mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LDC F : Cruel, avec un grand C
LDC F : Cruel, avec un grand C
16 Novembre 2014 | Europe > Champion's League

Ligue des Champions féminine (5ème journée). Pour sept malheureuses secondes, les Messines ont vendangé une occasion en or d'obtenir un résultat positif face au géant norvégien, Larvik (25-26). Leur prestation, irréprochable hormis quelques gros loupés au tir, ne leur rapporte aucun point. La dernière journée du groupe D, à Baia Mare, sera une finale pour la troisième place qualificative pour le tour principal.

Plus besoin de chercher un tigre, un gros chat ou tout autre félin dans la jungle périurbaine de Seine-et-Marne. L'animal fugueur était le plat principal du Metz Handball au déjeuner. Avoir mangé du lion, c'est incontestablement l'impression diffusée par le champion de France en titre, dans son avant-dernière tentative d'accrocher le tour principal. La rage chevillée au corps, l'orgueil en bandoulière, les Dragonnes étaient suréquipées, survitaminées, pour cueillir une victoire de prestige sur Larvik, champion d'Europe 2011 et qualifié pour le Top 12 depuis une semaine. « C'est le Metz que tout le monde aimerait voir plus souvent » approuve son entraîneur, Jérémy Roussel.

Un ensemble mosellan investi, sachant rester dans le bon tempo malgré les frasques de Nora Mork, l'imprévisible arrière droite de la sélection norvégienne (5 buts en première période). Des Mosellanes « incroyables » en défense, de l'aveu même de la gardienne visiteuse, Sandra Toft. Un Metz transcendé, revanchard suite à ses faux pas européens (nul et défaite contre Lublin) et domestiques (28-24 à Issy/Paris, mercredi). Paule Baudouin (10/17) et son bras élastique ont fait merveille à l'aile et ailleurs, Ana Gros a éclairé la base arrière, la joueuse du mois d'octobre en LFH (Laura Glauser, 33 % d'arrêts) a souvent donné raison à son électorat.

Pourquoi diable « la meilleure équipe de la poule après nous », toujours selon la gardienne danoise de Larvik, qui a fait vaciller son adversaire plus encore qu'en Scandinavie (25-20, égalité à la mi-temps, le 18 octobre dernier) en lui grillant la politesse pendant 35 minutes, est-elle tombée dans le fossé des illusions perdues ? « Quand on perd un ballon, qu'il y a match nul à quelques secondes de la fin, on doit replier comme des malades » avance une Nina Kanto exténuée, « usée physiquement et psychologiquement ». « On reculait au lieu d'être agressives », précise la capitaine. Erreur de jugement sanctionnée illico presto par Sanna Solberg et Gro Hammerseng-Edin (24-24, 55'), puis une prise d'intervalle de la « super sub » Linn Sulland (25-25, 58'). Avant le coup de poignard planté, sur jet de 7 m, par Anja Hammerseng-Edin à sept secondes de la fin (25-26).

Tellement près d'infliger à Larvik sa première défaite en quatorze matches officiels cette saison, Metz en concède une troisième (plus un nul et une victoire, contre Baia Mare) dans son parcours chaotique en Ligue des Champions. Revers cruel, sans exagération ni parti pris. « Elles étaient mal pendant tout le match, et elles arrivent à gagner. Nous, même quand on est bien, malheureusement, on n'arrive pas à gagner. C'est pesant de finir avec ce petit truc qui manque » diagnostique Nina Kanto.

Quelque chose qui ressemblerait, dans le cas présent, à de la lucidité. Le seul ingrédient manquant dans la potion (presque) magique. Combien d'occasions manquées de prendre trois longueurs d'avance, et ce dès le premier acte (9-7, 18') ? Que s'est-il passé dans la tête de Paule Baudouin pour envoyer nonchalamment, sur la transversale de Toft, ce penalty à 24-23 (53') ? Autant de questions qui risquent de ressurgir si les Mosellanes venaient à terminer quatrièmes du groupe D, et à être reversées de facto en Coupe des Coupes. « Il ne nous reste plus que 60 minutes pour espérer quelque chose. A Baia Mare (vendredi prochain), il va falloir faire un exploit. Ca fait cinq semaines qu'on répète ça, j'espère qu'on le fera enfin ». Reste-t-il du lion, du tigre ou du fauve dans le garde-manger ?

METZ HB – LARVIK HK (NOR) : 25-26 (13-13)
4254 spectateurs.
Arbitres : Mmes Pech et Vagölgyi (HON).

METZ
Joueuses : P. Baudouin 10/17 (5/7 penaltys) ; Y. Broch 1/2 ; Gros 5/8 ; Liscevic 3/6 ; Luciano 2/6 ; Zaadi 2/8 ; puis Flippes 0/2 ; Gonzalez Ortega ; Kanto 2/2 ; Kpodar 0/1 ; Mendy. Non utilisées : Burlet ; Dangueuger (g.) ; N'Diaye.
Gardiennes : Glauser (9/27 arrêts en 48') puis Pierson (1/9 en 12').
2 minutes : Kanto (25'), Y. Broch (33' et 41'), Zaadi (44').
Carton rouge direct : Liscevic (60').
10 pertes de balle (Zaadi 4). Réussite au tir : 48 %.
Entraîneur : Jérémy Roussel.

LARVIK
Joueuses : Blanco 2/3 ; G. Hammerseng-Edin 2/4 ; Mork 7/11 ; Koren-Riegelhuth 4/9 (3/4 penaltys) ; Sa. Solberg 3/4 ; Wojtas 3/5 ; puis A. Hammerseng-Edin 4/7 (2/2 penaltys) ; Lund ; Sulland 1/3.
Gardiennes : Toft (12/37 arrêts en 59') puis Hasanic (1/1 penalty en 1').
2 minutes : Blanco (32'), Mork (41').
15 pertes de balle (G. Hammerseng-Edin 4). Réussite au tir : 55 %.
Entraîneur : Gustav Ole Gjekstad.

Evolution du score : 1-3 (5') ; 6-5 (10') ; 9-7 (18') ; 12-10 (25') ; 13-14 (31') ; 16-18 (36') ; 20-19 (40') ; 23-21 (47') ; 24-23 (53') ; 25-24 (57') ; 25-25 (58').

Dernière Journée | Journée 5
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
LublinBaia Mare222816/11 
MetzLarvik252615/11 
Prochaine Journée | Journée 6
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
LarvikLublin 21/11 
Baia MareMetz 21/11 
PlEquipePtsMJVicDefNulBut +But -SérGAP
1Larvik1055001341175 
2Baia Mare452301311361 
3Lublin35131135147-14
4Metz35131140140-1-4
© Laurent Hoppe
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités