mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
CDF : l'expérience et la réussite sont Grabelloises
CDF : l'expérience et la réussite sont Grabelloises
25 Mai 2014 | France > Coupe de France

Finale de la Coupe de France Départementale Masculine.
Bien aidé par son gardien Boyé, le HBC Grabellois a pris nettement l'ascendant sur les Essonniens de Lisses en seconde période. Un premier trophée de marque pour le petit club de la banlieue de Montpellier.

Réveil matinal à Carpentier entre les blancs de Lisses et les noirs et jaunes du HBC Grabellois : les premières minutes donnent nécessairement lieu à quelques réglages. Dans leurs cages respectives, William Boyé et André Edziwonou attirent les premiers ballons à eux, un face-à-face à distance qui empêche toute évolution rapide du score. Et c'est l'expérimenté Franck Junillon qui est le premier à trouver l'ouverture à la 3ème minute. L'ex-Nîmois et Montpelliérain distille les ballons pour mettre Grabels dans le bon tempo (3-1, 5'). De la taille en défense centrale côté Héraultais et surtout un Boyé en état de grâce (6 arrêts dans le premier quart d'heure de jeu), Lisses peine à trouver la faille... logiquement, Grabels profite du bon travail de son gardien pour creuser un premier écart par Tristan Paloc (5-2, 13').

Sous l'impulsion des frères Moreau (Alexandre et Maxime), Lisses cherche les solutions en attaque placée... Mais la citadelle Grabelloise est pour l'heure imprenable : il faut dire que le n°16 Boyé, dernier rempart du HBCG, ne donne aucun signe de fatigue (8-3, 18'). Les percussions de Tristan Paloc inquiétent l'arrière-garde Lissoise, d'où une stricte placée à la 21ème minute sur l'ancien pensionnaire du centre de formation Montpelliérain. L'effet n'est pas négligeable, l'équipe Essonnienne revient au contact (9-7, 23'). Le 10ème but Grabellois arrive par la suite comme au soulagement... tout comme le retour sur le terrain de Franck Junillon. Mais la fin de première mi-temps est compliquée côté Héraultais... la dynamique a quelque peu changé de camp, Lisses peut compter sur un Edziwonou de gala (12 parades en première période). A la pause, les Grabellois maintiennent leur ascendant au score (11-9, 30').

La partie s'emballe au retour des vestiaires : plus d'engagement, plus de rythme de part et d'autres. Grabels tire le premier dans un second acte qui promet beaucoup (13-9, 35'). William Boyé, dans un style certes peu académique, continue d'aligner les parades. Il faut attendre dix minutes pour voir les Lissois marquer leur premier but en deuxième mi-temps. Mené de six buts à la 40ème minute, Lisses a t'il les moyens de remonter son handicap ? A voir la chevauchée du Grabellois Cédric Gayraud et coup sur coup le 14ème arrêt de Boyé à l'entame du dernier quart d'heure, la mission Lissoise paraît bien compliquée... pour ne pas dire impossible. La double stricte voulue par Sébastien Toupy n'a que peu d'effets sur la réussite aux tirs adverse... et Grabels s'achemine vers un succès sans complications (19-11, 45').

Le dernier quart d'heure ne change rien à la physionomie du match : dominé outrageusement, Lisses fait pourtant preuve de courage dans sa tentative de réduction du score (21-16, 53'). A cinq minutes du terme, la formation Essonienne ne trouve plus la mire... Franck Aldebert récupère la balle et réussit deux buts d'affilée. La messe est dite : 23-16 à la 57ème minute. Sans trembler, l'équipe du duo Massei - Puigsegur remporte la Coupe de France... une superbe récompense pour la petite cité du Languedoc. Sans solution après le repos, Lisses n'a jamais pu contrecarrer la supériorité Héraultaise.

Grabels vu par ceux qui y vivent… ou presque

Michaël Guigou venu supporter l’équipe de son département… «Je suis surtout là, car quand j’arrête ma carrière pro, je signe à Grabels. C’est des gars qui s’éclatent toute l’année sur le terrain et même je pense surtout en dehors, ils se régalent et en plus, ils gagnent un trophée. Me concernant, je suis bientôt en vacances, il y a bientôt le stage avec l’équipe de France en Martinique et puis j’aurai le temps de penser à la prochaine saison. Il va falloir que je sois au taquet car la motivation est toujours là surtout par rapport à ce qui nous attend. »

Laurent "Peggy" Puigségur (co-entraîneur du HBC Grabels) : « Mine de rien c’est ma 8ème victoire en finale de coupe de France (dont 7 au plus haut niveau avec Montpellier). Mais au-delà de ça, c’est une sacrée équipe que celle-ci. Il y a avant tout des amis qui m’ont demandé de venir leur donner un petit coup de main et je ne le regrette pas. Et puis, il y a eu cette aventure en coupe et tout le monde s’est pris au jeu, même à Grabels où un noyau de supporters a suivi. Ils étaient environ 80 ici à Paris. Je n’ose même pas imaginer le retour. Cette coupe, on n’a pas fini de la fêter ! »

Dans cette équipe de Grabels (localité de 6600 âmes dans l’arrondissement de Montpellier), il y a donc des gars de tous horizons, de tous âges, de tous poils et de tous poids (!) mais avant tout, on l’aura compris de solides gaillards qui n’ont pas froid aux yeux sur un terrain, à table et au comptoir. Parmi eux, un jeune retraité de la haute compétition de 35 ans, un certain Franck Junillon (photo ci-dessus), double champion du Monde en 2009 et 2011 et d’Europe en 2011.

Si on t’avait dit, il y a deux ans que tu serais en finale de la Coupe avec Grabels…
C’était plus ou moins prévu. Lorsque j’ai arrêté ma carrière pro, je savais qu’une place m’attendait dans cette équipe de Grabels. Ce sont avant tout des potes, le championnat est départemental et les contraintes n’ont rien à voir avec ce que j’ai connu. Après, arriver jusqu’en finale de la Coupe et la gagner, c’est sûr au départ, c’était impensable.

Grabels, c’est une équipe qui ne se prend pas au sérieux ?
Mine de rien, cela fait deux ans que j’y suis et cela a vachement progressé. Au niveau collectif, ça partait de loin et puis un ou deux éléments sont arrivés mais le plus important, c’est l’état d’esprit, la déconne avant tout. Tous ces gars sont là pour se faire plaisir tout en respectant le jeu et l’adversaire.

Et vous êtes arrivés au bout…
C’était une belle finale quand même. Le HBC Lisses nous a opposé une belle résistance, il y avait du rythme et c’était très intéressant. J’ai eu un temps de jeu conséquent et j’ai même été pris en strict. Ce n’est d’ailleurs pas plus mal car ça m’a permis de récupérer. Car avec un entraînement par semaine, je peux te dire que c’est plus dur en match. Ça permet de transpirer et surtout avoir une bonne excuse pour ensuite boire des canons.


*************************

HANDBALL CLUB GRABELS - HBC LISSES
24 - 18 (Mi-temps : 11-9)
Arbitres / Délégué (D) :

Caroline ROMATET
Morgane ROSSO
Robert DUJARDIN (D)
Date et Heure :
Le 25/05/2013 A 11:00
Lieu :
Halle Georges Carpentier
81 boulevard Masséna
PARIS

Grabels :
Gardiens :
Juveneton (4 arrêts sur 7 tirs), Boye (17 arrêts sur 32 tirs).
Joueurs de champ :
Aldebert (2/3), Auterives (3/12), Delmas, El Ouaraini, Galtier (1/1), Gayraud (3/6), Junillon (4/8), Le Metour (2/4), Paloc (8/14), Teyssier (1/4 dont 1/2 pen.), Zozor (0/1), Huchard.
Entraîneurs : Laurent Puigsegur et Romain Massei.

Lisses :
Gardiens :
Nadou (0 arrêt sur 3 tirs), Edziwonou (21 arrêts sur 42 tirs).
Joueurs de champ :
Bonnefont (1/4), Couffi (2/2), Girard (1/5), J. Lacheny (1/2), X. Lacheny (0/1), Ruffroy, Sahinkaya, A. Moreau (6/12 dont 2/2 pen.), M. Moreau (7/21 dont 1/1 pen.), Verroux (0/2), Revaud (0/2), Reveille.
Entraîneur : Sébastien Toupy.

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités