mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Katty Piejos s’éclate en Russie
Katty Piejos s’éclate en Russie
21 Avril 2014 | France > LFH

A 32 ans, Katty Piejos voulait s’offrir un dernier challenge en signant à Fleury, après neuf années passées à Metz. Depuis janvier, la Martiniquaise a pourtant pris un tout autre virage en rejoignant Volgograd, en Russie, avec qui elle dispute les demi-finales du Championnat cette semaine. Toujours aussi pétillante, « Katt » l’assure : elle s’éclate !

Le froid, la neige, la pluie et les kilomètres n’ont en rien altéré sa bonne humeur. « Et pourtant, quand je suis arrivée, il faisait -30, c’est vraiment trop froid ! », sourit aujourd’hui Katty Piejos. Voilà trois bons mois que la vice-championne du monde 2009 a rejoint, à la surprise générale, la Russie et Volgograd, alors leader du Championnat, quand elle semblait se diriger vers un dernier challenge à Fleury après neuf saisons à Metz. En concurrence avec Marta Lopez et Maakan Tounkara, « Katt » jouait peu alors que, dans le même temps, le champion de Russie en titre cherchait une joueuse à son poste. Alors tout s’est réglé rapidement.

Difficile, pour une première expérience à l’étranger, de faire plus dépaysant que Volgograd, plus connu sous le nom de Stalingrad que la cité porta jusqu’aux années 1960. « Mais c’est vraiment une expérience fabuleuse, comme je voulais en vivre depuis longtemps, s’émerveille celle qui habite… au 20e étage d’un immeuble. J’avais déjà eu des opportunités à l’étranger sans les avoir tentées et là, je suis vraiment heureuse. » Balayée, donc, l’image des Russes aussi froides que leur climat. « J’avais l‘habitude de les croiser en équipe nationale, elles aussi me connaissaient. J’ai été très bien accueillie, toutes m’ont mis à l’aise, on a échangé. Quand j’apprends un mot en russe, je l’écris pour le retenir. Et je communique en anglais le plus souvent. »

Et en français, aussi. Car la septuple championne de France a retrouvé à Volgograd une ancienne pensionnaire de LFH, Mayssa Pessoa. Et la Brésilienne, passée par Mérignac, Arvor et Issy-Paris, est devenu le guide idéal. « Elle est très présente, se réjouit Katty Piejos. On est tout le temps toutes les deux, on va au restaurant ou se balader ensemble. Ca fait vraiment du bien de l’avoir. » Toujours accompagnée de son chien, Torky, qui la suit depuis son aventure au Havre, l’Antillaise vit toujours dans un cadre parfaite et n’a même pas le mal du pays.

Sur le terrain aussi, l’adaptation de la gauchère a été impeccable. Son coach n’a pas hésité à la titulariser dès son premier match, face à la solide équipe de Rostov, contre qui Katty s’est fendue d’un beau 5/7 aux tirs. Avant d’enchaîner en moins d’une semaine deux autres rencontres. « Ici, on alterne entre de longues trêves et des matches très rapprochés. » Alors, entre les entraînements à 30 « avec les filles de centre de formation et du pôle », Katty n’hésite pas à visiter une ville où la sécurité est rapprochée après les attentats terroristes qui ont fait plus de 30 morts et 80 blessés, mais qui compte un petit joyau dans ses murs : la statue de la Mère-Patrie, 52 mètres de haut (plus que la statue de la Liberté). De quoi s’accorder un peu de repos alors que « dans le jeu, ça court tout le temps. Les filles sont puissantes et il faut vraiment être solide, ça envoie ! Moi je joue une heure à chaque match, je tire les penaltys. Il faut être costaud ! »

Au sein d’une équipe « plutôt jeune », l’internationale aux presque 100 sélections joue le rôle de cadre. « Il suffit de gestes, d’attitudes pour communiquer, reprend-elle. Et les filles se sont vite adaptées. Quand j’ai fait ma passe aveugle au pivot pour la première fois, elles ont été surprises mais maintenant, elles s’y attendent toujours (sourire). » En demi-finale, face à Zvenigorod, celle qui arrive en fin de contrat pourra encore se régaler. A côté de ses multiples trophées, elle ferait bien un peu de place pour un titre de Russie.

Le programme des demi-finales
A partir de mardi
Dinamo Volgograd – Zvezda Zvenigorod
Rostov Don – Lada Togliatti

La première équipe à 3 victoires est qualifiée pour la finale. Les deux premières rencontres ont lieu chez le premier nommé, puis les matches 3 et 4 (si besoin) chez le second, avant un éventuel match d’appui chez le premier.

© Pierre Menjot
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités