mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
E. Capon: "le Trophée des Champions rapporte de l'argent"
E. Capon: "le Trophée des Champions rapporte de l'argent"
9 Septembre 2014 | France > LNH

Le rideau est tombé sur le 5ème Trophée des Champions, place désormais au championnat de D1 masculine qui débute ce mercredi. L’occasion de faire un premier bilan de l’épreuve organisée en Tunisie et d’envisager son avenir en compagnie d’Etienne Capon, le directeur général de la Ligue Nationale de Handball.

La 1ère édition à Sousse, l’an passé avait été un échec populaire. La LNH et les partenaires tunisiens avaient bien retenu la leçon et s’étaient promis de corriger ce qui n’avait pas fonctionné. Les efforts ont été rationalisés, les invitations cette fois lancées à temps, la logistique pour attirer la population locale, les clubs de la région et tous les passionnés de la discipline (la 2ème du pays derrière le foot) a été plus soignée. Le Trophée des champions à Monastir est un succès. Même si quelques avis ont divergé sur l’éloignement entre l’hôtel où étaient logés les équipes et l’ensemble de la délégation et le palais des sports où s’est déroulée l’épreuve. La saison prochaine, la Tunisie accueillera une nouvelle édition du TDC. Sur quel site ? Rien n’est encore décidé. Quelques pistes ont été évoquées avec Etienne Capon, le directeur général de la Ligue Nationale de Handball.

Un an après le fiasco populaire de Sousse, êtes-vous satisfait ?
Oui, le public a répondu présent et la salle était quasi pleine (+ de 3000 spectateurs à chaque fois). Le public tunisien n’a pas l’habitude de s’installer dans les tribunes longtemps à l’avance et j’avoue que samedi, au coup d’envoi de la 1ère demi-finale, on s’est posé des questions. Il y avait à peine un millier de personnes et je me suis rappelé de l’année précédente. Au fur et à mesure, nos craintes se sont dissipées puisqu’à l’entame de la 2ème mi-temps, c’était rempli.

Dans l’assistance, très peu de Français, c’est un peu le problème, non ?
Suivant les compétitions, on a des objectifs différents. Le Trophée des Champions privilégie les relations publiques, la conquête de nouveaux marchés et la communication. On serait heureux d’accueillir le public français mais c’est à lui de se déplacer à l’étranger. Monaco le permettait plus facilement. Mais je reste persuadé que la Tunisie est le terrain idéal pour la promotion d’un tel évènement.

Si je comprends bien, c’est plus facile de l’organiser hors des frontières ?
A cette époque de l’année, oui ! Pour preuve, toutes disciplines confondues, ceux qui ont essayé de rester en France ont subi des échecs. A quelques jours de la reprise du championnat, les fans se réservent pour les 1ers matches à domicile, c’est en plus la semaine de la rentrée et ils ont d’autres préoccupations en tête. C’est donc plus facile de délocaliser à l’étranger et remplir les salles.

On a du mal à comprendre l’intérêt du Trophée pour un pays étranger
Les partenaires commerciaux tunisiens mettent en avant leur image. Si les matches sont diffusés en France, il ne faut pas oublier que ça l’est aussi sur le territoire national. Il y a un public mais aussi des opérations de comm en amont. Il y a aussi un aspect non négligeable qui est le développement du tourisme.

Est-ce que le TDC rapporte de l’argent à la LNH ?
Quand on l'a lancé à Monaco, on a consenti un investissement de plus de 100 000 euros. Là, en Tunisie avec les partenaires qui nous ont suivis, on va dégager un excédent d'environ 60 000 euros. Donc le Trophée rapporte de l'argent. Par ailleurs, un partenaire (l’Office du Tourisme Tunisien) a décidé d’investir sur le championnat… français. Dès ce mercredi, son logo va apparaître sur les terrains de LNH. Sans le Trophée des Champions, nous n’aurions pas eu cet apport.



En 2015, la 6ème édition du TDC aura-t-elle lieu en Tunisie ?
Sans problème ! On partait sur 3 ans, il y aura un 3ème volet.

A Tunis, comme prévu ou comme on l'a entendu, en restant à Monastir ?
Depuis novembre 2012, on a visité beaucoup de salles et de sites dont deux à Tunis (NDLR : le palais des sports de Rades qui est actuellement en travaux de rénovation et la coupole d'El Menzah), rien n’est figé. Cela dépend de la tenue des évènements et des partenaires qui nous accompagnent. 

Monaco, la Tunisie, quelles peuvent être les autres pistes ?
On a le temps d’y penser mais je le répète, tout est envisageable. Comme la poursuite du Trophée en Tunisie. Ils sont d’ailleurs partants pour renouveler un cycle. On peut s’intéresser à d’autres villes dans ce pays. Mais aussi à d’autres pays.

Le championnat reste quand même votre tête de gondole...
Bien entendu ! Et on veut plus que jamais continuer à l’installer, faire grossir sa notoriété auprès du public. On dispose d’outils de mesure et on constate qu'on est au coude à coude avec le basket ball. Notre volonté est de le dépasser une bonne fois pour toutes. De grands défis sont devant nous. On va les relever.

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités