mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Et derrière, Istres voit la ville en rose
Et derrière, Istres voit la ville en rose
4 Décembre 2014 | France > LNH

Les défaites de Montpellier à Paris et de Dunkerque à Tremblay facilitent les affaires de St Raphaël, Nantes et Cesson. Mention spéciale à Istres, la lanterne rouge qui est allée s'imposer face à Toulouse, dans la ville rose.

Et nous accorderons la palme de la volonté à Istres qui malgré les aléas d'un retour parmi l'élite très complexes, ne renonce pas et cela finit par payer. A la surprise générale, les riverains de l'étang de Berre ont infligé à Toulouse, sa 2ème défaite à domicile de la saison. Le match a été dominé de bout en bout par les coéquipiers de Quentin Eymann (notre photo de tête) qui ont véritablement fait la différence en 1ère période profitant de la réussite d'un excellent Yvan Gérard (7/9) et surtout de la maladresse des gardiens du Fénix (2/21 pour la paire Pardin-Dumoulin à la pause). Malgré un écart qui au plus fort grimpera jusqu'à cinq longueurs (14-19 à la 29è), Toulouse, toujours privé de Valentin Porte va pourtant espérer jusqu'au bout. "Quand tu prends 19 buts en une mi-temps à domicile c’est compliqué de gagner le match, se lamentait Jérôme Fernandez (principal animateur toulousain de la rencontre avec Nemanja Illic). Malgré tout, on s’est battu et on a réussi à revenir au score. Mais tous les efforts qu’on produit, on les paye sur la fin, on a été moins efficace qu’eux." En effet, alors que la rencontre allait entrer dans son dernier quart d'heure, Istres caracolait toujours en tête et rien ne semblait inverser la tendance (21-25 à la 42è). Wesley Pardin, enfin se réveillait, les Provençaux subissaient et prenaient en 8 minutes un cinglant 6-1 et Toulouse passait devant. Le glas avait-il sonné pour les hommes de Gilles Derot ? Dans un final haché par les balles perdues, ce sont les promus qui vont le mieux maîtriser leurs nerfs, Yvan Gérard mettant fin à tout suspense par un doublé (score final 29-30). Ce résultat est un énième avertissement pour une équipe toulousaine qui mesure toujours les limites de son banc. Pour Istres, c'est un gage d'espoir pour la suite. "Je suis vraiment content pour mes joueurs qui malgré tout ne baissent pas la tête et gardent le moral, se réjouissait l'entraîneur Gilles Derot. Il nous reste 14 fois 60 minutes à vivre ensemble, à prendre beaucoup de plaisir, je pense que c’est dans cet état d’esprit qu’il va falloir vivre les autres rencontres. On est toujours à la même place mais c’est capital de faire ce genre de petites performances. Et peut-être que si on en réussit deux d’affilée, ça permettra au groupe de se rendre compte qu’il a aussi des compétences." Les Istréens cultivent tout de même un sacré paradoxe. Les cinq points qu'ils ont au compteur, ont tous été récoltés à l'extérieur. Il serait temps qu'ils se décomplexent aussi, dans leur salle.  

avec Mélody Ramirez à Toulouse



Après son succès en LDC dimanche au Danemark qui lui avait demandé quelques efforts, Dunkerque n'a pas tenu la distance à Tremblay. Malgré une bonne entame (4-7, 10e) grâce, encore, à un excellent Tom Pelayo (le minot de 17 ans qui s'était déjà illustré face à Nantes) et un solide Vincent Gérard, les Nordistes ont rivalisé pendant 25 minutes, avant de se faire rejoindre puis dépasser (14-12 à la pause). A la reprise, les partenaires de Barna Putics (notre photo) vont avoir maintes occasions de tuer une rencontre qui semblait tourner en leur faveur. Mais des problèmes de transmission, de lucidité dans le tir et surtout de discipline (expulsion définitive de Rémi Salou après son troisième 2 minutes) vont retarder l'échéance qui semblait se dessiner. Si rien n'était joué à 8 minutes du terme (23-23), un 4-1 final allait offrir la victoire aux locaux. Dunkerque, battu pour la deuxième fois en trois matches de Championnat, retombe dans ses travers et manque une belle occasion de se rapprocher de Montpellier.

Une opportunité que Nantes et Saint-Raphaël n'ont pas ratée.

Passée la mise en route (4-3, 9e) et une 1ère période en mode diesel, le "H" a déroulé face à Sélestat avec un brillant Matias Schulz dans les buts (20 arrêts à 47%) pour finir le match avec sept longueurs d'avance (30-23) et revenir à 4 points du leader.

Saint-Raphaël occupe toujours la 3ème marche du podium (avec un point d'avance sur les Nantais) grâce à son récital offensif face à Nîmes. Pour la première de Franck Maurice, les Gardois n'ont pas trouvé la clé en défense pour arrêter le quatuor varois Atlason-Abily-Caucheteux-Olsen, auteurs de 31 des 37 buts de leur équipe ! Toujours rassérénée par un bon Djukanovic dans les cages (16 arrêts), l'équipe de Joël Da Silva avance et pourrait jouer les trublions à condition de gérer une fin d'année abordable (réception de Cesson puis déplacement à Tremblay).



Cesson n'a pas eu la tâche facile face à Créteil, un autre mal classé. Le score a joué au yo-yo entre les deux équipes au point de rester indécis jusqu'au dernier quart d'heure (20-20 à la 43è). Jusque-là, chacune s'était taillée la part du lion et avait mené. C'est le demi-centre breton Jérémy Suty (notre photo) qui va mettre le feu aux poudres et faire basculer la tendance en faveur des siens (24-20 à 10' de la sirène). Privés de Descat, Quentin Minel, Ristovski et Pintor, les Cristoliens ont buté sur un très solide Robin (15 arrêts à 39%) et, rentrent encore une fois bredouilles sans avoir démérité. La réception d'Istres, mercredi prochain, vaudra très, très cher.

 

FENIX TOULOUSE  - ISTRES OPH        29 - 30  (MT: 15-13)
Statistiques du match

*****************************

TREMBLAY EN FRANCE  - DUNKERQUE HGL    27 - 24  (MT: 14-12)
Statistiques du match

*****************************

CESSON RENNES - US CRETEIL     26 - 23   (MT: 14-13)
Statistiques du match

*****************************

HBC NANTES - SELESTAT ALSACE    30 - 23  (MT: 13-12)
Statistiques du match

*****************************

SAINT RAPHAEL VHB - USAM NIMES    37-34  (MT: 19-16)
Statistiques du match

*****************************

PAYS D'AIX UC - CHAMBERY SAVOIE HAND      26 - 31  (MT: 11-12)
Statistiques du match




Ce jeudi, il n'était pas question pour Chambéry de louper l'occasion de rester au contact de la tête du classement. A Aix, les Savoyards n'ont pas eu la tâche facile puisqu'après un départ en trombe (2-5 après 11'), ils ont été rejoints par des Provençaux qui restaient sur un succès probant à Nîmes (11-11 à la 29ème). Dans le sillage d'un duo N'Guessan-Richardsson étincelant (10 et 7 buts), l'équipe d'Ivica Obrvan a repris les commandes juste avant la pause pour ne plus les lâcher jusqu'au coup de sifflet final (26-31). Chambéry retrouve Cesson à la 5ème place du classement et passe surtout devant Dunkerque. Pour Aix, qui n'a remporté qu'un seul des six matches disputés à domicile, il faudra serrer les dents. Klemen Cehte a encore une fois été l'animateur de l'attaque (7 buts) mais c'est trop insuffisant. 

© Pierre Menjot
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités