mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
EDF fém : Landre vient faire un tour
EDF fém : Landre vient faire un tour
18 Mars 2014 | International > Euro
Seule novice au sein du groupe France, Laurisa Landre va découvrir, à 28 ans, les joies du maillot bleu. La Havraise, désignée meilleure pivot du Championnat l’an dernier, voit sa persévérance payer. Et elle a hâte.

Ce doit être ça, la fièvre du samedi soir. En quelques heures, Laurisa Landre a d’abord vécu un énorme soulagement, celui de la victoire (28-24 à Toulon), avant d’apprendre quelques heures plus tard, de la bouche du sélectionneur, présent dans les tribunes, qu’elle serait sans doute appelée pour le prochain rassemblement des Bleues. Mais comme elle « ne croit que ce [qu’elle] voit », la pivot du Havre a patienté jusqu’à lundi matin et la communication officielle de la liste pour exploser. Et encore. « J’attends vraiment d’y être », confie-t-elle. Alors ce n’est que dimanche prochain, lors du rassemblement des joueuses, qu’elle se sentira enfin en équipe de France, à 28 ans.

Quand elle rejoint Le Havre en 2012 en provenance de Fleury, Laurisa Landre espère franchir un cap et faire son entrée dans la maison bleue. Pari en parti réussi, puisque la pivot est désignée meilleure de la division à son poste par ses pairs, devant Julie Goiorani et Sabrina Ciavatti. Pas de quoi bouleverser l’ordre établi en équipe de France par Olivier Krumbholz. Ce n’est que partie remise. Dès son arrivée début 2013, le nouveau sélectionneur Alain Portes (et son adjoint Philippe Carrara) garde un œil attentif sur celle qui a déjà fait des stages en A’. Et lui offre sa chance pour les deux matches de qualification face à l’Islande.


Alors depuis ce week-end, Laurisa Landre a du mal à masquer son large sourire, heureuse de pouvoir rêver en bleu dans un climat plus apaisé. Restant sur une série de sept défaites en Championnat, Le Havre a enfin retrouvé les joies du succès, en déplacement à Toulon, porté notamment par sa pivot (5/6 aux tirs en 58 minutes de jeu). « Ca fait vraiment du bien, on a savouré dans le vestiaire, on se sentait relâchées », raconte cette inusable combattante, aussi solide au milieu de la défense adverse qu’en poste 2 quand il s’agit de défendre le moindre centimètre carré de terrain. « Avec la semaine qu’on venait de vivre… On ne comprenait pas nos défaites et on n’a rien vu venir. » Comprendre : annoncée en interne la veille de sa communication officielle, la non-prolongation d’Aurélien Duraffourg, apprécié des joueuses, est arrivée comme un coup de bambou. « Les deux jours qui ont suivi ont été un peu durs, avoue Laurisa Landre. Cela fait deux ans qu’on travaille avec lui, on commence à se connaître. Mais il est resté très professionnel, il a bien dit qu’il restait le boss jusqu’à la fin de saison et qu’il voulait gagner quelque-chose. »

« Pas du tout satisfaite » d’elle dans cette période difficile malgré des prestations irréprochables, « car quand on fait partie des cadres et que l’équipe perd, on ne peut pas être satisfaite », la Normande continue à serrer les dents malgré une contracture au mollet qu’elle traîne depuis quelques semaines. « Mais je n’ai pas été blessée pendant un an et demi alors ce n’est pas maintenant que je suis sélectionnée que ça va m’empêcher de jouer », sourit-elle. Renoncer, ce n’est vraiment pas son genre.

© Pierre Menjot
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités