mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LNH: Et Butto n'a pas tremblé... Dunkerque champion ?
LNH: Et Butto n'a pas tremblé... Dunkerque champion ?
18 Avril 2014 | France > LNH

Dunkerque a fait un (nouveau) grand pas vers le titre de champion de France. Après Paris, c'est au tour de Montpellier de subir une leçon de réalisme de la part des Nordistes. Cette 22ème journée était également capitale pour la queue de classement. En se noyant à Nantes, Ivry sans Jérémy Darras fait une bien mauvaise opération pendant que Tremblay soigne son maintien et pousse Dijon un peu plus vers la Pro D2.

Il reste 15 secondes à jouer, Baptiste Butto vient de mystifier son ancien coéquipier Arnaud Siffert pour l'égalisation dunkerquoise (25-25). Sur l'attaque placée, Montpellier à 7 joueurs de champ (Vid Kavticnik a revêtu la chasuble) a les cartes en main pour enflammer Bougnol. Mais l'infortuné Wissem Hmam perd le ballon, Butto toujours lui est là pour le récupérer et à distance, tente sa chance dans le but vide. Diego Simonet récupère le ballon en zone, les arbitres n'hésitent pas et indiquent les 7 mètres. L'ailier gauche dunkerquois s'avance et gagne son face-à-face (cette fois) avec Thierry Omeyer. Ses coéquipiers peuvent exulter, l'USDK vient de réaliser un nouvel exploit. Après Paris, la bande à Patrick Cazal avale Montpellier et consolide sa position en tête du championnat de France de D1 masculine. A quatre journées de la fin, avec cinq points sur Paris (qui ne disputera son match à Aix que le 30 avril) et Montpellier, mais surtout avec une différence de buts particulière positive sur ses deux adversaires directs, on ne voit pas comment le titre pourrait lui échapper.

Pourtant Montpellier avait attaqué la confrontation par le bon bout prenant conséquemment l'avantage (13-8) après 21 minutes de jeu grâce à une attaque très mobile, un Dragan Gajic intenable et surtout une défense dans laquelle le Slovène Matej Gaber montrait toute son autorité. Pendant ce temps, Dunkerque était à la peine, la tâche devenant de plus en plus compliquée, les occasions de marquer étant mises en échec par le bloc adverse. A la pause, tout allait bien pour le MAHB (17-13).

Au retour des vestiaires, Bougnol était toujours aussi bouillant, Grébille et Simonet répondaient à une flèche de Kornel Nagy et le tableau d'affichage restait en faveur des locaux (19-14). Dunkerque va alors payer au prix fort son impétuosité. Mickael Grocaut allait être injustement sanctionné par Stevann Pichon et écoper de sa 3ème suspension. Le massif central de la défense nordiste devait quitter ses partenaires alors qu'il restait encore 25 minutes au chrono ! Loin de se démoraliser, ce qui aurait pu se transformer en véritable tuile va avoir un effet... fédérateur. En dix minutes, Dunkerque avec un phénoménal Pierre Soudry (3 buts dans la séquence) va passer un magistral 6-1 pour revenir à une longueur de Montpellier (22-21).



Rien n'était scellé mais à l'image d'un Bougnol qui s'était tout d'un coup éteint, on sentait une équipe héraultaise dans le dur, au point de laisser son rival égaliser et quelques minutes plus tard, prendre l'avantage (23-24 à la 54ème). Complètement exténués, les Nordistes pour qui les rotations avaient été moins nombreuses cherchaient de l'oxygène mais personne ne craquait, d'autant que Vincent Gérard (17 arrêts sur l'ensemble du match) prenait la main au bon moment. Le money-time était pesant, la crise de nerfs guettant n'importe quel des protagonistes. Dans cette dernière minute fatidique, la pièce va pourtant retomber côté dunkerquois avec le final que l'on connait (25-26). « Je pense qu’on a perdu contre une grande équipe qui ne l'oublions pas, a gagné contre Nantes, Paris et Montpellier, constatait Patrice Canayer. Je suis déçu du résultat mais je n’ai rien à reprocher à mes joueurs. Dans le money time, on manque de lucidité et de justesse. On n’a pas joué totalement à notre niveau et c’est dommage.» C'est pour Montpellier, la 2ème défaite à domicile de la saison (après celle face à Cesson en octobre dernier) et pour Dunkerque, une victoire qui sent bon le titre. « On va arrêter d'avancer masqué, reconnaissait Patrick Cazal au micro de Canal+. Maintenant on a envie d'aller jusqu'au bout mais la route est encore longue. Ce soir, je veux féliciter mon groupe, le mental qu'il a eu, le courage, aussi. On a raté notre 1ère mi-temps en étant trop latéral et en ne touchant personne,  Montpellier a mis le volume et l'agressivité auxquels on s'attendait mais a baissé de ton par la suite. On a retrouvé notre défense et dès qu'on les a empêchés de jouer, ils ont été en difficulté.»  L'entraîneur dunkerquois s'est juré de maintenir la pression sur ses troupes jusqu'au 22 mai prochain, date de clôture du championnat. Ce n'est que ce soir-là que Jean-Pierre Vandaele, son président, sortira les bouteilles.

MONTPELLIER AHB - DUNKERQUE       25-26  (mi-temps: 17-13)
Statistiques du match

Arbitres
PICHON Stevann
REVERET Laurent
Date et Heure :
Le 17/04/2014 à 20:45:00
Lieu :
Gymnase Rene Bougnol
Avenue du Val de Montferrand  -  MONTPELLIER

               Nantes et Tremblay, bourreaux respectifs d'Ivry et de Dijon



Dans le match des extrêmes, la logique a été respectée. Entre une équipe de Nantes qui peut encore espérer par divers moyens (dont un bon classement en championnat) décrocher l'Europe et Ivry qui n'a d'autre idée en tête que le maintien, le contraste était saisissant. Le "H" va faire le break au quart d'heure et ne va jamais être rejoint, l'écart prenant parfois des allures de correction (en 1ère période: 17-10 à la 28ème, dans le 2ème acte: 29-20 à la 51ème). Face à un trio espagnol (Rivera-Entrerrios-Maqueda) de gala et un Skof aux 20 arrêts, les Franciliens n'ont rien pu faire. Ils se compliquent grandement la tâche puisque dans un même temps (voir plus bas) Tremblay s'est imposé à Dijon. Avec désormais 4 points de retard sur le 1er non relégable (Sélestat), les affaires val-de-marnaises sentent le roussi.

Jérémy Darras écarté ? Le meilleur réalisateur de l'US Ivry (67 buts) n'a pas fait le déplacement en Loire-Atlantique. Le joueur nous confirmant qu'il n'était pas blessé, il était légitime que nous nous intéressions à son cas. On sait que l'annonce de sa signature à Tremblay la même semaine que le match opposant les deux voisins franciliens a été fort mal digérée. Quelques jours auparavant, il aurait répondu favorablement à une offre d'Ivry pour la prolongation de son contrat. La non sélection de l'ailier droit est-elle donc une sanction ? Sa loyauté est-elle mise en cause ?  Maintenant que Tremblay est bien parti pour garder sa place parmi l'élite, peut-être le reverra-t-on dans l'effectif val-de-marnais d'ici le 22 mai ? Dans le cas contraire, on pourrait continuer à se poser les mêmes questions.

HBC NANTES - US IVRY HANDBALL    32-25  (mi-temps: 17-12)
Statistiques du match

Date et Heure :
Le 17/04/2014 à 20:30:00
Lieu :
BEAULIEU
RUE ANDRE TARDIEU  -  NANTES



"Cette défaite contre Tremblay condamne notre équipe à la Pro D2".
Il y a cru jusqu'au bout Thierry Desserey ! Le président du Dijon Bourgogne HB sait que la fin de saison va être pénible à vivre. Les Bourguignons avaient déjà quelques orteils dans le précipice, la chute risque d'être terrible. Et pourtant, il y avait encore une lamelle d'espoir mais Tremblay avec un étincelant Arnaud Bingo (10/11) s'est montré impitoyable. Dijon a résisté une mi-temps avant de s'étaler de tout son long dans le second acte, même si vers la fin, il y a eu comme un sursaut d'orgueil avec une égalité à 3 minutes du buzzer (26-26). Mais l'incontournable Bingo et Audrey Tuzolana par deux fois, ont tué tout suspense.

DIJON BOURGOGNE  - TREMBLAY      26-29  (mi-temps: 12-13)
Statistiques du match

Date et Heure :
Le 17/04/2014 à 20:30:00
Lieu :
Jean-Michel Geoffroy
17, rue Léon Mauris  -  DIJON



Mais que fait donc Sélestat ? La cigogne n'a toujours pas été inspirée en 2014 et aucune victoire n'est venue agrémenter le parcours en championnat (le dernier succès en LNH remonte au 15 décembre dernier !) Ce jeudi soir, Saint Raphaël a démarré tel un bon diesel et a maintenu un rythme de croisière pendant toute la 2ème période. Au final, un nouveau succès pour les hommes de Christian Gaudin et des nouveaux soucis pour son collègue Jean Luc Legall. Les Alsaciens qui sont distancés par Tremblay, devraient tout de même s'en sortir. Mais là aussi, que la fin de saison va être languissante !

SELESTAT ALSACE  - SAINT RAPHAEL      26-30  (mi-temps: 15-17)
Statistiques du match

Date et Heure :
Le 17/04/2014 à 20:00:00
Lieu :
Centre Sportif Intercommunal 'Eugène Griesmar'
Quai Albrecht  -  SELESTAT

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités