mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Mendy a repris, Metz veut se reprendre
Mendy a repris, Metz veut se reprendre
16 Mai 2014 | France > LFH
Présentation des demi-finales retour de D1F.
Le premier finaliste de LFH sera révélé vendredi soir, au terme de la demi-finale entre Metz et Le Havre. Les Normandes partent avec un avantage minimal d’un but (27-26 au match aller). Face à elles, des Lorraines renforcées depuis peu par une jeune maman pressée de rattraper le temps perdu. Après une saison intense à Podgorica, la mise au monde d’une petite fille et l'impasse Issy-Paris, Claudine Mendy commence à rédiger le tome 2 de son histoire avec le champion de France en titre.
 
Si la vie du handball était un long fleuve tranquille, Claudine Mendy préparerait activement une demi-finale retour de championnat entre Fleury et Issy-Paris (voir plus bas). Las, des remous administratifs l’ont éloignée du finaliste malheureux de la Challenge Cup, avec qui elle s’était pourtant liée fin 2013. Retoqué par les instances fédérales, pour raisons financières, son contrat a été résilié au mois d'avril, sans avoir pu faire autre chose que du physique et du foncier. L’arrière gauche ou demi-centre de 24 ans a dû se dérouter plus à l’est, vers un port plus hospitalier. Celui du Metz Handball, où elle disputera ce vendredi l’autre affiche du dernier carré, contre Le Havre.


Un accostage deux ans pile après avoir largué les amarres, au bout d’un exercice clair-obscur (aucun titre, mais une accession au tour principal de la Ligue des Champions), destination le grand large continental. A en juger par les bracelets bigarrés « I love Montenegro », par le palmarès (triplé championnat-coupe nationale-Ligue des Balkans en 2013), l’expérience Podgorica valait d’être vécue. Tellement plus agréable que ce congé maternité étiré à son insu, en guise de retour aux affaires françaises. « J’étais impatiente, j’avais besoin de jouer. C’est quand même mon gagne-pain » confesse l’ancienne judokate. La moitié de la LFH, au bas mot, s'était positionnée suite à la mésaventure parisienne. Metz, le plus pressant, a remporté l’enchère, contrat jusqu’en 2016 à l’appui. « C’est le club que je connais le mieux. J’ai gardé de bons contacts avec Thierry Weizman (le président mosellan). Je suis heureuse qu’il m’ait donné l’opportunité de revenir. Je suis aussi très contente de savoir ce que sera mon avenir. Avec tous ces soucis, c’était difficile de l’envisager. »

Huit mois après l'ouverture de la parenthèse, six après son accouchement, le joker médical de Barbora Ranikova a les idées claires. Et peut de nouveau exercer à temps plein. Vendredi dernier, elle a gambadé 23 minutes aux Docks Océane, son domicile havrais entre 2007 et 2010. « C’était difficile, indique la joueuse formée à Mantes-la-Jolie. Je n’avais pas trop de repères. Vu ce qui se passe à l’entraînement, c’est pas étonnant. »


Intégrer, assimiler en fin de saison des normes en vigueur depuis des mois ne se fait pas en un claquement de doigts, quand bien même la plupart des coéquipières étaient déjà là lors du premier passage à Metz (2010-2012). « Mais j’étais quand même contente de faire mon premier match. » Dans un rôle de défenseur exclusif, le plus approprié aux circonstances. « C’est le plus facile pour moi. La défense, c’est juste un état d’esprit, plus de la tactique. Si je suis amenée à jouer en attaque, ce sera pour faire souffler des filles. La priorité n’est pas d’arriver en disant ‘‘Je vais tout faire et faire n’importe comment’’. C’est se focaliser sur quelque chose et être performante sur quelque chose. »

Claudine Mendy s’est tout de même aventurée par à-coups dans la moitié de terrain du HAC. « Elle a marqué un but sur deux tirs, c’est bien, juge Jean Piétrala. Défensivement, elle aurait pu nous apporter beaucoup plus, c’est certain. Elle a été un peu comme toute l’équipe. On n’avait pas nos points de repère en défense. Je ne la jugerai pas sur ce match-là. Je sais très bien que vendredi, ce sera autre chose. »

Cet autre chose, ce seront les retrouvailles officielles de l’internationale centenaire (102 sélections) avec le public des Arènes. Une seconde manche dans laquelle Metz, battu pour la quatrième fois en quatre demi-finales aller (27-26 pour Le Havre), devra gagner afin de rééditer le scénario de la saison dernière (qualification au retour contre Issy-Paris) plutôt que les flops des saisons 2010 et 2012. La parole est de nouveau à l’entraîneur adjoint des Dragonnes. « Le Havre reste sur une dynamique intéressante. Il va falloir prendre le match à notre compte, jouer le jeu rapide qu’on sait faire, être costauds en défense sur De Sousa, Stoiljkovic, et surtout surveiller la pivot (Laurisa Landre, 7/9 à l’aller) qui nous a fait vraiment mal. C’est pour ça que nous étions vraiment désorganisés. » La remise en ordre souhaitée sera confiée, entre autres, à Claudine Mendy.


Dans l'autre demi-finale, Issy-Paris, après un match aller réussi (27-22), tentera de conserver son avantage lors du retour, dimanche, à Orléans, dans un Palais des Sports annoncé chaud bouillant. Finalistes de Coupe d'Europe et de Coupe de France, les Isséennes ont l'occasion de se qualifier pour une troisième finale cette saison. Fleury pourrait, lui, avoir l'occasion de prendre leur revanche sur la saison dernière, lorsqu'elles avaient été battues en finale par Metz.

**********************
METZ HANDBALL - LE HAVRE (match aller : 26-27)
Vendredi 16 mai 2014, 20h45
Arbitres : MM. Gasmi K. et R.
Lieu : Arènes de Metz

**********************
FLEURY LOIRET - ISSY-PARIS (match aller : 22-27)
Dimanche 18 mai, 18h45
Arbitres : MM. Dentz et Reibel
Lieu : Palais des Sports d'Orléans
© Laurent Hoppe
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités