mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LNH avancée: Dunkerque persévère, Paris perd des plumes
LNH avancée: Dunkerque persévère, Paris perd des plumes
13 Février 2014 | France > LNH

Dunkerque est (aux points) l’unique leader du championnat de 1ère division masculine. Les Nordistes ont fait le boulot en battant Ivry sur le fil (22-23) et ont bénéficié d’un petit coup de pouce de Sélestat qui a arraché le match nul (32-32) face à Paris. De son côté, Montpellier est venu à bout de Dijon.

Ce n’est pas la fin du monde et le championnat est loin d’être plié ! Mais dans le mano a mano qui oppose en tête de la 1ère division masculine, Dunkerque au PSG, personne n’envisageait qu’une des deux équipes lâche du terrain si tôt. Pourtant tout était concevable face à des formations qui se battent pour assurer le maintien avant le début du printemps comme Sélestat ou pour décoller de la dernière place du classement comme Ivry.

Et l’Alsace a été fatale aux Parisiens qui s'étaient déplacés sans Abalo, Honrubia et Narcisse laissés au repos. Ou plutôt le bras gauche de Quentin Eymann à la dernière seconde du match, a été le coup de grâce pour les hommes de Philippe Gardent. Alors que les supporters de Sélestat s’apprêtaient à quitter leur salle fétiche sur une nouvelle défaite du SAHB, le longiligne arrière a sauté plus haut que tout le monde et a crucifié José Manuel Sierra. Le PSG qui aurait pu "tuer" le match à plusieurs reprises avec notamment un Marko Kopljar intenable (9 buts) et qui menait de deux unités à moins de deux minutes du terme (30-32), n'abandonne pas qu'un point en route. Les champions de France font vraiment les frais de la soirée puisque dans un même temps, Dunkerque s’est imposé à Ivry. D’une longueur, dans la difficulté, dans une rencontre où les défenses ont pris le pas sur les attaques.

A Delaune, Ivry a encore été victime du money-time. Rien n’était écrit à l’avance mais les Franciliens vont finir par croire qu’un chat noir les accompagne depuis le début de la saison. Combien de matches ont-ils laissé filer dans les cinq dernières minutes ? Certainement, un peu trop à leur goût ! C’est pourtant à l’usure que les Val-de-Marnais ont réussi après 26 minutes de course-poursuite, à entretenir l’illusion. L'illusion qu’ils pouvaient enfin rivaliser avec les meilleurs. Ils avaient été capables de le faire quelques jours plus tôt face au PSG mais cela n’avait pas basculé dans le bon sens, cette fois, la tendance paraissait s’inverser, les Dunkerquois montrant quelques signes inquiétants de faiblesse notamment en défense. C’est en faisant douter le leader du championnat, que les hommes de Pascal Léandri vont s’approprier la maîtrise des opérations et compter jusqu’à quatre unités d’avance au tableau d’affichage (17-13 à la 43ème). Sur son banc, Patrick Cazal était bougon d’autant que le temps mort posé moins de trois minutes plus tôt, n’avait pas été suivi d’effets. Les Ivryens vont pourtant fléchir et ne pas anticiper le retour de flamme. Un cinglant 2-7 va faire très mal dans les cuisses et les mollets mais aussi dans la tête.  Dunkerque avait tout simplement accéléré quand il le fallait et mis plus de percussion à l’approche des 6 mètres. Les dix dernières minutes seront très tendues, les maladresses balle en main succédant aux arrêts de gardiens. A 1’30 du terme, Benjamin Afgour va donner l’avantage aux siens, sans savoir que la marque ne bougerait plus. Au buzzer, les Nordistes pouvaient mutuellement se féliciter et savourer cette énième victoire au forceps. En apprenant qu’à plus de 500 km de là, Sélestat leur avait donné un coup de pouce, ils ne pouvaient que se féliciter d'une soirée tout bénef'. 



Quatre questions à Bastien Lamon, demi-centre de l'USDK (notre photo)

Sincèrement, ce soir, Dunkerque revient de loin...
On débute plutôt bien puis on se met en difficulté tout seul. Ce qui est positif, c'est que même en n'étant pas bon, on est parvenu à aller chercher la victoire. On s'attendait à un match difficile car Ivry joue sa peau.

La bonne affaire aussi, c'est le match nul de Paris...
C'est la magie du sport ! les montagnes russes de sensations. C'est très bien que nos amis alsaciens nous aient aidés au classement.

Dégagé de la Ligue des Champions, le championnat est l'objectif n°1...
On est peut-être capable d'aller chercher le titre de champion de France. Il faut rester sur la bonne dynamique qui nous a accompagnés durant toute la 1ère partie de saison et surtout ne pas s'enflammer. Des soirées comme celles-là nous font du bien au moral. Et les deux matches à jouer en Ligue des Champions, il faut les aborder sérieusement même si il n'y a aucun enjeu.

Vous participez à votre façon au carnaval dunkerquois...
(rires) On peut dire ça comme ça. C'est un peu frustrant car on voit les gens autour de nous qui s'amusent. On sait très bien qu'on n'y a pas droit pour l'instant, mais bon, le sacrifice est logique, on remet la fête à plus tard.

Quant à Ivry, les commentaires d'après-match deviennent redondants. L'équipe s'est bien battue, a montré de belles séquences, une envie d'élever son jeu mais au final, le bilan comptable est négatif. "Ce scénario dure depuis trop longtemps, se lamentait le gardien de buts Rémy Gervelas. On voudrait que cela bascule dans le bon sens mais cela ne vient toujours pas. Pourtant on y croit encore. Dans ce type de match où on est présent en attaque et en défense, on laisse du jus en cours de route. C'est sans doute dans ces moments-là qu'il faudrait mieux gérer, pour mieux terminer." D'ici la fin du championnat, tous les matches seront âprement disputés. Entre les équipes qui jouent la tête mais aussi celles qui visent le maintien. "Il nous reste onze matches, on doit prendre des points très rapidement, on va retrouver des adversaires plus à notre portée, on va rien lâcher et on restera en 1ère division." 

U.S IVRY - DUNKERQUE     22-23  (mi-temps: 12-10)

Statistiques du match

Date et Heure :
Le 12/02/2014 à 20:00:00
Lieu :
Gymnase Auguste Delaune
16 rue Robespierre
IVRY SUR SEINE

*****************************

SELESTATPARIS ST GERMAIN HANDBALL   32-32  (mi-temps: 14-18)

Statistiques du match

Date et Heure :
Le 12/02/2014 à 20:00:00
Lieu :
Centre Sportif Intercommunal 'Eugène Griesmar'
Quai Albrecht
SELESTAT


Dans le 3ème match de la soirée, Montpellier dans son antre de Bougnol, s'est imposé face à Dijon, 27-22. Si les deux gardiens (Omeyer pour Montpellier et Stojinovic pour Dijon) ont pu se mettre en évidence (15 arrêts chacun), les Héraultais ont fait la différence grâce à la solidité de leur défense et à la réussite de Diego Simonet (8 buts). Le stratège argentin est actuellement le poumon principal d'un MAHB qui traverse encore une fois une tempête et qui fait front. Les Bourguignons qui à l'image de Tremblay ou Ivry, luttent pour ne pas descendre à l'étage inférieur,  ont malgré tout opposé une belle résistance. Montpellier n'a jamais donné des signes de faiblesse et a contrôlé de bout en bout cette rencontre.  

MONTPELLIERDIJON       27-22   (mi-temps: 14-10)

Statistiques du match

Date et Heure :
Le 12/02/2014 à 20:30:00
Lieu :
Gymnase Rene Bougnol
Avenue du Val de Montferrand
MONTPELLIER

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités