mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Montpellier s'en sort bien, St Raphaël à l'affût
Montpellier s'en sort bien, St Raphaël à l'affût
13 Novembre 2014 | France > LNH

Montpellier qui risque de devoir se passer de Kavticnik garde le fauteuil de leader. St Raphaël profite de la défaite de Dunkerque à Chambéry et du nul entre Toulouse et Nantes. A Sélestat, les cigognes font la gueule, à Nîmes, le "Croco" a encore failli perdre des dents. Ce championnat reste passionnant.  

Montpellier reste leader devant une meute lancée à ses trousses, mais ce n’est pas un visage très serein que montrent les Héraultais depuis quelques jours. Passé quasiment inaperçu, le rouge infligé à Vid Kavticnik dimanche en quarts de finale de coupe de la Ligue contre Dunkerque fait vraiment tache. A l’issue d’un passage en force sifflé par Jean-François Bourgeois, le joueur a été pris d’un coup de folie et comme les images en attestent, au lieu d'accepter la faute, il est allé bousculer l’arbitre. La sanction a été logique et immédiate et il faudra que tour à tour le Slovène soit ramené à la raison par des Dunkerquois et ses coéquipiers afin de ne pas aggraver son cas. Un rapport a été rédigé et les conséquences pourraient être lourdes si l’infraction retenue est une "attitude physique agressive et menaçante à l’encontre d’un officiel de match". Le barème pour ce type de faute fait état d'une punition maximale de 24 dates. La commission de discipline n'ira pas jusque là. Vid Kavticnik, modèle de gentillesse et de bonhomie et n'ayant jamais fait l'objet de sanctions graves, sera toutefois puni.

Déjà privé de Dolenec, Gaber, Laluska, Borges et Mackovsek blessés, c’est dans ce contexte que Montpellier a abordé la 9ème journée de D1 face à Créteil. Une rencontre assez bien gérée même si tout n’a pas été parfait puisqu’à la 45ème minute, les Cristoliens étaient toujours présents et avaient même pris l’avantage (22-23). Il faudra une série à sens unique des Héraultais (notamment un 6-0) pour faire définitivement basculer le score en leur faveur (30-24 à la sirène).  « En 2ème mi-temps, on a joué avec la tête comme nous l’a demandé le coach et ca nous a plutôt réussi » se félicitait Dragan Gajic, auteur encore une fois d’un quasi sans faute avec un 10/13. Pour Créteil, le retour parmi l'élite est plus compliqué que prévu.



Nantes frustré, Toulouse verni

A Toulouse, Nantes avait une belle occasion de retrouver le podium abandonné après deux revers à Paris et face à Chambéry. Ce sera partie remise. A cause surtout d'une mauvaise gestion de la fin de rencontre. "C'est interdit de faire match nul lorsqu'on mène de cinq buts, rageait Rock Feliho (notre photo). Pour moi, c'est un point perdu, presqu'une défaite. Il fallait être plus vigilants ou alors tuer le match lorsqu'on en avait la possibilité. Ce qui nous attend est très chargé, en plus on a des blessés, bref, ce n'est pas une très bonne soirée. Il y a beaucoup de frustration." Le capitaine nantais a raison d'être déçu. Après une 1ère période relativement équilibrée (11-12 à la pause), les joueurs du "H" vont faire la différence au retour des vestiaires, bien aidé par un Gorazd Skof très efficace (15 arrêts). Le trou était fait (14-18 à la 39ème) malgré le manque de réussite de Jorge Maqueda (0/9 à ce moment-là). Toulouse persistant dans son mal chronique au niveau de la transmission et de fluidité dans son jeu, l'écart va même prendre des allures de correction (20-25 à la 50ème). Ces dix dernières minutes vont être fatales aux Nantais fatigués et poussés à l'erreur. Ce dont allait profiter le Fenix qui fera un quasi sans faute dans le money-time en remontant son handicap. A deux minutes du buzzer (24-25), Valero Rivera voyait son jet de 7 mètres repoussé par Cyril Dumoulin, sur l'action suivante, Jérôme Fernandez, égalisait (25-25). Toulouse revenait de loin, de très loin "C'était un scénario qu'on aurait pu lâcher sur la fin, reconnaissait le gardien de buts toulousain. Mais on a joué avec le cœur. Sur le plan comptable, ce n'est pas une bonne opération, on a perdu un point à domicile, mais dans l'état d'esprit, c'est avant tout un point gagné, on est vraiment allé le chercher. On est complètement morts mais totalement fiers."

propos recueillis par Mélody Ramirez



Dunkerque ne sait pas enchaîner

Treize ans qu’ils attendaient cela, ils devront encore patienter au moins jusqu’en 2015. La série de matches sans victoire pour Dunkerque à Chambéry se poursuit. Après le PSG, les Savoyards toujours dirigés par Jackson Richardson (le nouvel entraîneur Ivica Obrvan a pu observer la prestation de ses joueurs en tribune) ont cette fois épinglé le champion sortant. « La répétition des efforts nous est sans doute préjudiciable, faisait remarquer Arnaud Calbry, l’adjoint de Patrick Cazal. Nous avons surtout manqué de fraîcheur mentale pour passer devant. Ce n’est pas au niveau physique que cela a calé puisqu’on revient à égalité à deux minutes de la fin » Et ce après avoir été menés pendant la quasi-totalité de la rencontre et le plus souvent de 3-4 longueurs. Les Nordistes auraient même pu repartir avec le point du match nul si d’une part Bastien Lamon n’avait pas été exclu au plus mauvais moment et si le bras de Cédric Paty avait tremblé lors de l’ultime jet de sept mètres à vingt secondes de la fin (25-24).



Sélestat, la tête dans le pâté

Cela ne s’arrange pas pour Sélestat qui s’incline une nouvelle fois à domicile face à Aix, un adversaire direct pour le maintien. A la fin de la rencontre, certains spectateurs ne savaient plus que penser de la prestation des Alsaciens qui ont rapidement pris les commandes (5-1 à la 9ème), se sont faits rattraper puis sont repassés devant, avant de sombrer corps et âme dans le dernier quart d’heure. Pays d’Aix a su être patient, lucide, raisonnable dans le sillage d’un excellent Yohan Ploquin (15 arrêts). Tout le contraire du SAHB qui n’a fait briller qu’un seul joueur Snorri Gudjonsson (notre photo). L’Islandais (encore 10 buts ce mercredi) est le pompier de service, celui qui doit être partout, c’est tout juste si on ne lui demande pas d’éteindre la salle en partant. Bilan: il termine les matches sur les genoux. Sans être alarmante, la situation des Alsaciens pourrait très rapidement prendre des allures inquiétantes au vu de ce qui les attend. A venir, un déplacement à Tremblay mais surtout une série face à trois "gros", Toulouse, Nantes et Paris.



Nîmes évite le pire et Paris, la "cata"

Cesson
poursuit finalement sa belle série. Après être allés chercher sa qualification pour le Final Four de la coupe de la Ligue à Créteil, fait match nul quelques jours plus tôt à Montpellier, les Bretons ramènent un point de Nîmes. Ils peuvent même être déçus car ils auraient pu espérer mieux. Après douze minutes au Parnasse, ils menaient largement (1-7) et les Gardois ne comptaient déjà plus les pertes de balle. Alors que de part et d’autre, les deux gardiens se neutralisaient, (Idrissi pour l’USAM et Robin pour Cesson avec respectivement 16 et 15 arrêts), l’USAM toujours à la traîne (12-17 à la 32ème) va devoir attendre le début de la seconde période pour refaire surface et prendre l’avantage (20-19 à la 41ème). Les vingt dernières minutes seront plus équilibrées, le partage des points restant l’issue la moins pénalisante pour les deux camps jusqu’au buzzer final (25-25).

On a beau s’appeler le PSG, aligner sur le parquet une constellation d’internationaux, mais rien n’est facile dans le championnat français. Même face à Istres, la lanterne rouge qui après une entame catastrophique (3-7 au quart d’heure), n’a rien lâché de la 25ème à la 56ème minute. Les Parisiens qui ont toujours fait la course en tête se sont finalement imposés de quatre longueurs (24-28) mais c’est à l’usure dans le money-time qu’ils y sont parvenus. Certains avaient certainement déjà en tête la Ligue des Champions et le match dominical contre Kiel. Après une piètre semaine (deux matches – deux défaites), Paris relève la tête et préserve l’essentiel en restant au contact des leaders.

St Raphaël et St Micha veillent sur le SRVHB 

Score très serré également entre St Raphaël et Tremblay où là aussi, en négligeant quelques détails, les Varois ont bien failli laisser des plumes. « On savait que le match serait compliqué, soupirait Joël Da Silva après que son équipe se soit imposée (32-30), ils nous l'ont rendu compliqué. Heureusement, on a su être présents en 2ème mi-temps, avec un gardien ("Micha" Djukanovic) qui a fait les arrêts (16 au total) qu'il fallait ce qui nous a permis de mettre des buts faciles en contre-attaque. On se fait un peu peur en fin de match mais on va prendre ce qu'il y a à prendre» Bilan de la soirée : une victoire qui aurait pu se dessiner plus facilement en menant de six buts (30-24) à cinq minutes du terme face à une équipe de Tremblay qui voit sa belle série de trois succès consécutifs prendre fin. « Je pense qu'on a manqué de rigueur, pestait Mathieu Drouhin. On débute le match avec un 4-0 qu'on traîne un peu comme un boulet tout au long de la partie, ainsi que pas mal d'échecs sur des immanquables et des pertes de balles. Avant la trêve, on garde comme objectif le maintien. On a un match très important mercredi prochain contre Sélestat.»  Tremblay peut entrevoir mieux que le peloton des équipes mal classées. Pour St Raph, le redressement est à l’ordre du jour. Raphaël Caucheteux (11 buts dont 3 à 7 mètres) s’est encore favorablement illustré et les Varois grimpent donc à nouveau sur le podium. 

propos recueillis par Anne Champion



SAINT RAPHAEL   -
TREMBLAY        32 - 30 (Mi-temps : 16-16)
Statistiques du match

****************************

CHAMBERY SAVOIE  - DUNKERQUE     25 - 24 (Mi-temps : 15-12)
Statistiques du match

****************************

SELESTAT ALSACE - PAYS AIX           26 - 29 (Mi-temps : 14-12)
Statistiques du match

*****************************

USAM NIMES - CESSON RENNES       25 - 25 (Mi-temps : 12-14)
Statistiques du match

*****************************

ISTRES  -  PARIS ST GERMAIN          24 - 28 (Mi-temps : 12-14)
Statistiques du match

*****************************

MONTPELLIER  - US CRETEIL          30 - 24 (Mi-temps : 15-13)
Statistiques du match


*****************************

FENIX TOULOUSE -  HBC NANTES      25 - 25 (Mi-temps : 11-12)
Statistiques du match

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités