mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Mourad Mestiri... quand la passion l'emporte
Mourad Mestiri... quand la passion l'emporte
7 Septembre 2014 | France > LNH

Le tout nouveau président de la Fédération Tunisienne de Handball est un homme heureux. Monastir a su faire mieux que Sousse en capacité d'accueil de la 5ème édition du Trophée des Champions. Enfin, la salle était presque pleine pour assister aux succès du PSG et de Dunkerque. Homme de passion, Mourad Mestiri symbolise une nouvelle impulsion dans le hand tunisien.

De notre envoyé spécial en Tunisie, Yves Michel

Depuis juin dernier, Mourad Mestiri est le tout nouveau président de la Fédération Tunisienne de Handball. Cet enfant de Sousse a tout naturellement grandi à proximité des terrains où s’entraînaient à l’époque, les Rouge et Blanc de l’Etoile Sportive du Sahel. Un des trois plus importants clubs du pays avec l’Espérance de Tunis et le Club Africain. Après un passage très prometteur chez les cadets, il doit pourtant faire un choix: le handball ou les études. Il s’engagera dans une voie qui le conduira jusqu’au diplôme d’ingénieur en génie civil.  Installé socialement, le retour vers sa première passion est inévitable. Dirigeant à "l’Etoile", sa connaissance de la discipline, son sens de la négociation et du consensus le propulsent encore plus haut. En 2002, il entre à la Fédération. Les années 2000 pour le hand tunisien, c’est la période du renouveau. Un titre à la CAN en 2002, l’organisation du Mondial en 2005 et l’éclosion de cette génération qui donnera au pays mais aussi au championnat français, ses plus belles pépites. On commence à entendre parler des Wissem Hmam (meilleur buteur du Mondial), Issam Tej, Marouen Maggaïez, Wissem Bousnina, Sahbi Ben Aziza, Heykel Megannem, Anouar Ayed et Sobhi Saied. Tous franchiront la Méditerranée, certains évoluent encore en LNH. Mourad Mestiri lui, œuvre sans relâche pour la promotion de ce handball qui continue à gagner et qui (comme en 2010) fait même mieux que le football ! Douze ans après son arrivée à la FTH, le voilà aux commandes d’une Fédération qui compte une centaine de clubs et 11 000 licenciés (dont 25% de féminines).

Ce Trophée des Champions est-il une aubaine pour le hand tunisien ?
Avec l’instabilité qui a agité le Maghreb, faire confiance à la Tunisie pour organiser une telle épreuve est véritablement une bouffée d’oxygène. Cela dépasse le cadre du handball et même du sport. C’est aussi une invitation pour les touristes à revenir dans notre pays. Une grande Ligue européenne nous a faits confiance et ça c’est très important.

Côté popularité, il faut reconnaître que c’est une réussite
Oui, on a retenu la leçon de la précédente édition. On va dire que certains choix ont été malheureux notamment pour remplir la salle. Cette fois, on a associé les clubs de la région à la manifestation. Il y a eu une vraie campagne de communication. Le public est invité, il est venu nombreux.

Monastir était pourtant plus portée sur le basket que sur le hand
Les deux disciplines sont très importantes dans la ville mais il faut savoir que dans la région, dans un rayon de 20 km, nous avons une trentaine de clubs de hand.

Le handball tunisien a su s’exporter notamment en France
C’est une autre fierté. En venant dans le championnat français, nos joueurs ont progressé et cela a rejailli sur la sélection nationale qui a connu des résultats exceptionnels avec pour la 2ème fois de son histoire, en 2012 une participation aux Jeux Olympiques.

Avec à sa tête, un entraîneur français…
Je le dis sans hésitation. Alain Portes a marqué l’histoire de notre handball. De par les résultats obtenus (2 CAN, 2 participations au Mondial et un quart de finale olympique, sans oublier le bronze aux Jeux Med en 2009 et avec les Juniors en 2011 au Mondial grec) mais aussi par la qualité de son approche de ce sport.

Pour le Mondial 2015, songez-vous à rappeler Megannem, Ayed et Hmam*?
Pour Ayed, ça va être difficile. Il a des soucis de santé (opéré suite à une pubalgie  en juin) et je pense qu’il ne sera pas totalement prêt. Pour Heykel Megannem (photo ci-dessous), c’est en bonne voie… je dirai à 90%. Il joue au Qatar, dans un des meilleurs clubs du pays et se prépare activement. Son charisme, son autorité sont autant d’atouts pour une sélection qui avait été considérablement rajeunie. On a besoin du patron qu’il est. Wissem lui a arrêté (comme les deux autres) après les Jeux. Dans son esprit, c’est définitif mais on ne désespère pas le faire changer d’avis.

Le retour des anciens ne va-t-il pas empêcher l’éclosion des jeunes ?
On est sensible à cette problématique. On a des jeunes de talent (en 2011, la génération des 90/91 a été médaillée de bronze au Mondial juniors) mais qui ont encore besoin d’être encadrés. Pour le Qatar 2015, s’il n’y a que Heykel Megannem, c’est un renfort très intéressant  pour ces jeunes. Il va leur apporter son expérience. Hmam joue toujours et j’ai su que dans son nouveau club, il avait fait une préparation très prometteuse. En plus, il n’a jamais été véritablement remplacé en défense centrale.  Je ferai remarquer qu’actuellement, excepté quatre joueurs, la sélection "A" a moins de 25 ans.

Le Mondial 2005 avait été une réussite, serez-vous candidat à une organisation future ?
Oui car c’est un formidable booster. Tout le monde œuvre dans le même sens et ça avive la passion. C’est de cette façon qu’on peut attirer de nouveaux licenciés. Nous avions un très bon dossier pour accueillir la CAN 2016, qualificative aux Jeux de Rio. L’Egypte nous a soufflés l’organisation. Là, nous serions intéressés par le Championnat du Monde Juniors 2019. Nous voyons loin (sourires).
 
Est-ce qu'il y aura un ultime Trophée des Champions en Tunisie en 2015 ?
Je ne vois pas pourquoi il en serait autrement. Ça aura lieu à Tunis au Palais des Sports de Radès qui est en train d’être rénové.

* Joint par nos soins, Wissem Hmam nous a fait part du caractère définitif de sa décision de mettre un terme à sa carrière en sélection nationale en 2012. "Je suis à 100 % motivé dans ma nouvelle aventure à St Raphaël. Le reste du temps, je veux le consacrer à ma famille et à mes amis. C'est très flatteur d'être sollicité mais je ne suis pas intéressé."

Les Tunisiens de France

Au fil des saisons, de nombreux joueurs tunisiens ont quitté leur pays et leur championnat pour évoluer en LNH. Tous n'ont pas connu une totale réussite, certains ont flirté avec les divisions inférieures avant d'accéder à l'élite du hand français. Voici ceux que nous avons pu recenser depuis 2002.

Encore en LNH

Périodes

BOUGHANMI

Oussama

AILG

Tremblay

dep 2013

CHOUIREF

Marouene

PVT

Tremblay

dep 2013

GHARBI

Mahmoud

PVT

Nantes

dep 2010

HMAM

Wissem

ARG

Montpellier, St Raphaël

dep 2005

TEJ

Issam

PVT

Sélestat, Montpellier

dep 2003

TOUATI

Jaleleddine

AILD

Dunkerque

dep 2006

A travers le temps

ALOUINI

Kamel

DC

Istres

2008-2010

AYED

Anouar

AILG

Toulouse

2004-2013

BEN AZIZA

Sabhi

ARG

Dunkerque, Toulouse

2002-2009

BOUSNINA

Wissem

ARD

Tremblay, Ivry

2006-2013

HAMMED

Aymen

ARD

Montpellier

2009-2012

HORRI

Wael

ARG

Cesson

2010-2012

MAGGAIEZ

Marouene

GRD

Montpellier, Nantes

2006-2014

MEGANNEM

Heykel

DC

Sélestat, Nimes, Montpellier, St Raphaël

2002-2013

SIOUD

Sobhi

ARD

Montpellier

2001-2007

 

 

 

 

 

BELHADJ

Marouane

AILD

Pontault-C, Toulouse, Dijon

2005-2011

BENAMOR

Majed

PVT

Villefranche (2005-2006), Cesson

2010-2013

HAMOUDA

Hatem

ARG

Tremblay

2011-2012

HARAKET

Hatem

ARG

Sélestat, Nantes

2006-2010

JEROU

Makrem

PVT

Sélestat

2006-2007

KLEAI

Souheil

AILG

Cesson

2009-2011

MISSAOUI

Makrem

GRD

Tremblay

2005-2007

SOUID

Ryadh

PVT

Billère

2012-2013

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités