mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
EDF M : L’assassin habite au 16
EDF M : L’assassin habite au 16
19 Janvier 2014 | International > Euro

Les Bleus ont un pied et 3 orteils en demi-finale de l’Euro ! La victoire face à la Croatie les amène à 6 points, et sans un concours de circonstance un peu improbable, les Bleus devraient être de la fête dans la splendide salle de Herning à partir de vendredi.

Mais si la France en est à ce stade, elle le doit en grande partie à son revenant, un certain Thierry Omeyer, gardien de son état, ex meilleur joueur du monde mais victime d’une rupture du biceps il y a moins de 3 mois… Son retour à la place d’un Cyril Dumoulin à la peine dans le début de match aura complètement changé la physionomie du match et les Tricolores ont retrouvé une défense de fer et de plomb dans laquelle les Croates se sont « emplâtrés » pendant toute la seconde période !

En première mi-temps on était loin des bon vieux France – Croatie à l’ancienne avec à la mène un Balic ralentissant le jeu et où tout le monde se la joue un peu dans son coin. Avec ce fabuleux joueur qu’est Domagoj Duvnjak, la Croatie jouait dans du velours ! Marko Kopljar était abreuvé de ballons d’une propreté étonnante et réussissait tout, encore un parisien qui flambe sur cet Euro, Damir Bicanic plaçait son bras à travers et surtout tout le monde jouait sur un tempo presque étouffant. Pour résister à cette déferlante à damiers il fallait beaucoup de volonté et surtout pas mal de magie. Heureusement, côté magie, il y avait un certain Michael Guigou pour réussir les tours de passe-passe. En défense il a mangé littéralement un certain Ivan Cupic, dégoutant pour le compte ce faiseur de cauchemar pour les Bleus en lui piquant 3 ballons quasiment dans les mains. Et en attaque il s’est rappelé au bon souvenir de Mirko Allilovic, un soir de janvier 2009 en Croatie où devant 17000 croates en furie, il avait sorti un 10/10 magique. 5 ans après, la magie opère toujours et le Peter Pan d’Apt a toujours le talent de faire rêver tout les amoureux du handball. Cette première mi-temps était pourtant plus qu’équilibrée ! Si Nikola Karabatic faisait parler sa puissance, si Cédric Sorhaindo jouait à qui serait le plus costaud avec le duo Vori – Gojun et gagnait souvent, les Croates par Manuel Strelk, Marko Kopljar et compagnie étaient bien les yeux dans les yeux à la pause, une mauvaise gestion de la dernière minute de jeu leur coutait un -1 pas forcément trop grave.

Mais malheureusement pour eux, restait une équation à résoudre dans le jeu bleu, et celle là elle est à 16 inconnues ! Un Thierry Omeyer entré au bout de 20 bonnes minutes de jeu et qui avait pris la fin de première période pour sentir le match. Le retour des vestiaires allait être ravageur pour la Croatie. Impérial de loin, souverain en face à face, impressionnant à l’aile, Thierry Omeyer rappelait à tous les joueurs adverses qu’il avait été leur plus gros cauchemar et qu’il entendait bien le rester ! Le clou du spectacle était le jet de 7 mètres sorti à Ivan Cupic qui jetait l’éponge pour de bon et laissait sa place à Zlatko Horvat. Un Guigou c’est déjà pas drôle, si on y rajoute un Omeyer cela fait un duo que le gaucher croate ne pouvait digérer … D’un coup de baguette, al France retrouvait sa défense qui lui avait permis de régner sur monde du Handball, la Croatie n’avait plus que la solution de faire pareil et elle ne s’en privait pas. Mais voilà, pour monter en régime, les joueurs à damiers étaient obligés d’envoyer un peu plus et avec les nouvelles directives arbitrales, les deux minutes pleuvaient et les Bleus arrivaient peu à peu à se détacher profitant des occasions de jeu rapide avec le plus souvent à la baguette un Michael Guigou pas loin de refaire le coup du coast to coast de Cologne face à ces même Croates, sauf que cette fois cela finissait sur une passe décisive sur Nikola Karabatic.

Naviguant tranquillement entre +3 et 4, les Bleus oubliaient un peu que ce qui les avait mis dans cette position était le jeu en mouvement. Arrêter était purement suicidaire pour le jeu, face aux montagnes croates que sont les Musa, Gojun, Vori, Buntic, Kolpjar, pas simple de vouloir jouer à l’arrêt, on se fait rapidement prendre balle en main, et ça pique sévère, Valentin Porte peut en témoigner, sa rencontre avec Zeljko Musa lui a fait voir que les étoiles n’étaient pas que sur le maillot français ! Résultat une fin de match où même si on ne sentait pas d’affolement, on voyait quand même une Croatie qui se lançait dans un va-tout pas simple à contrer. Un rebond opportun sur son propre tir de Nikola Karabatic et Mirko Allilovic s’inclinait pour la 27° fois et on pouvait souffler et eux aussi.

Reste maintenant à plier définitivement l’affaire mardi face à la Biélorussie pour éviter de se faire peur le dernier jour face à une Suède pas si évidente que cela à jouer.

A Aarhus, NGRi Arena
Le dimanche 19 janvier 2014 à 15h45
France - Croatie : 27 - 25 (Mi-temps : 18-17)

3 400 spectateurs
Arbitres :
MM GJEDING Martin  et HANSEN Mads (Danemark)

Evolution du score : 4-3 5°, 6-8 10°, 7-9 15°, 10-13 20°, 14-16 25°, 18-17 MT - 20-18 35°, 22-19 40°, 23-20 45°, 24-20 50°, 25-22 55°, 27-25 60° FT.

Les réactions

Claude Onesta, sélectionneur de l'équipe de France:
"On rate notre début de match notamment sur le rythme. Ils vont plus vite que nous et nous dépassent à ce niveau. L'intérêt, c'était de ne pas s'affoler dans ce moment où on était quand même ballotés. Sur le plan défensif, la défense individuelle en première mi-temps a commencé à enrayer un peu la machine croate. Quand on est arrivés à la mi-temps, on savait que si on parvenait à faire un pas de plus et à commencer à gagner les duels et à les mettre sous pression, on allait véritablement les empêcher de jouer. C'est ce qui est arrivé. Progressivement, notre défense a pris le dessus, notamment sur le plan athlétique. On les a étouffés pratiquement pendant trente minutes. Cela nous a permis de faire un écart conséquent. Mais je crois que nous aussi on a manqué un peu d'oxygène et de carburant sur la dernière partie du match pour véritablement le terminer. Quand on a vu que l'on n'arrivait pas le terminer en les faisant exploser, on a essayé ensuite de gérer notre avance en restant le plus lucide possible. Mais cela reste franchement une très belle victoire."  

Luc Abalo, ailier droit des Bleus: "On a passé le test depuis le match contre la Pologne. Ils avaient bien joué aussi, c'était le même match qu'aujourd'hui. Aujourd'hui, c'était plus pour se rassurer, pour ne pas baisser d'intensité et le niveau de jeu. Depuis le début de la compétition, on joue de la même façon, il faut continuer comme ça parce que c'est comme ça que cela va se faire si on veut aller jusqu'au bout." 

Dernière Journée | Journée 4
Equipe Receveuse Equipe Visiteuse Score Date Stats
Pologne Biélorussie 31 30 19/01 >>
Russie Suède 27 29 19/01 >>
France Croatie 27 25 19/01 >>
Prochaine Journée | Journée 5
Equipe Receveuse Equipe Visiteuse Score Date Stats
Russie Croatie   21/01  
France Biélorussie   21/01  
Pologne Suède   21/01  
Pl Equipe Pts MJ Vic Def Nul But + But - Sér GAP
1 France 6 3 3 0 0 90 80 3  
2 Croatie 4 3 2 1 0 83 73 -1 1
3 Suède 4 3 2 1 0 83 74 1 -1
- Pologne 4 3 2 1 0 82 80 2  
5 Russie 0 3 0 3 0 77 88 -3  
- Biélorussie 0 3 0 3 0 74 94 -3  
© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités