mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LDC : Deux nouveaux et deux tauliers à Cologne
LDC : Deux nouveaux et deux tauliers à Cologne
28 Avril 2014 | Europe > Champion's League
Le tableau sera de haut niveau les 31 et 1er juin 2014 à Cologne. Mais que la lutte fut rude pour quatre équipes qui se seront au final, départagées que par la règle des buts inscrits à l’extérieur. Flensburg et Veszprém vont pouvoir voir enfin Cologne quand Kiel et Barcelone, les « vieux routiers » jamais rassasiés, feront tout pour ajouter une ligne de plus à leur palmarès.


PSG, trop intermittent.

(Cf. article HandZone)
Paris est décidément trop court cette saison, sur le plan collectif et mental, pour espérer atteindre le final four. C’est sans doute trop tôt pour écrire l’histoire d’un club jeune à ce niveau alors que des « grosses écuries » type Veszprém ou Flensburg ont du attendre des années. Et ce, même si les noms alignés sur les feuilles de match et le budget annoncé aurait pu faire penser à une réussite plus rapide. Le temps fera son affaire, à condition, sans doute que l’équilibre d’un groupe soit préservé avec des envies collectives de vivre une aventure et de réussir des objectifs. La première période fut de bonne facture avec des joueurs combattants et Veszprém, ne semblait pas imbattable. Mais, soutenu par leur public, les hongrois ont accéléré en seconde et les parisiens n’ont pas tenu le rythme, buttant sur une défense agressive. Et comme leur propre défense était en souffrance, la sanction ne s’est pas attendre, avec des garçons, comme Momir Illic ou Laslo Nagy, comme bourreaux et Veszprém se qualifie justement pour son final four tant attendu !

Veszprém (Hongrie) - PSG (France) 31- 26
Aller (28-26)


Kiel à sa main.

Pour la quatrième fois en cinq tentatives, THW Kiel sera de la partie à Cologne au VELUX EHF FINAL4. Une habitude pour le triple vainqueur de la formule. Certes, Darko Stanic et Renato Vugrinec ont bien tenté de mettre des bâtons dans les jambes des allemands, mais très vite la défense des locaux s’est adaptée, comme à l’aller et le gardien Johan Sjostrand, déjà décisif au premier match a fait ce qu’il fallait pour la rencontre se déroule vite à sens unique. Les contres attaques de Dominik Klein (6 sur huit buts) donnent vite un avantage à 11- 6, ce qui ajouté à l’écart de l’aller permet à Alfred Gislason de faire, très vite tourner son effectif. A l’heure des citrons, la messe était dite et les 10000 spectateurs de la Sparkassenarena, toujours aussi motivés rêvaient à d’autres luttes plus enlevées. Christian Zeitz et Gudjon Valur Sigurdsson ont pu profiter de leur dernier match à domicile sous le maillot de Kiel, avant d’espérer lever le trophée du Final Four. L’un l’a déjà fait trois fois et l’autre jamais. Le carton rouge reçu par Renato Vugrinec, l’arme de Skopje en début de seconde mi temps, a mis un point final aux espoirs des macédoniens, encore trop tendres pour ces joutes finales. Filip Jicha, Dominik Klein et le coach Gislasson pouvaient alors tous se réjouir à la fin de la rencontre, de rejoindre le quarté final.

Réactions :
Filip Jicha (Capitaine de Kiel) : « Cologne est quelque chose de très spécial, le plus bel événement de handball et chaque joueur de handball veut en faire partie. Je suis donc heureux d'y retourner.»

Lino Cervar (Coach Metalurg) : « J'adresse tous mes vœux à Kiel et qu'ils gagnent le trophée à nouveau et je suis fier de mon équipe, présente parmi les huit meilleures pour la deuxième fois. Kiel méritait clairement d’aller à Cologne, car nous avons commis trop d'erreurs dans la première manche. Nous avons eu des gros problèmes avec la défense du THW. »

THW Kiel (Allemagne) - Metalurg Skopje (Macédoine) : 34- 26 (19- 11)
Aller (31-21)


Barcelone l’a fait !

Ce sont les dix dernières minutes qui ont fait la différence pour le FC Barcelone, qui se qualifie donc pour le VELUX EHF FINAL 4 sur la règle des buts à l'extérieur, en battant Rhein-Neckar Löwen 31: 24. Löwen avait remporté la première 38:31. Sur l’ensemble des deux rencontres c’est donc le Barca qui passe. (62-62), sur cette règle. Et pourtant, ces équipes la, méritaient bien toutes les deux, de voir Cologne ! Mais on savait Barcelone, assez coutumier de ces retours dans son cher Palau Blaugrana. Veszprém, Kiel ou encore l’Atletico s’en souviennent encore. Rhein Neckar Löwen, débute la rencontre, pas surpris par l’ambiance du Palau Blaugrana, très concentré, sans panique et reste au contact, à huit minutes de la pause (10- 9) sous la houlette de Patrick Groetzski(7). Puis la défense et l’attaque de Barcelone s’améliore et poussés par leur public, les espagnols atteignent la pause avec quatre buts d’avance. Les catalans sous la houlette de Nicolas Karabatic(7) et de Siarhei Rutenka(5) creusent l’écart (22- 16) mais, tenaces, les lions de Rhein Neckar recollent à quatre unités, avec P. Groetzski ou Sergey Gorbok (5) Alors la défense de Barcelone bloque les attaques allemandes, Uwe Gensheimer, la star du match aller, reste bloqué à deux buts et l’écart passe à 30- 21. Avec huit minutes sans inscrire un but, pour les allemands ! Sur la toute fin de match, Rhein Neckar peut encore espérer mais Barcelone, emmené par un Nicolas Karabatic survolté et un Victor Thomas retrouvé, survit et se qualifie pour Cologne !

Réactions :
Victor Tomas (Capitaine de Barcelone) :
"C'était un match décisif merveilleux. Les deux matches ont été très intenses. Vraiment, il n'y a aucune différence entre nous et le Rhein-Neckar. Cette rencontre a déjà sa place dans l'histoire du Palau Blaugrana. La clé du match a été le changement de 6-0, à une défense type : 4-1-1" "

Xavi Pascual (Coach de Barcelone) : "Je tiens à dédier ce jeu à Tito Vilanova (Entraîneur de Barcelone, football, décédé) et à mon parrain. Aujourd'hui nous n'avons pas gagné sur notre suprématie technique ou tactique, mais nous avons dû défendre notre fierté et c’est pour cette raison que nous avons gagné. La clé a été la défense des dix dernières minutes. Si nous devions jouer de nouveau contre Rhein-Neckar dans le FINAL 4, nous pourrions perdre"

Uwe Gensheimer, meilleur buteur du match aller : "Je tiens à féliciter Barcelone pour leur succès. C'était un match très intense. Je suis très déçu. Nous avons fait un très bon départ et nous avons très bien joué jusqu'aux 10 dernières minutes »

Gudmundur Gudmondsson (Coach de Rhein Neckar Löwen) : "Je suis très fier de mon équipe. Hélas nous n’avons obtenu qu’un seul penalty contre quatre à Barcelone. Nous étions très près d'atteindre le FINAL4.IL nous était difficile aussi de faire des contres attaques, car les joueurs du Barca sont souvent au sol après avoir perdu le ballon ».

FC Barcelone - Rhein Neckar Löwen (Allemagne) : 31- 24 (15-11)
Aller (31-38)


Anders Eggert fait passer Flensburg de justesse !

Anders Eggert a marqué le but décisif dans les dernières secondes de ce quart de finale, but qui qualifie le SG Flensburg Handewitt. La règle des buts à l’extérieur déterminent donc encore une fois, les gagnants. Après la défaite de seulement deux buts il y a une semaine, en Allemagne, les champions macédoniens avaient une occasion historique d'être le premier club macédonien à atteindre le Final Four. Les fans (7000 spectateurs) et tout un pays étaient derrière l’équipe de Raul Gonzales.
Le match débute avec des défenses très rudes et des pénaltys transformés par Timur Dibirov pour le Vardar ou Anders Eggert pour Flensburg. Les allemands annihilent la base arrière de Skopje et arrivent à marquer avec Mickael Knudsen (4) et Holger Glandorf (4) pour mener de cinq buts à la pause. C’est Matjaz Brumen (7) l’ailier de Skopje, qui va sonner la révolte après douze minutes, et réduire l’écart sur deux buts consécutifs, puis égaliser. C’est le moment choisi par Alex Dushebaev(4) pour apporter à son tour son écot avec deux buts et donner l’avantage et les cartes à son équipe. Mais Flensburg fort de son expérience, réussi à se regrouper dans les deux dernières minutes pour réduire le score et marquer l’ultime but décisif pour l’égalité parfaite par Anders Eggert (7) ! Malgré la défaite, Flensburg rejoint donc Kiel et les allemands vont remplir avec les supporters de Kiel, la Sparkasse Aréna !

Réactions :
Lujbomir Vranjes (Coach de Flensburg) : « Nous savions que ce serait très compliqué de jouer ici. C'était un match difficile et nous avons commis trop d'erreurs. Il était clair de voir à quel point nous étions fatigués dans la seconde mi-temps. Je dois féliciter mon équipe qui a réussi à revenir dans le match. Surtout avec ce public incroyable ! »

Raul Gonzales (Coach du Vardar) : "Mon équipe a joué un bon match car nous avons réussi à revenir. Les joueurs ont donné beaucoup mais nous avons manqué d’un peu de chance à la fin. Les deux matches ont été spectaculaires, mais celui-ci était encore plus spécial et tout le monde a aimé cela"

Vardar Skopje (Macédoine) - SG Flensburg Handewitt (Allemagne) 27- 25 (10- 15)
(Aller 22- 24)

Quarts de finale aller
Equipe Receveuse Equipe Visiteuse Score Date Stats
Rhein Neckar Löwen Barcelona 38 31 20/04 >>
Flensburg Vardar Skopje 24 22 21/04 >>
Metalurg Skopje Kiel 21 31 19/04 >>
Paris Veszprém 26 28 19/04 >>
Quarts de finale retour
Equipe Receveuse Equipe Visiteuse Score Date Stats
Barcelona Q Rhein Neckar Löwen 31 24 26/04 >>
Vardar Skopje Flensburg Q 27 25 26/04 >>
Kiel Q Metalurg Skopje 34 26 27/04 >>
Veszprém Q Paris 31 26 26/04 >>


PROGRAMME DU FINAL FOUR :
Tirage mardi matin 29 Avril.
31 mai et 1er juin à la Lanxess Aréna.
Samedi Demi finales : 15-15 ET 18H00
Dimanche Finale 3-4 15H15 et Finale 18H00

© Cathy Tachdjian
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités