mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Metz favori, vraiment ?
Metz favori, vraiment ?
28 Mai 2014 | France > LFH

La finale aller de LFH, mercredi soir à Issy, semble pencher clairement du côté des Messines, fortes de leur expérience, face à un Issy-Paris fatigué et égaré lors de ses précédentes finales. Alors bien sûr, les championnes de France en titre seront favorites. Mais tout le monde n’en est pas si certain.

C’est le genre de coups qui peuvent définitivement vous laisser au sol. Des joueuses hagardes, un coach remonté, une Stine Oftedal en larmes... Battu par Fleury, samedi, en finale de la Coupe de France, à l’issue d’une bouillie de match (20-18), Issy-Paris était au plus bas, encore loin de se projeter sur la suite. Mais le Championnat, c’est déjà demain et les Isséennes, également battues en finale de Challenge Cup, ne peuvent pas se permettre de passer à côté de leur troisième finale de la saison. La première fois, elles avaient merveilleusement réagi en prenant Fleury à la gorge (27-22). Vont-elles le faire à nouveau ? Et, surtout, le peuvent-elles ?

« Là, il me semble qu’elles n’ont plus le jus nécessaire », juge Camille Comte, spectateur avisé de la finale ce week-end. « Bien sûr qu’Issy a les moyens, mais je pense qu’à un moment, il va leur manquer quelque chose », poursuit l’entraîneur de Besançon, rejoint par la grande majorité des personnes sondées. « Ça me fait mal au cœur de dire ça parce que je suis très amie avec les filles d’Issy, mais je vote plutôt Metz », chuchote Wendy Lawson, meilleur espoir de la saison. Car cette fois, l’orgueil ne suffira pas, selon les personnes précitées. Bien que remonté, Issy risque de coincer à un moment alors que Stine Oftedal a l’air fatiguée et que les solutions de rechange restent peu nombreuses : Doungou Camara est tout juste de retour et Angélique Spincer a très peu joué samedi.

Reste que la thérapie isséenne pour se remettre la tête à l’endroit a été collective et efficace. Dimanche, les nombreuses joueuses nominées à la nuit du hand étaient toutes rayonnantes, bien loin de leur visage de la veille. « Un sourire de circonstances, mais la blessure est toujours réelle », rappelle Karolina Zalewski. Mais avec quatre trophées remportés (voir notre palmarès), la dynamique collective redémarre à merveille. Et la présentation de Hanna Bredal Oftedal, sœur de Stine, prévue avant le match de mercredi (comme nous vous le révélons ici), n’est qu’un moteur de plus, pour la meilleure joueuse de LFH en particulier.

« Issy va gagner. Pourquoi ? Parce que Stine », sourit d’ailleurs Jordan Camarero, l’ailier de Nantes (LNH), impressionné par le collectif parisien qu’il avait vu dominer le NLA en Championnat. « Issy a un physique, une défense incroyables, elles sont vraiment rugueuses, en souffle encore Pauline Coatanéa, l’ailière nantaise. Si elles jouent comme en demi-finale, je mets une petite pièce sur elles. »

Et puis, soyons honnêtes : si elles évoluaient au niveau de la saison dernière, les Messines seraient archi-favorites. Mais cette saison, agrémentée par quelques blessures et méformes, le club lorrain a déjà perdu 8 fois (3 fois dans l’hexagone, 5 fois en Europe) et, surtout, ne dégage pas l’impression de solidité, de domination d’il y a un an. Et personne n’a loupé la demi-finale face au Havre, durant laquelle les filles de Sandor Rac sont passées très près de l’élimination. « En début de saison, j’aurai dit Metz mais elles ont moins dominé cette saison et pendant les play-offs que les années précédentes, reprend Maida Arslanagic, l’arrière gauche de Nice qui était venue s’imposer aux Arènes en Coupe de France. Ce sera vraiment un match intéressant dans lequel tout est possible. »

L’expérience des Messines pourrait faire encore la différence tandis que, pour mettre à mal le bloc défensif construit autour d’Anne-Sophie Kpozé, Kristina Liscevic et Ana Gros devront se montrer autrement plus efficaces que lors des dernières semaines. Alors, en cas de match accroché, la fraîcheur des championnes de France, qui n’ont joué que deux heures en match officiel depuis le 5 avril (alors que les Parisiennes ont joué 9 matches sur la même période !), fera clairement basculer le match en leur faveur.

Pour avoir failli taper les Messines en demi-finale, Ana De Sousa a son idée, plutôt précise, sur la question. « Avant la finale de Coupe de France, j’aurai clairement dit Issy, commence l’arrière droite du Havre, mais là, j’ai un peu de doutes. Je pense qu’Issy peut être champion de France parce que Metz est prenable même si elles ont montré contre nous que la ‘’culture de la gagne’’, ce n’est pas qu’un mythe et je me demande d’ailleurs toujours comment on a pu craquer comme ça. Je vois bien Issy faire le même match que nous à l’aller (victoire 27-26). Ensuite, elles ont plus d’expérience que nous et si elles s’accrochent… Alors on verra. »

*************

ISSY-PARIS – METZ HANDBALL
Finale aller du Championnat de France
Mercredi 28 mai.
Salle Robert Charpentier d’Issy-les-Moulineaux.
Horaire : 20h45.
Arbitres : MM. Bounouara et Sami.

© Pierre Menjot
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités