mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
TDC: La revanche d'Issam Tej
TDC: La revanche d'Issam Tej
6 Septembre 2014 | France > LNH

Il y a un an déjà, Issam Tej avait coché le rendez-vous tunisien sur son agenda. Mais voilà Montpellier avait changé ses plans et s'était présenté avec une équipe amputée de la plupart de ses pros. Cette année, le pivot héraultais sera bien sur le terrain de Monastir, devant tous ses compatriotes, pour la 5ème édition du Trophée des Champions. 

De notre envoyé spécial en Tunisie, Yves Michel

Cette fois, Montpellier a débarqué en Tunisie presque au grand complet (voir plus bas). Pour la plus grande joie de tous et surtout des Tunisiens eux-mêmes. L'an passé, ils n’avaient pas du tout apprécié que le MAHB se présente à Sousse sans ses stars, sans notamment les deux idoles nationales, Wissem Hmam et Issam Tej.  Raison de cette saute d'humeur ? Une sombre histoire de contrats non homologués pour "dépassement de la masse salariale autorisée". L’image du Trophée des Champions avait été ternie, un vrai couac pour une première sur le sol tunisien ! La cicatrice est aujourd'hui en partie refermée et le 2ème volet peut enfin avoir lieu ! Sans Wissem Hmam qui entre temps a quitté l’Hérault pour St Raphaël mais avec Issam Tej qui compte rattraper le temps perdu. 

Issam, cela fait du bien de revenir au pays ?
Comme joueur, oui car j’y retourne avec la famille chaque fois que j’en ai l’occasion. J’ai quitté le championnat national et l’Espérance (de Tunis) en 2003, je n’ai jamais eu l’occasion d'évoluer avec le maillot de Montpellier, ici devant mes supporters. C’est une grande fierté de le faire et un grand honneur que cette compétition ait lieu dans mon pays.

L’an passé, on peut parler de frustration ?
C’est sûr ! J’étais présent, la Fédération Tunisienne m'avait invité mais c'est mieux de le vivre sur le terrain. Mais le passé, c’est le passé et cette fois, j’espère rentrer en France avec le trophée sous le bras.

Ce retour en Tunisie, ce sont des souvenirs qui remontent à la surface ?
Oui, c’est émouvant. J’ai commencé le hand à l’âge de 11-12 ans dans un petit club de Tunis (NDLR : le Club Olympique des Transports). C’est mon grand frère qui pratiquait déjà qui a facilité mon intégration. J’ai toujours aimé les jeux de ballon, d’ailleurs j’ai débuté par le foot.

Et tout de suite, tu as été pivot ?
Non, pas du tout. Au début, j’étais demi-centre. Je suis resté sur ce poste jusqu’à mon arrivée à l’Espérance de Tunis et comme j’avais une morphologie particulière, c’est l’entraîneur de l’équipe nationale junior qui m’a fait basculer pivot.

Est-ce que tu mesures le chemin parcouru ?
En Tunisie, le sport est présent dès le plus jeune âge mais n’est qu’un loisir. Les parents rêvent de voir leur(s) enfant(s) faire des études. Au début, les miens étaient comme ça mais ils se sont montrés très compréhensifs quand à 16 ans, j'ai voulu m'orienter vers le hand. Je suis fier de mon parcours car je suis encore en équipe nationale et je joue dans un des plus grands clubs français. J’ai gagné pas mal de titres, c’était le but que je m’étais fixé.



A 35 ans, penses-tu déjà à l’après carrière ?
Non, pas vraiment. C’est vrai, c’est ma dernière année à Montpellier, je me sens très bien physiquement et je n’ai aucune raison d’arrêter. Mon moteur, c’est l’envie et de ce côté-là, il n’y a aucun problème. 

As-tu aussi envie de transmettre quelque chose aux plus jeunes ?
Commencer tôt le hand et se fixer un but à atteindre doit être un exemple pour tous les jeunes.  Si tu t’orientes vers le hand, c’est parce que tu aimes ce sport. Si l’amour que tu portes à ce sport s’estompe, ce n’est pas la peine de continuer. Je ne suis pas dans cet état d’esprit. J’en suis même très loin.

Y’a-t-il une vie après Montpellier ?
Oui bien-sûr, si le club ne veut pas me garder, j’en chercherai un qui me permette de rester encore au sommet. Quand tu entames ta 9ème saison à Montpellier, tu t’es habitué à un tel niveau d’exigence qu’il est difficile de s’en passer.

En demi, vous retrouvez Paris, comme au Vendée Hand et  l’EuroTournoi*
Sur ces deux matches, on ne s’est pas trop attachés au résultat. L’essentiel était de mettre en place nos systèmes de jeu. Surtout qu’il y a des nouveaux cette année et des retours de blessure.

Mais le PSG est-il plus fort que l’an dernier ?
Oui je pense. Surtout avec l’arrivée des trois internationaux français, ils n’ont pas de soucis de rotations. Ça ne veut pas dire qu’ils sont imbattables ou qu’ils vont tout gagner.

Montpellier s'est montré chaotique pendant la prépa, est-ce inquiétant ?
Non, car l’important c’est qu’on ait confiance par rapport au projet de jeu. Même si tout n’a pas été parfait, on a retiré du positif. Patrice (Canayer) a vraiment fait tourner l’équipe en incorporant des jeunes. Aucun joueur n'est resté plus de vingt minutes sur le terrain. Il ne faut donc pas être inquiet. Pour moi l’équipe est prête à 80%. Les matches qu’on a perdus pendant la prépa, l’essentiel c’est de les gagner en championnat.

Heureusement qu’en défense, une nouvelle recrue vient d’arriver…
Le club a décidé de ne pas renouveler le contrat de Wissem, c’est un choix. Le Hongrois (Balazs Laluska), c’est vraiment une chance pour nous. Sa réputation notamment en défense est connue. Il ne faut pas oublier non plus que nous n’avons plus William Accambray qui avait un rôle important aussi dans ce domaine.

* le PSG s’est à chaque fois imposé… par 6 et 8 buts

De la casse à déplorer

A moins d’une semaine de la grande reprise (mercredi et surtout jeudi pour les quatre formations présentes en Tunisie), les effectifs ne sont pas au complet. Le PSG par exemple, ne pourra pas aligner Xavier Barachet. L’arrière droit qui s’est fracturé le pouce gauche à l’EuroTournoi est indisponible deux mois. Dunkerque devra lui, se priver de Mickaël Grocaut. Le patron de la défense nordiste est touché aux intestins et manquera tout septembre et peut-être un peu plus.  « C’est vrai qu’il n’y a aucune date précise de reprise et c’est un vrai souci, souffle Patrick Cazal. C’est un poste tellement stratégique que depuis un an, on a intégré des schémas qui incluent ce type de désagrément. On a des garçons comme Afgour, Mokrani et Nagy qui sont capables d'assurer, j’ai même lancé le junior Nicolas Nieto. Mais le problème c’est que cela amène des rotations moins efficaces. La présence de "Mike" est primordiale autant sur le terrain qu’en dehors. »  A Monastir, Nantes n'est pas non plus épargné. Thierry Anti alignera une équipe privée d'Aymen Toumi, l'ex petit prince de l'Etoile du Sahel, blessé aux adducteurs de la cuisse gauche et immobilisé trois semaines mais surtout du gardien slovène Gorazd Skof qui lui, a une épaule en vrac. Côté montpelliérain, Baptiste Bonnefond qui se remet d’une opération au tendon rotulien manque toujours à l’appel (il devrait revenir d’ici la fin du mois). La nouvelle recrue slovène Borut Mackovsek a été opérée en juin d’un ménisque interne et n’a toujours pas remis officiellement les pieds sur un terrain. Enfin, Diego Simonet (légère élongation aux adducteurs) qui n’avait pas pu effectuer sa rentrée à l’EuroTournoi, sera bien présent sur le banc héraultais.



    Le programme 5ème Trophée des Champions- Salle M. Mzali (Monastir)

samedi 6/09

demi-finales sur BeIn sports 1

17h (H.F)

Dunkerque - Nantes

19h (H.F)

PSG - Montpellier

dimanche 7/09

sur BeIn sports 2 

17h (H.F)

match des perdants

19h (H.F)

FINALE

Heure Française (+1 / Tunisie)

Engouement ou pas ? L'incertitude demeure concernant l'affluence attendue dans la salle pour une compétition qui met pourtant en valeur ce qui se fait de mieux en matière de handball français. Les organisateurs locaux se veulent rassurants mais pas totalement convaincants. Le spectre de Sousse l'an passé avec une assistance très clairsemée est dans toutes les mémoires. Cette fois, 2500 invitations (la salle compte 3200 places) ont parait-il été distribuées aux clubs de la région pour qu'ils viennent garnir les tribunes. Ce samedi sur le coup de 17h (heure française), la surprise sera bonne ou... pas.

Gardent et Canayer contrariés. Si les conditions d'hébergement et l'accueil des Tunisiens ne font l'objet d'aucune critique, le trajet entre l'hôtel et la salle fait grincer les dents des deux entraîneurs tricolores. 45 minutes sont en effet nécessaires pour effectuer en bus, les 30 kilomètres qui séparent Sousse de Monastir.

Plus qu'un rodage pour BeIn sports. C'est presque au grand complet que l'équipe "Handball" de la chaine sportive a fait le déplacement en Tunisie. Deux journalistes Thomas Villechaize et Benjamin Charolais sont sur place flanqués de leur unique consultant François-Xavier Houlet, surnommé désormais "Marathonman Zouzou" puisque l'ancien international apportera son expertise sur les quatre rencontres diffusées. Olivier Girault et Dominique Verdon se rajouteront dès la reprise du championnat. BeIn a bien entendu l'habitude des matches de la Ligue des Champions mais ce sera un baptême au niveau de la LNH.

Le Palmarès du Trophée des Champions

Edition

Vainqueur

Finaliste

Score

Lieu

2010

Montpellier

Chambéry

32-30 ap

Monaco

2011

Montpellier

Chambéry

30-23

Monaco

2012

Dunkerque

Chambéry

26-25 tab

Monaco

2013

Chambéry

Dunkerque

23-21

Sousse

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités