au sérieux. La vélocité de ces handballeuses au jeu atypique peut surprendre mais le technicien tricolore met à  profit ses quatre années passées auprès de la Tunisie, lorsque régulièrement, il avait l’occasion d’affronter l’Algérie. « C’est une défense 3-3, il faut être tout le temps en activité, créer du désordre et du mouvement pour la perturber. Comme ça monte haut, on ne peut avoir aucun élan. Ce ne sera pas par exemple, un match pour Mariama Signaté. On va devoir tirer en appui et je compte beaucoup sur mes ailières et pivots pour semer la zizanie.» Jusque-là, les Françaises sont parvenues à gagner sans rien produire d’exceptionnel. Leur jeu d’attaque et c’est le terme du sélectionneur, est "insipide" et elles ont beaucoup péché dans le domaine de l’aisance technique. Alain Portes ne se fait pas d’illusion, cette situation ne pourra éternellement perdurer. Surtout lorsque des équipes comme la Norvège, l’Espagne ou le Brésil vont se présenter comme adversaires potentiels. En revanche, l’entraîneur ne fait que louer la production de sa défense. « Le handball de haut niveau, cela commence par protéger son but et comme hier (contre le Monténégro), on a eu une gardienne qui quand on a été un peu en difficulté, a fait douter l’adversaire, on s’en est sorti.»  Ce bloc défensif aura bien entendu son rôle à jouer face à des attaquantes coréennes dont le pourcentage de réussite au tir flirte autour de 70%. «Cela ne me surprend pas. C’est un peu ce que je reproche à mes joueuses. Quand les Coréennes arrivent en position de tir, on dirait que le temps s’arrête. Elles sautent, elles regardent la gardienne et clac. Le geste juste. Donc il faudra se méfier, il y a du danger à tous les postes. » La faiblesse de cette équipe asiatique réside dans la profondeur de son banc. Exceptés sur les matches sans grande opposition, l’entraîneur coréen s’est reposé sur un sept majeur quasi inamovible avec une "mobylette" sur l’aile droite (21 buts dont 11 en contre-attaque), son alter ego sur le côté opposé excelle dans un rôle de buteuse-passeuse, enfin la demi-centre est une très bonne manieuse de ballon. Par le passé, la tâche des Tricolores face à cette équipe n’a jamais été très facile. Court succès d’un but au Mondial 2007 pour la 5/6, match nul lors du TQO de Nîmes en 2008 et l’année dernière, victoire de trois buts en tour préliminaire des J.O. Ce vendredi, il ne faudra pas s’attendre à un écart très important.



Un match nul ou encore mieux, un succès permettrait à la France de terminer 1ère de son groupe, une défaite d’un but la mettrait 2ème, un revers de 2 buts, 3ème.  L’adversaire en 8èmes ne serait bien entendu pas du même calibre (dans le meilleur des cas, le Japon, dans le pire, le Brésil, le Danemark ou la Serbie).



Allison Pineau: "Un retour en France ? Pourquoi pas... mais pas encore !"

Depuis le début de la préparation, Mariama Signaté et Allison Pineau font l’objet d’une attention toute particulière de la part des staffs technique et médical qui entourent Alain Portes. La 1ère a du refaire ses gammes après un long arrêt du à un problème à l’épaule, la seconde s’est blessée avant les matches de qualif à l’Euro et a du soigner une entorse à la cheville gauche. Arrivée dans son nouveau club de Vardar Skopjé après l’expérience avortée en Roumanie, "Bingo" n’est pas encore à 100%. Elle remet progressivement le Bleu de travail même si une petite douleur persiste encore au niveau de la jambe. Mais c’est une jeune femme très détendue que nous avons pu rencontrer lors de la journée de repos.

Après avoir battu le Monténégro, ça serait navrant de tomber face à la Corée…
C’est sûr mais ce sera tout sauf facile. Cinq matches enchaînés en six jours, les organismes le ressentent, la fatigue est là mais au sein du groupe, la mobilisation est présente. Mercredi soir, on a plus discuté du futur match contre la Corée que de la victoire toute fraîche contre le Monténégro. On ne va pas gâcher l’occasion de terminer 1ères de la poule.

A la fin du match contre le Monténégro, as-tu eu une pensée particulière ?
Oui, une pensée… furtive mais pas démesurée. Ça fait du bien mais cela ne change pas l’histoire. Elles ont une médaille olympique, nous, on est rentrée à la maison avant les demies. L’enjeu était d’une autre importance. Je crois très sincèrement qu’on est passé à autre chose, même si ça fait un bien fou de les battre.

Le staff compte sur ton expérience, cette attente n’est-elle pas oppressante ?
Je ne le vois pas de cette façon. Aujourd’hui, je suis plutôt en phase irrégulière, ce n’est pas au niveau de mon handball, c’est une question de pouvoir s’exprimer dans le jeu qui est proposé actuellement. Il faut que je puisse moi aussi, mettre le rythme au bon moment. Ce qui m’apaise, c’est que si je n’arrive pas à trouver mes marques en attaque, défensivement, je peux apporter mon expérience. Je suis sereine. On a un staff à l’écoute qui ne cesse de répéter que cela ne sert à rien d’être crispé et qu’on est là pour prendre du plaisir.

Et tu en prends ?
Mon souci premier est d’être en plus grande forme. Je passe par différents états. Contre le Monténégro, j’ai connu une 1ère période difficile, cela a été plus positif par la suite.

Metz, Valcea, Vardar. Trois clubs en moins de deux ans. Sais-tu ce que tu fais la saison prochaine ?
J’ai quelque chose en tête…

De quel type ?
…. (rires)

Le retour en France est programmé dès l’été prochain ?
Actuellement, ce n’est pas ma priorité. J’ai l’incroyable chance de faire partie du club de Vardar donc, pourquoi ne pas poursuivre ? De toute façon, je garderai le mystère jusqu’à la fin du Mondial.

Metz est sur les rangs, on annonce des capitaux qataris sur Issy PH, tout est possible, non ?
On va dire cela… Tout m’intéresse. Tu cites mes deux clubs de cœur. Je suis parisienne d’origine, Issy c’est là où j’ai débuté ma carrière pro. Cela va dépendre de beaucoup de choses.

A Metz, tu pourrais retrouver Olivier Krumbholz ?
C'est un bruit qui court. Il n’y a aucun souci avec Olivier. C’est plus une question de projet proposé que tel ou tel individu.

Est-ce que l’expérience à Valcea t’a échaudée ?
Ça ne s’est pas forcément passé comme je l’espérais mais ce que j’ai vécu va me servir pour la suite. Les problèmes financiers sont venus tout perturber, j’ai pu négocier un départ anticipé alors qu’il me restait une année à faire. On a soldé les comptes et je suis passée à autre chose.

Tu es heureuse ?
Très !

Tu le seras encore plus si vous décrochez une médaille ?
Objectivement, je pense que ça ferait plaisir à tout le monde, on a le potentiel pour monter sur le podium. Après le match contre la Corée, on en saura un peu plus.

 

Djokic avait les crocs.
Ana Djokic, partenaire en club au Vardar, d'Amandine Leynaud, Siraba Dembélé et Allison Pineau avait été jusque-là irréprochable, bonifiant les ballons qu'elle récupérait et terminant sur un 3/3 très encourageant. L'impression sur la joueuse s'est gâtée lorsque voulant franchir la ligne de barbelés dressée par Nina Kanto et Maakan Tounkara (notre photo), elle a voulu passer aux forceps. N'y parvenant pas, elle n'a pas trouvé d'autres moyens que de mordre le bras de l'ailière droite de Fleury. L'histoire ne dit pas si Maakan s'est tout de suite faite vacciner contre le tétanos.  

Nina Kanto sur les rotules. La pétillante pivot de l'EDF a beaucoup donné depuis le début de la compétition. C'est elle qu'Alain Portes a le plus utilisée (2h27) et en attaque, elle n'a jamais été épargnée par les défenses adverses. Surtout pas celle du Monténégro. Hier matin, lors de la journée de repos, c'est une Nina qui avait du mal à déambuler qu'on a croisée dans les couloirs de l'hôtel, les courbatures prenant le pas sur les articulations. Une bonne nuit de sommeil, les mains expertes des kinés et il n'y paraîtra plus rien. C'est qu'on en a besoin de notre "Nina nationale" !!

Pas si grave pour Bulatovic. Après un choc avec Allison Pineau, la gauchère du Monténégro s’est affalée sur le parquet sans pouvoir se relever. Une civière a été demandée et la joueuse partenaire de Raphaëlle Tervel à Gyor (Hongrie) a été conduite à l’hôpital pour quelques examens. Plus de peur que de mal, elle en est ressortie avec une belle frayeur et des contusions au niveau du coccyx. Sa participation ce vendredi soir (20h45) à la rencontre face aux Pays Bas n’a pas été confirmée.

Fred Brindelle très bien Serbie. Ses jeux de mots et autres pirouettes lyriques ont fait le tour de la planète. Qui de Oulan-Bator à Tombouctou en passant par le Gröenland, ne connait pas Fred Brindelle ? Sur l'antenne de Sport+, le sémillant commentateur suit la progression de l'équipe d'Alain Portes depuis qu'elle est entrée dans la compétition. Le journaliste de la chaîne cryptée sait très bien s'entourer. Depuis déjà quelques années, il commente les matches de l'équipe féminine (notre photo du bas) en compagnie de Valérie Nicolas, l'ancienne gardienne, championne du Monde en 2003.  

France - Corée du sud, sur Sport+, ce vendredi à 18h30. 



© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités