mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
EDF FEM: le tortillard tricolore continue à avancer
EDF FEM: le tortillard tricolore continue à avancer
14 Décembre 2013 | International > Mondial

Nous, on a envie de les aimer ces nanas-là ! Car avec quinze jours de prépa dans les jambes, elles sont au rendez-vous non seulement des 8èmes mais en plus, elles viennent de réaliser un sans-faute, en terminant tout en haut de la poule. Le Japon, équipe étonnante de vivacité et de mobilité, se dresse désormais sur leur passage.

A Belgrade, de notre envoyé spécial, Yves Michel

Avec une Amandine Leynaud impériale et un état d’esprit collectif exemplaire, l’équipe de France continue son petit bonhomme de chemin. Son jeu n’est ni académique, ni conventionnel, Alain Portes a plutôt étonné lorsqu’il est arrivé (nous en reparlerons plus tard), toujours est-il que bon an, mal an, ça tient ! Jusqu’à quand ? Personne n’est capable de répondre à une question qui d’ailleurs n’est pas d’actualité. Comme dirait un footballeur bien connu, « on prend les matches, les uns après les autres. » La défense, marque de fabrique de la Maison Bleue tient parfaitement le coup. Il faut largement s’en contenter. Et puis hier, comme une résurrection qui arrive au bon moment, Alexandra Lacrabère a battu le rappel. Elle a cuisiné les petites coréennes à la sauce béarnaise et a terminé meilleure joueuse de la rencontre avec un 8/10 aux tirs. Allison Pineau a pour sa part, trouvé l'influx, lorsqu'elle a fait entrer la balle dans un trou de souris, d'un tir par en dessous, Les filles d’Alain Portes commencent à écrire leur histoire. Le livret est loin d’être un best-seller, la riposte se prépare mais les onze succès d’affilée depuis le match fondateur contre la Slovaquie, le 24 octobre dernier à Rouen, plaident en leur faveur. Les plus dubitatifs pourront toujours trouver que battre en vrac le Congo, la Finlande, la République Dominicaine, la Tunisie voire l'Angola n’a rien d’exceptionnel lorsqu'on revendique le label "Equipe de France", mais lorsque ces mêmes filles écartent le Monténégro, la Roumanie et la Hollande (qui encore ce vendredi soir a été un poison pour les Monténégrines championnes d’Europe), que leur demander de plus et comment les qualifier ?  Alain Portes, que l’on surnommait "Bip-Bip" lorsqu’il déboulait comme une fusée dans le couloir gauche de l’attaque usamiste, n’a pas changé sa façon de procéder. Le Nîmois va toujours de l’avant. Les filles adhèrent, elles ne se posent pas de questions et suivent l’étoile du Berger. C’est peut-être cela la clé de la réussite.



Alain Portes au toaster

Alain, quel a été le leitmotiv pendant ce match contre la Corée ?
Je leur ai sans cesse répété que face à une défense de ce type, très haute, agressive, il fallait oublier le stress et répondre par du calme. Elles ont véritablement appliqué cela à la lettre, en trouvant la solution tactique et les comportements adaptés. Et puis quelques-unes, presque toutes d’ailleurs, ont un peu d’expérience aussi. Celles qui ont fait des finales de Mondial ont mis ce savoir-faire au service de la collectivité. Personne n’a paniqué et tant mieux pour nous.

Qu’est ce qui fait la différence sur la fin ?
On a un petit état d’euphorie à quatre contre six, mais c’est vrai qu’on aurait pu l'avoir plus tôt. Ça s’est débloqué et on a trouvé le bon mouvement collectif qu’on appelle "Sousse 2" qui était celui qui fonctionnait le mieux en fin de match et qui mettait tout le monde en situation de tir et de réussite. Elles l’ont fait à la perfection en jouant en mouvement. C’est peut-être là que j’ai commis une petite faute, j’aurai du le mettre en place plus tôt, pour les libérer et les faire courir.

Ce mouvement était donc programmé….
(esquissant un sourire), Euhhh... non ! C’est un mouvement qu’on fait sur une défense plus aplatie mais j’ai tenté le coup et ça a marché.

Tu avais prévu de ne pas utiliser Signaté, as-tu failli céder à la tentation ? 
Oui, bien-sûr, j’ai été tenté quand on était à trois buts et qu’on avait du mal à perforer cette défense. Mais comme mes "petits gabarits" ont été tout de suite efficaces, j’ai persisté dans ce que j’avais prévu. C’est l’histoire d’un match, pas celle du Mondial. "Maya" on en aura besoin plus tard.

Les ailières qui avaient un rôle à jouer, ratent pas mal de choses au début.
Ça a mis le doute et ensuite, elles ont un peu refusé les tirs, notamment les gauchères, mais bon, contre le Japon, elles seront efficaces.

Les huitièmes de finale

à Belgrade

 

 

dimanche 15/12

18h00

France - Japon

 

20h45

Danemark - Montenegro

 

 

lundi 16/12

18h00

Brésil - Pays Bas

 

20h45

Corée du sud - Serbie

à Novi Sad

 

 

dimanche 15/12

à 17h30

Allemagne - Angola

 

à 20h15

Pologne - Roumanie

 

 

lundi 16/12

à 17h30

Hongrie - Espagne

 

à 20h15

Norvège - Rép. Tchèque

Si les Françaises passent l'obstacle des 8èmes, elles affronteront mercredi prochain en quarts, le vainqueur de la rencontre Pologne-Roumanie et elles devront déménager puisque ce match aura lieu à Novi Sad. Ensuite, si elles ont encore de l'énergie pour aller un peu plus loin, elles se retrouveront sur le chemin de la Norvège, Serbie, Corée (encore !) ou République Tchèque.

L'œil avisé de l'expert...

Pendant la durée du Mondial féminin, Frédéric Bougeant, l’entraîneur de Fleury Loiret HB nous apporte son expertise et son ressenti sur ce qu’il vit en direct de Serbie.

«Le constat du jour, c’est que personne n’a rien lâché. Dans notre groupe, la Hollande a bien titillé le Monténégro qui n’a pas pu faire souffler Katarina Bulatovic et je dirais que cela remet en place la performance des Françaises. On se montre exigeants, c’est vrai, on a beaucoup souffert, encore aujourd’hui en 1ère mi-temps, mais comme les filles sont impliquées et à l’affût de toutes les opportunités, on peut être satisfait. Le jeu d’attaque est encore en chantier, mais avec une défense qui tient plus que la route et une Amandine Leynaud sur un nuage, je pense qu’on peut voyager. L’envie de bien faire, de faire circuler les joueuses aujourd’hui, de mettre du mouvement, ça nous a perturbé dans les équilibres d’occupation des espaces. A force de vouloir gêner les deux rideaux coréens, on en a perdu notre latin. Lorsque Alex Lacrabère s’est remise sur l’autoroute, on a retrouvé plus d’efficacité, plus de simplicité. Il fallait avoir cette capacité à maintenir l’effort pendant 45 minutes car sur le banc de touche, on était au-dessus. En cinq matches, elles se sont rendu la tâche facile. Même si à mon sens le Japon n'a pas le niveau de la Corée, il faudra s'en méfier. Mais je ne m'inquiète pas. Ce n’est pas le genre de la maison Portes de prendre l’adversaire à la légère. On a eu une répétition, et quelle répétition, avec une défense étagée face à la Corée, attendons de voir ce que cela va donner face au Japon. Je terminerai par une confirmation. Celle du Brésil. Elles ont battu le Danemark, elles pratiquent un jeu en mouvement que j’adore. Le petit bémol, c’est qu’il va falloir durer, et trouver la bonne dimension mentale. Car les occasions de briller dans le concert international sont rares. Elles reviennent tous les deux ans avec un Mondial, tous les quatre ans avec les J.O. Si je rajoute la France et l’Espagne qui est ma 2ème patrie, j’ai trouvé le podium de ce Mondial. Mais je suis sûr que les Nordiques par exemple, auront un avis différent du mien. A demain ! »

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités