mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Les Juniors français ne sont pas en Autriche pour valser
Les Juniors français ne sont pas en Autriche pour valser
23 Juillet 2014 | International > Juniors

Les juniors français disputent dès ce jeudi, le championnat d’Europe de leur catégorie en Autriche. Même s’ils ne partent pas favoris dans cette compétition, ils espèrent au moins améliorer leurs performances antérieures et pourquoi pas, être les trouble-fêtes dans une hiérarchie pré-établie.

Il n’y aura aucun match d’observation et surtout aucune possibilité de rachat en cas de faux-pas.  La 10ème édition du championnat d’Europe juniors sera toute aussi impitoyable que ses devancières. Quatre groupes de quatre équipes, trois confrontations en phase préliminaire, les deux premiers qualifiés pour la suite et les deux autres déjà condamnés à disputer les rencontres de classement à partir de la… 9ème place.  Bref, dans ce contexte, la marge de manœuvre de l’équipe de France n’est pas large d’autant qu’elle ne figure pas parmi les favorites de la compétition.

Chez les Français, l’Euro n’est d’ailleurs pas l’épreuve fétiche de la catégorie "juniors masculins". En sept participations puisqu'elle a raté l’édition 2000 et 2002, la sélection tricolore n’a accroché qu’une seule fois le podium. En 2008 en Roumanie, le bronze avec les Accambray, Soudry, Darras, Di Panda, Paturel et autre Luka Karabatic.  Il y a deux ans en Turquie, le parcours avait tourné en farce cauchemardesque avec une 14ème place sur 16 participants ! Les partenaires d’Hugo Descat se sont rachetés au Mondial suivant en décrochant une belle médaille de bronze.

Toute la problématique est là. Que valent les 94-95 français ? Sont-ils capables de créer l’exploit dans une classe d’âge où leurs performances sont très irrégulières ? 12ème européen, 13ème mondial, l’ensemble est largement perfectible et c’est à cet objectif de faire mieux que lors des deux années écoulées que va s’atteler la bande conduite par le Montpelliérain Alexandre Saïdani (photo de tête).

Pour cela, ils attaquent dès ce jeudi dans le vif du sujet en défiant la Norvège. 5èmes du dernier mondial jeunes, les Nordiques sont à la portée des Tricolores. En fin d’année dernière à Oslo, chacune des équipes avait réussi à s’imposer dans les deux matches amicaux programmés. Plus récemment, les Norvégiens n’ont pas été placés dans des conditions favorables. Handicapés par la perte (sur blessure) d’éléments-clés comme le demi-centre Sander Sagosen, la petite pépite d’Haslum et le gardien de Drammen, Torbjorn Bergerud, ils ont pris de véritables corrections, le week-end dernier à l’Open de Scandinavie face respectivement à l’Allemagne, au Danemark et à la Suède.

Deuxième adversaire proposé, la Macédoine. Issue d’une poule de qualification peu relevée, c’est l’inconnue de ce championnat. Pourtant, dans le sillage du très prometteur arrière gauche du Metalurg-Skopjé Filip Taleski (18 ans),  l’équipe des Balkans n’aura rien à perdre. Et une revanche à prendre face à la France qui l’a déjà battue. Assez largement… de 15 buts ! Mais la semaine dernière, ces mêmes Macédoniens ont pris cher face à la Serbie (21-33).

Le scénario idéal pour les Français serait d’arriver dimanche sur le 3ème match avec deux succès au compteur. Car le client qui les attend est de taille ! Avec le Danemark champion du Monde des U18, l’Allemagne championne d’Europe et la Suède vice-championne européenne, l’Espagne fait partie des favoris déclarés du tournoi. Lors des deux compétitions majeures (Euro jeunes en 2012 et Mondial en 2013), cette génération a terminé au pied du podium et avec le même entraîneur Isidoro Martinez, elle s’engage à améliorer la performance. L’ancien mentor de Leon s’appuie sur un effectif dont les piliers évoluent déjà au plus haut niveau en Liga Asobal. C’est le cas notamment du pivot de Puerto Sagunto "Nacho" Plaza Jimenez (notre photo - surclassé déjà avec les 92-93 et devenu champion d’Europe 2012 et vice-champion du Monde 2013), le gardien "Nacho" Biosca (qui a fait son apprentissage au FC Barcelone avant de signer à Leon), l’arrière gauche Arnau Garcia Barcelo (Granollers) ou le demi-centre d’Irun Jon Azkue (148 buts en Liga la saison écoulée). Même si les victoires lors des matches amicaux (contre le Qatar, le Portugal, la Hongrie, la Suisse et… la France) ont été obtenues à l’arrachée, le collectif espagnol est solide et homogène. Les Français sont prévenus. Ils ont déjà battu cette équipe en début d’année aux 4 Nations (26-25) et se sont inclinés à l’Airport Trophy, début juillet, 29-32 après avoir fait jeu égal en 1ère période.

Si les quatre favoris (déjà cités plus haut) sont identifiés, les Tricolores figurent parmi les outsiders. Au même titre que la Slovénie, la Serbie, l’Autriche qui sera à domicile et la Suisse qui a réussi l’exploit de sortir des qualifications la Croatie, vice-championne du Monde 2013.

Les 18 joueurs (16 seront sur la feuille de match) qu’a sélectionnés le tandem Bertholet-Delattre n’auront rien à perdre. Ils seront certes privés de l’excellent  pivot nantais Nicolas Tournat et du feu-follet chambérien de l’aile gauche Queido Traoré mais les arguments pour bien faire sont nombreux. Certains parmi eux, comme Alexandre Tritta (photo ci-dessus - Chambéry) ou Nedim Remili (Créteil) ont l’habitude du haut niveau.

18 juniors Français à l'Euro autrichien (du 24/07 au 03/08 à Linz et Traun)

ailiers

Arthur Anquetil

Montpellier

 

Clément Lhuillier

Dunkerque

 

Steve Marie-Joseph

PSG Handball

 

Arthur Vigneron

St Raphaël

pivots

Ognjen Djeric

St Raphaël

 

Johannes Marescot

Chambéry

 

Nicolas Nieto

Dunkerque

arrières

Florian Delecroix

Nantes

 

Jean-Loup Faustin

Montpellier

 

Sébastien Joumel

Dunkerque

 

Thibault Minel

Créteil

 

Nedim Remili

Créteil

 

Alexandre Saïdani

Montpellier

 

Alexandre Tritta

Chambéry

 

Allan Villeminot

Montpellier

gardiens

Robin Cantegrel

Nantes

 

Max-Henri Herrmann

Hambourg

 

Julien Salmon

Nantes


Les matches du Tour Préliminaire dans le groupe A (Traun)

jeudi 24 juillet

14h: Espagne - Macédoine

18h: France - Norvège

vendredi 25 juillet

14h: Macédoine - France

18h: Espagne - Norvège

dimanche 27 juillet

14h: Espagne - France

18h: Macédoine - Norvège


Le calendrier complet, c'est ICI  et pour suivre les matches en streaming, c'est ICI

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités